Informations

Taux de sodium et tension artérielle

Taux de sodium et tension artérielle


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pourquoi le faible Na+ les niveaux provoquent une hypotension (pression artérielle basse). Sinon, pourquoi une consommation excessive de Na+ causer de l'hypertension ou de l'hypertension?

D'après ce que j'ai compris, il y a deux mécanismes différents en jeu. La sécrétion de rénine par les reins se produit lorsque les niveaux de sel dans le sang sont bas et, par conséquent, sous une faible concentration de sodium, une quantité élevée de sécrétion de rénine par les reins devrait en fait augmenter la pression artérielle, via la boucle rénine-angiotensine, rétrécissant les artères. Sous des concentrations élevées de sodium, une faible sécrétion de rénine doit s'accompagner d'une faible pression. Si l'entrée osmotique de l'eau dans le sang augmente le volume sanguin et donc la pression, joue ici un rôle, ne fera pas, lors de l'augmentation du volume sanguin, une diminution de la vasopressine augmenter le débit urinaire et ainsi contrôler le volume sanguin, ne lui permettant de provoquer aucun changement corporel ? Pourquoi le premier effet (rénine) n'est-il pas significatif ici par rapport au second (entrée osmotique).


La rénine angiotensine sert à retrouver l'homéostasie. Si vous avez perdu des sels, la pression artérielle et le volume sanguin diminueront en raison de la perte de liquides. Mais le mécanisme rénine angiotensine tentera de défaire cela en stimulant l'absorption de Na+ et de l'eau. Mais encore, ils ne peuvent pas complètement compenser la perte de Na+, APPORT de Na+ est nécessaire.

Soit dit en passant, le principal stimulus pour déclencher l'angiotensine rénine est le volume et la pression sanguine plutôt que l'osmolarité du sang. Dans des conditions comme l'hémorragie où la perte de sang se produit mais il n'y a pas de changement d'osmolarité, la rénine-angiotensine répondra toujours (mais l'ADH (vasopressine) ne le fera pas car l'ADH ne répond qu'au changement d'osmolarité.) - biogirl


Alcool, sensibilité au sodium et tension artérielle

L'alcool semble avoir le potentiel d'avoir des effets bénéfiques et toxiques sur le cœur. Le « French Paradox », par exemple, fait référence aux propriétés protectrices que le vin rouge peut avoir vis-à-vis des maladies cardiaques. D'un autre côté, la consommation excessive d'alcool chronique est l'une des principales causes de plusieurs maladies cardiovasculaires, notamment l'hypertension artérielle. L'hypertension artérielle, ou hypertension, augmente le risque de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral, les deux principales causes de décès aux États-Unis. Une étude publiée dans le numéro de décembre de Alcoholism: Clinical & Experimental Research a révélé que la sensibilité au sodium induite par l'alcool peut être l'un des mécanismes sous-jacents à l'association entre la consommation excessive d'alcool, le sevrage alcoolique et l'hypertension artérielle.

"Nous savons que l'exposition chronique à de fortes quantités d'alcool élève la tension artérielle et contribue à l'hypertension chez les alcooliques", a déclaré Cristiana Di Gennaro, scientifique junior à l'Université de Parme et auteure correspondante de l'étude. "Nous savons également que la sensibilité au sodium est caractérisée par une augmentation de la pression artérielle, mais pas nécessairement dans la plage hypertensive, lorsque la consommation de sel est élevée. De plus, la sensibilité au sodium s'est avérée être un facteur de risque indépendant de maladie cardiovasculaire. Nos résultats indiquent que la consommation d'alcool peut augmenter la tension artérielle par l'induction d'un état sensible au sodium."

"Il existe des preuves que pour les gros buveurs, même lorsqu'ils ne boivent pas, la pression artérielle est élevée", a déclaré Maurizio Trevisan, professeur et président du département de médecine sociale et préventive de la faculté de médecine de l'université de Buffalo. « Le lendemain de leur consommation d'alcool, par exemple, leur tension artérielle peut être plus élevée que la normale. S'ils boivent de façon chronique, ils sont en quelque sorte dans un état de sevrage constant. Cela peut se produire même chez les personnes qui boivent normalement, les buveurs modérés, bien que le les preuves ne sont pas aussi claires que pour les gros buveurs." Ce qui se passe lors de ces "mini-retraits", a-t-il dit, est encore plus prononcé lors d'un retrait prolongé ou complet.

Les chercheurs ont examiné 18 alcooliques (6 femmes, 12 hommes) entrant en désintoxication à l'hôpital à l'Université de Parme en Italie. Leur tension artérielle et leur taux de sodium ont été évalués au cours de leurs huit premiers jours de séjour. Pendant ce temps, chaque patient suivait un régime hospitalier fixe qui fournissait 150 mM de sodium par jour (considéré comme « normal »). Après un an d'abstinence soigneusement surveillée, les participants à l'étude ont subi une phase d'examen de quatre semaines, qui comprenait la mesure de leur tension artérielle à trois reprises. Ensuite, il leur a été demandé de suivre un régime de 55 mM de sodium par jour (considéré comme « faible »), qui a ensuite été complété par 205 mM (pour un total de 260 mM, considéré comme « élevé ») de sodium par jour.

Au cours des huit premiers jours de sevrage, les alcooliques suivant un régime « normal » d'apport en sodium présentaient néanmoins des niveaux élevés de sodium, une prise de poids et une augmentation de la pression artérielle. Un an plus tard, et pendant l'exposition aux manipulations alimentaires du sodium, le même groupe a affiché des changements beaucoup plus significatifs de la pression artérielle et une plus grande sensibilité au sodium par rapport à un groupe de abstinents. De plus, les modifications de la pression artérielle au cours de la période de sevrage précoce étaient liées à la sensibilité au sodium pendant l'abstinence à long terme. Ces résultats suggèrent que la sensibilité au sel joue un rôle clé dans la régulation de la pression artérielle chez les alcooliques en sevrage précoce.

"Avant cette étude", a déclaré Trevisan, "nous connaissions certaines des conditions qui augmentent la sensibilité au sodium. L'une d'entre elles est la résistance à l'insuline, une autre est le surpoids. Maintenant, nous avons [encore] un autre facteur qui semble augmenter la sensibilité au sodium d'une personne , c'est-à-dire une forte consommation d'alcool. Il semble qu'une forte consommation d'alcool pendant de longues périodes semble perturber votre métabolisme du sodium d'une manière qui vous rend plus sensible au sodium. "

"Nous ne savons pas avec certitude si la sensibilité au sodium est un trait acquis lié à l'abus d'alcool", a ajouté Di Gennaro, "ou un trait génétique. "Nous savons cependant que la sensibilité au sodium reste significative après au moins un an d'abstinence d'alcool dans alcooliques lourds. Nous pensons que notre démonstration d'une interaction importante entre la consommation d'alcool, le métabolisme du sodium, la régulation de la pression artérielle et les maladies cardiovasculaires étend davantage nos connaissances sur l'impact des facteurs alimentaires et liés au mode de vie sur l'une des causes les plus importantes de morbidité et de mortalité dans les pays occidentaux. Nos résultats suggèrent également qu'une réduction diététique de l'alcool et du sel est justifiée."

Trévisan est d'accord. "Tout le monde devrait de toute façon bénéficier d'un régime pauvre en sodium", a-t-il déclaré.

Clause de non-responsabilité: AAAS et EurekAlert ! ne sont pas responsables de l'exactitude des communiqués de presse publiés sur EurekAlert! par les institutions contributrices ou pour l'utilisation de toute information via le système EurekAlert.


L'arme secrète contre l'hypertension artérielle

Lorsqu'il s'agit d'hypertension artérielle, le sodium semble attirer toute l'attention. Supprimer le sel est probablement le premier conseil que votre médecin vous donnera si votre nombre est élevé.

Le sodium augmente votre tension artérielle en tirant de l'eau dans vos vaisseaux sanguins. Cela augmente votre volume sanguin total qui, à son tour, augmente votre tension artérielle. Réduisez votre sodium et vous abaissez votre tension artérielle.[1]

Mais c'est plus facile à dire qu'à faire.

Beaucoup de gens ont du mal à suivre un régime pauvre en sodium parce que tout finit par avoir un goût si fade.

Ils ne savent peut-être pas qu'il existe un autre côté de l'équation de la pression artérielle. La plupart des médecins n'en parlent pas. Son potassium.

Le sodium et le potassium sont le yin et le yang de la tension artérielle. Alors que le sodium vous fait retenir l'eau, le potassium retire l'eau. Cela abaisse la tension artérielle.

C'est un processus connu sous le nom de pompe sodium-potassium. Lorsque le sodium sort d'une cellule, le potassium y pénètre. Et vice versa.[2]

Lorsque vous obtenez plus de potassium, il élimine en fait le sodium de votre corps.[3]

Cela signifie que la clé d'une tension artérielle saine n'est pas une faible teneur en sodium, comme on vous l'a peut-être dit. C'est l'équilibre entre le sodium et le potassium qui compte.

Pourquoi l'homme des cavernes avait une tension artérielle saine

Il y a des milliers d'années, lorsque nos ancêtres des hommes des cavernes étaient des chasseurs-cueilleurs, le potassium était abondant. Mais le sodium était rare.

Le régime paléolithique fournissait environ 11 000 mg de potassium par jour, mais seulement environ 700 mg de sodium. Nos corps ont évolué pour fonctionner à leur apogée lorsqu'ils reçoivent beaucoup plus de potassium que de sodium.

Mais aujourd'hui, la plupart d'entre nous consomment plus de sodium que de potassium dans notre alimentation. L'Américain moyen consomme entre 2 500 et 7 500 mg de sodium par jour. Et nous n'obtenons qu'environ 2 500 mg de potassium par jour.[4]

Le résultat? Hypertension artérielle.

L'USDA recommande un apport quotidien en potassium de 4 700 mg. Moins de 2% des Américains y parviennent.[5]

Vous pouvez manger moins de sel, si vous aimez les aliments fades. Ou vous pouvez augmenter votre taux de potassium. De nombreux fruits et légumes ont des niveaux élevés de minéraux.

Top 7 des aliments riches en potassium

Sept grandes sources de potassium sont :

  • Avocat. Un avocat contient environ 975 mg de potassium.[6]
  • Sauce tomate. Une tasse contient 728 mg.
  • Pastèque. Deux cales de taille moyenne contiennent 641 mg.
  • Courge d'hiver. Une tasse de courge musquée vous donne 582 mg.
  • Patates douces. Une patate douce contient 542 mg.
  • Épinard. Une tasse d'épinards surgelés contient 540 mg.
  • Betteraves. Une tasse vous donne 518 mg.

Vous vous demandez probablement pourquoi nous n'avons pas mentionné les bananes. Ils sont peut-être l'aliment le plus connu pour être riche en potassium. Une banane de taille moyenne contient 422 mg de potassium. C'est nettement moins que les aliments ci-dessus.

Vous pouvez également vous demander pourquoi nous ne recommandons pas les suppléments.

C'est parce que la supplémentation en potassium peut être délicate. Si vous en prenez trop, cela peut déclencher des problèmes de rythme cardiaque.

Pour cette raison, la FDA limite les suppléments de potassium à seulement 100 mg par comprimé. Vous devrez prendre 47 comprimés pour obtenir la quantité recommandée.

Il est préférable de s'en tenir aux aliments pour obtenir le potassium dont vous avez besoin pour des lectures saines de la tension artérielle.

Note de l'éditeur: La recherche montre que les traitements standard des maladies cardiaques - les stents et les statines - ne préviennent pas les crises cardiaques. Découvrez ce que fait en lisant notre journal mensuel Guérison indépendante. C'est votre meilleure source d'informations fiables et impartiales sur la santé. Pour plus d'informations, allez ici.


Apport de sodium et hypertension

La relation étroite entre l'hypertension et l'apport alimentaire en sodium est largement reconnue et étayée par plusieurs études. Une réduction du sodium alimentaire diminue non seulement la tension artérielle et l'incidence de l'hypertension, mais est également associée à une réduction de la morbidité et de la mortalité dues aux maladies cardiovasculaires. Une réduction modeste et prolongée de l'apport en sel induit une baisse significative de la pression artérielle chez les individus hypertendus et normotendus, indépendamment du sexe et du groupe ethnique, avec des baisses plus importantes de la pression artérielle systolique pour des réductions plus importantes de la teneur en sel alimentaire. L'apport élevé en sodium et l'augmentation de la pression artérielle sont liés à la rétention d'eau, à l'augmentation de la résistance périphérique systémique, aux altérations de la fonction endothéliale, aux modifications de la structure et de la fonction des grosses artères élastiques, à la modification de l'activité sympathique et du système neuronal autonome. modulation du système cardiovasculaire. Dans cette revue, nous nous sommes concentrés sur les effets de l'apport en sodium sur l'hémodynamique vasculaire et leur implication dans la pathogenèse de l'hypertension.

Mots clés: rigidité artérielle fonction endothéliale hypertension apport en sel sensibilité au sel apport en sodium activité sympathique.

Déclaration de conflit d'intérêts

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêts.

Les figures

Relation entre une consommation élevée de sel…

Relation entre une consommation élevée de sel avec l'alimentation, la pression artérielle et la rigidité artérielle. Abréviations :…


Combien de sel ?

Selon l'American Association of Kidney Patients, une faible consommation de sel signifie une baisse de la pression artérielle. L'association recommande moins de 5g, soit 100 nanomoles de sodium par jour, ce qui se traduit par 2 300 mg par jour. Selon la Cleveland Clinic, le sel devrait être limité à 1 500 mg maximum, ce qui est considérablement moins - cette recommandation provient de l'American Heart Association. Une cuillère à café de sel contient environ 2 400 mg de sodium. Les aliments tels que le bacon, les saucisses, les soupes en conserve, les grignotines et les aliments marinés ont tous tendance à être riches en sel, la Cleveland Clinic vous recommande de ne pas les manger si vous souffrez d'hypertension artérielle.


Considérations

Plus qu'une simple augmentation de la pression artérielle due à l'accumulation de fluides corporels, des taux de sodium sanguin très bas et le déséquilibre chimique qui en résulte dans votre sang peuvent provoquer de la confusion, des maux de tête, des nausées ou même le coma et la mort. Un régime alimentaire modéré à faible en sodium aide à vous protéger des maladies chroniques causées par une trop grande quantité de sodium, notamment l'hypertension artérielle, les maladies des vaisseaux sanguins et l'insuffisance cardiaque et rénale. Les Lignes directrices 2010 pour les Américains recommandent un apport quotidien maximal en sodium de 2 300 mg pour les adultes en bonne santé de moins de 51 ans, et de moins de 1 500 mg pour toute personne de 51 ans ou plus, sensible au sodium ou souffrant d'affections existantes, telles qu'une maladie cardiaque ou rénale. .


Les faits sur le sodium et l'hypertension artérielle

Tout le monde a du sodium dans son alimentation, c'est une réalité. Le sodium est un nutriment essentiel. Cependant, certains d'entre nous en consomment peut-être trop et, souvent, nous ne savons même pas où cela se cache dans les aliments que nous mangeons. Découvrez pourquoi réduire votre apport en sodium peut être bénéfique pour votre santé.

L'apport en sodium s'additionne

La bonne nouvelle d'abord : le sel a de nombreuses utilisations. Il élève le point d'ébullition de l'eau, attendrit les viandes et rehausse la saveur de nombreux aliments. La mauvaise nouvelle est que le sel de table contient 2 300 milligrammes de sodium par cuillère à café. Pour la plupart des gens et des enfants de 14 ans et plus, la recommandation est de limiter le sodium à moins de 2 300 milligrammes par jour. Pour ceux qui ont déjà une tension artérielle ou d'autres problèmes de santé, la recommandation peut être encore plus faible. Selon le Directives diététiques pour les Américains, il est recommandé aux enfants âgés de 1 à 3 ans de limiter leur apport en sodium à 1 200 milligrammes par jour à 1 500 milligrammes par jour pour les enfants âgés de 4 à 8 ans et à 1 800 milligrammes par jour pour les enfants âgés de 9 à 13 ans.

Il serait difficile de consommer autant de sodium en une bouchée concentrée. Au lieu de cela, l'apport en sodium s'additionne tout au long de la journée. Et sur la base des estimations des Centers for Disease Control and Prevention, seule une petite quantité de l'apport quotidien de l'Américain moyen provient de l'ajout de sel aux aliments à table. Le sel dans les aliments transformés et prêts-à-manger fournit la majorité du sodium dans notre alimentation.

Le sodium est répandu dans de nombreux aliments que nous consommons et en excès peut être nocif pour notre santé. Cependant, un certain nombre d'études montrent qu'une diminution de l'apport en sodium peut abaisser la tension artérielle. Consommer moins de 2 300 milligrammes de sodium par jour pour les adultes peut avoir un impact supplémentaire sur l'abaissement de la tension artérielle, en particulier lorsqu'il est combiné avec les approches diététiques pour arrêter l'hypertension, ou DASH, un régime alimentaire axé sur les fruits et les légumes qui est plus faible en sodium et gros. Les bonnes sources de potassium et le mdash, un minéral important du régime DASH, qui aident à réduire la tension artérielle, comprennent les pommes de terre, les patates douces, les courges, les haricots et le jus d'orange.

Les sources cachées du sodium

Attention : le sodium n'est pas seulement dans les collations salées ou le shaker de table. Bon nombre des aliments et des repas déjà préparés que vous consommez dans les restaurants, les cafés et les plats à emporter dans les épiceries contiennent du sodium, car c'est un moyen peu coûteux d'ajouter de la saveur et un moyen efficace de conserver les aliments. Même les aliments dont la teneur en sodium est faible à modérée peuvent conduire à un régime riche en sodium si vous en consommez trop.

En tête de liste pour le pourcentage le plus élevé de notre consommation quotidienne de sodium se trouvent des articles tels que le pain, la charcuterie et la charcuterie, la pizza, la volaille fraîche et transformée, les soupes, les sandwichs (y compris les hamburgers), le fromage et les pâtes.

Comment réduire la consommation de sodium

La meilleure façon de lutter contre l'excès de sodium dans votre alimentation quotidienne est de surveiller votre consommation d'aliments hautement transformés. Lisez l'étiquette de la valeur nutritive et recherchez la valeur quotidienne du sodium dans les aliments que vous mangez. Et considérez ces options satisfaisantes pour garder le sodium sous contrôle : fruits et légumes, noix non salées, légumineuses et grains entiers (y compris le riz brun, l'avoine et l'orge).


Sensibilité au sodium et tension artérielle

Beaucoup de gens croient encore que la consommation de sel est le principal coupable de l'hypertension artérielle, mais même l'American Heart Association est passée de ce mythe.

L'hypertension est une condition grave et dangereuse d'hypertension artérielle, et une indication que quelque chose est déséquilibré. Un tiers de la population mondiale souffre d'hypertension artérielle, qui est responsable de près de 50% des décès cardiovasculaires. La pression normale est considérée comme inférieure à 120 mmHg systolique et 80 mmHg diastolique (120/80) ce niveau et au-dessus est anormal. La préhypertension est considérée comme 120-139/80-89, et l'hypertension au-dessus de ce niveau.

Une pression artérielle élevée fait partie du modèle de maladie chronique, selon lequel l'excès de graisse corporelle favorise l'inflammation chronique et l'intolérance aux glucides, entraînant une mauvaise santé et une mauvaise condition physique, y compris l'hypertension. Dans certains cas, l'hypertension peut être un effet secondaire de divers médicaments, notamment les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens), les contraceptifs oraux, les sympathicomimétiques, les médicaments anti-migraineux et anti-démence, les corticostéroïdes, les antidépresseurs, les antineuropathiques, les médicaments contre l'épilepsie. , la maladie de Parkinson et d'autres.

Dans la plupart des cas, l'amélioration du mode de vie peut ramener une pression artérielle anormalement élevée à la normale sans avoir besoin de médicaments - ceci est recommandé comme première approche du traitement. La réduction de l'excès de graisse corporelle, généralement causé par l'intolérance aux glucides et les élévations correspondantes de l'insuline, peut souvent apporter des résultats souhaitables relativement rapidement, car cela peut être la cause la plus fréquente d'hypertension. Cela signifie éliminer tous les glucides raffinés, en particulier le sucre, de l'alimentation.

Au cours du test de deux semaines, lorsque l'apport en glucides est très faible, une pression artérielle élevée peut diminuer rapidement, les personnes prenant des médicaments pouvant développer une pression artérielle anormalement basse (hypotension), ce qui peut être dangereux. Il est important de demander à votre professionnel de la santé de surveiller votre tension artérielle pendant ces changements de mode de vie. Chez certaines personnes, l'adaptation de la pression artérielle peut prendre plus de temps.

Le temps qu'il faut pour que la pression artérielle se normalise, bien sûr, dépend de l'individu. En bref, ceux qui deviennent plus sains et plus en forme plus tôt peuvent réduire leur hypertension plus rapidement. Chez les personnes souffrant d'inflammation chronique, une rigidité artérielle - durcissement des artères ou artériosclérose - se développe souvent, ce qui peut ralentir le processus de réduction de la pression artérielle, prenant des semaines, des mois ou plus (en particulier chez les personnes atteintes de diabète ou d'autres maladies). Une surveillance régulière, notamment sous traitement médicamenteux, est indispensable.

La plupart du sodium consommé est le chlorure de sodium présent dans divers types de sel. Alors que le sodium est un nutriment important, l'un des électrolytes clés dont nous avons tous besoin, lorsque les hormones du corps et d'autres équilibres métaboliques sont éteints, trop de sodium peut augmenter la pression artérielle en raison d'une maladie appelée sensibilité au sodium. Mais comme d'autres causes d'hypertension, la plupart des cas peuvent probablement être résolus avec un mode de vie sain.

Alors que ceux qui ont une sensibilité au sodium ne le ressentent généralement pas, cette condition peut parfois se manifester par des doigts légèrement tendus ou enflés après l'exercice, ou un excès de poids en eau. Il n'y a pas de test de laboratoire pour la sensibilité au sodium, mais un sodium défi peut vous aider à découvrir si vous êtes sensible au sodium. Cela serait indiqué par un changement de la pression artérielle de 5 à 10 pour cent (ou d'au moins 5 mmHg) en réponse à un changement dans l'apport en chlorure de sodium.

Le tableau ci-dessous est un exemple réel de ce qui peut arriver chez une personne sensible au sodium au cours de ce défi - la pression artérielle diminue rapidement lorsque le sodium est restreint dans l'alimentation et augmente lorsqu'il est ajouté. Pendant la restriction en sodium, l'utilisation de sel de chlorure de sodium est évitée, ainsi que les aliments riches en sodium, qui, en plus de la plupart des aliments emballés et rapides, comprennent les viandes et poissons fumés, salés et salés tels que le bacon et autres viandes tranchées, et sardines, caviar et anchois. L'utilisation de sel de chlorure de potassium (également appelé substitut de sel), pauvre en sodium, est autorisée avec modération.

La sensibilité au sodium peut se développer pour diverses raisons :

  • Dysfonctionnement des mécanismes de régulation du sodium, en particulier dans les reins, et de l'hormone surrénale aldostérone. Cela peut être déclenché par un excès de stress, augmentant le cortisol, une hormone.
  • L'excès de graisse corporelle et l'inflammation chronique associée et l'intolérance aux glucides (résistance à l'insuline), qui peuvent créer du stress et augmenter l'insuline, provoquant une rigidité artérielle, ne permettant pas aux vaisseaux de se dilater correctement, augmentant la pression artérielle.
  • Une mutation génétique qui peut provoquer une sensibilité au sodium peut affecter négativement le métabolisme du sodium et les mécanismes affectant la dilatation des artères.

De plus, un plus petit nombre de personnes Ordinaire la tension artérielle peut être sensible au sodium, un problème qui peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires, d'asthme, d'ostéoporose, de cancer de l'estomac et de problèmes rénaux. La détermination de cette sensibilité nécessite des évaluations plus complexes.

Les recommandations récentes de l'Institute of Medicine pour l'apport en sel de chlorure de sodium vont jusqu'à 5,8 g (2,3 g, ou 2300 mg, de sodium) pour les jeunes adultes, un peu moins pour les personnes âgées. C'est un peu plus d'une cuillère à café de sel par jour. Cette quantité de sodium serait trop élevée pour une personne effectuant un défi sodium.

Contrairement aux idées reçues, le sodium carence est aussi un problème fréquent. C'est ce qu'on appelle l'hyponatrémie, et elle est 10 fois plus fréquente que les crises cardiaques. De plus, écrire dans le journal Opinion actuelle en néphrologie et hypertension (2013 Outils de diagnostic pour l'hypertension et les tests de sensibilité au sel), Robin Felder et ses collègues déclarent qu'« un régime pauvre en sel peut ne pas être bénéfique pour tout le monde et peut paradoxalement augmenter le risque cardiovasculaire en augmentant la tension artérielle chez certaines personnes ». Ce problème s'appelle inverse sensibilité au sel.

Les athlètes et les autres personnes qui transpirent beaucoup peuvent être plus sensibles à une perte accrue de sodium (la sueur contient de grandes quantités de sodium et peu de potassium). L'augmentation de l'entraînement à haute intensité peut également entraîner une perte excessive de sodium par l'urine en raison d'un déséquilibre hormonal.

Réduire la pression artérielle naturellement en améliorant la santé globale peut aider à d'autres problèmes de santé connexes et constitue la première ligne de traitement. Ceci vise à réduire et à maintenir la graisse corporelle à des niveaux normaux, ce qui réduit l'intolérance aux glucides et l'insuline, ce qui est plus facile à réaliser en évitant la malbouffe, en particulier le sucre et les autres glucides raffinés. Améliorer la santé pour abaisser la tension artérielle est généralement suffisamment efficace pour éviter ou éliminer les médicaments. Dans certains cas, cela peut signifier réduire l'apport en sodium à des niveaux qui n'augmentent pas la tension artérielle (voir le tableau).

Encore une fois, pour ceux qui prennent déjà des médicaments sur ordonnance pour l'hypertension artérielle, il est important d'obtenir l'aide de votre professionnel de la santé pour surveiller attentivement et réduire ou éliminer les médicaments au besoin. Ceci est important, car une meilleure alimentation peut réduire la tension artérielle et les médicaments continuent de faire de même. Abaisser trop la tension artérielle avec des médicaments est dangereux, cela peut nuire à la santé, en particulier pour le cerveau.

Des études ont démontré les avantages d'un mode de vie amélioré pour une santé et une forme physique optimales, et le traitement de l'hypertension ne fait pas exception. Dans les cas difficiles, la sensibilité au sodium doit également être prise en compte.


Les références

Filippini T, Malavolti M, Whelton PK, Naska A, Orsini N, Vinceti M

Powles J, Fahimi S, Micha R, Khatibzadeh S, Shi P, Ezzati M, Engell RE, Lim SS, Danaei G, Mozaffarian D

Roth GA, Johnson C, Abajobir A, Abd-Allah F, Abera SF, Abyu G, Ahmed M, Aksut B, Alam T, Alam K, et al.

Oliver WJ, Cohen EL, Neel JV

de Souza Filho ZA, Ferreira AA, Dos Santos J, Meira KC, Pierin AMG

Mente A, O'Donnell M, Rangarajan S, Dagenais G, Lear S, McQueen M, Diaz R, Avezum A, Lopez-Jaramillo P, Lanas F, et al.

Mente A, O'Donnell M, Rangarajan S, McQueen M, Dagenais G, Wielgosz A, Lear S, Ah STL, Wei L, Diaz R, et al.

Mente A, O'Donnell MJ, Rangarajan S, McQueen MJ, Poirier P, Wielgosz A, Morrison H, Li W, Wang X, Di C, et al.

Ma W, Yin X, Zhang R, Liu F, Yang D, Fan Y, Rong J, Tian M, Yu Y

Petersen KS, Johnson C, Mohan S, Rogers K, Shivashankar R, Thout SR, Gupta P, He FJ, MacGregor GA, Webster J, et al.


Liens connexes

Les références: L'augmentation de la consommation de sel induit la conservation de l'eau corporelle et diminue l'apport hydrique. Rakova N, Kitada K, Lerchl K, Dahlmann A, Birukov A, Daub S, Kopp C, Pedchenko T, Zhang Y, Beck L, Johannes B, Marton A, Müller DN, Rauh M, Luft FC, Titze J. J Clin Invest. 2017 mai 1127(5) : 1932-1943. doi: 10.1172/JCI88530. Publication en ligne du 17 avril 2017. PMID : 28414302.

Un apport élevé en sel redéfinit la priorité du métabolisme des osmolytes et de l'énergie pour la conservation des fluides corporels. Kitada K, Daub S, Zhang Y, Klein JD, Nakano D, Pedchenko T, Lantier L, LaRocque LM, Marton A, Neubert P, Schröder A, Rakova N, Jantsch J, Dikalova AE, Dikalov SI, Harrison DG, Müller DN , Nishiyama A, Rauh M, Harris RC, Luft FC, Wassermann DH, Sands JM, Titze J. J Clin Invest. 2017 mai 1127(5) : 1944-1959. doi: 10.1172/JCI88532. Publication en ligne du 17 avril 2017. PMID : 28414295.

Le financement: National Heart, Lung, and Blood Institute (NHLBI) du NIH et National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases (NIDDK) Ministère fédéral allemand de l'économie et de la technologie/DLR Forschung unter Weltraumbedingungen American Heart Association Renal Research Institute TOYOBO Biotechnology Foundation Centre interdisciplinaire de recherche clinique Recherche Erlangen et Deutsche Forschungsgemeinschaft.