Informations

Identification d'un insecte trouvé près de Shirdi, Maharashtra

Identification d'un insecte trouvé près de Shirdi, Maharashtra


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai trouvé l'insecte dans la maison près de Shirdi, Maharashtra. j'ai capturé l'image


C'est un mille-pattes domestique dont le nom scientifique est Scutigera coleoptrata. Son venin ne fait pas beaucoup de mal aux humains.

Sources : Image 1 et Image 2


Principaux sanctuaires et réserves fauniques du Maharashtra

Le sanctuaire est situé sur la chaîne sud-ouest de la chaîne Satpura à Shirpur Tehsil du district de Dhule. Il partage des frontières avec le sanctuaire de Yawal et d'autres sanctuaires du Madhya Pradesh.

Faune: Le sanctuaire était autrefois très riche en faune, il essaie maintenant de retrouver son statut antérieur. Les animaux communs trouvés dans cette zone sont les cerfs qui aboient, les chikaras, les lièvres, les porcs-épics et les chats de la jungle. Monitor Lizard est le reptile commun dans ce sanctuaire. Parmi les animaux migrateurs que l'on peut trouver ici se trouvent des hyènes, des chacals, des loups et des sangliers. Les oiseaux résidents communs comprennent les Peafs, les Qualis, les Perdrix, les Aigrettes, les Hérons, les Cormorans, les Corts, les Spot Bills, les Eagle Hamers et les hiboux, etc. On peut également voir une variété d'oiseaux qui migrent vers cette région. Parmi eux figurent les canards Brahming, les grues, les Stokes et de nombreux échassiers.

Sanctuaire de faune de Bhamragarh : district de Chandra - Maharashtra

Ce sanctuaire est situé dans le district de Chandrapur dans la région de Vidharba du Maharashtra. La majorité de la zone est sous une forêt épaisse qui est boisée, avec de petites parcelles de prairies réparties sur toute la zone protégée. On peut même trouver des zones humides dans la zone protégée. Parmi elles, les rivières Pamalgautam et Parlkota, qui traversent la zone protégée.

Faune: Bhamragarh Wildlife Sanctuary est connu pour sa variété d'animaux sauvages. Les animaux en voie de disparition dans cette région sont le léopard, la volaille de la jungle, le sanglier et l'ours paresseux. Les touristes peuvent également trouver d'autres animaux comme les cerfs qui aboient, les taureaux bleus, les lièvres, les mangoustes, les paons et les écureuils volants.

Sanctuaire de faune de Bhimashankar : Ghâts occidentaux du Maharashtra

Le sanctuaire est situé dans la partie nord des Ghâts occidentaux. Elle est répartie sur les trois quartiers Pune, Thane et Raigad. Il y a un sanctuaire dans la forêt avec le Jyotirlinga, temple du Seigneur Shiva. Deux principaux affluents de la rivière Krishna, à savoir Bhima et Ghod, proviennent de cette région. La vallée est une splendide combinaison de vie végétale et animale.

Faune: La région est riche en faune car il existe une variété de types de forêts dans le sanctuaire. La vie sauvage trouvée ici comprend des léopards, des cerfs qui aboient, des sambar, des sangliers, des langur et des hyènes. Parmi les oiseaux, on pourra trouver le Calao gris de Malabar, le Quaker Babbler, la Grive siffleuse de Malabar, le Pigeon vert, l'Aigle noir, la Poule de la jungle grise et bien d'autres. Vous pourrez peut-être voir la grande brigade de papillons et l'écureuil géant de Malabar, l'un des plus grands écureuils arboricoles trouvés ici, mesurant plus d'un mètre de long.

Sanctuaire de la faune de Bor : Hingni à Wardha - Maharashtra

Le sanctuaire de la faune de Bor est situé à Hingni dans la région de Wardha de Vidarbha. Cette zone comprend 3 237 hectares de forêt de réserve, 2 213 hectares de forêt protégée et 660 hectares de forêt non classée. De nombreux villages entourent le sanctuaire. Les animaux sauvages trouvés dans ce sanctuaire sont des tigres, des panthères, des bisons, des taureaux bleus, des chitals, des sambars, des paons, des cerfs qui aboient, des chinkara, des singes, des sangliers, des ours et des chiens sauvages.

Sanctuaire de faune de Chaprala : district de Chandrapur - Maharashtra

Ce sanctuaire est situé dans le district de Chandrapur dans la région de Vidharba du Maharashtra. La majorité de la zone est sous une forêt épaisse qui est une terre boisée, avec de petites parcelles de prairies réparties sur toute la zone protégée. Le sanctuaire de faune de Chaprala abrite une variété d'animaux sauvages. Sur les 23 espèces de mammifères enregistrées dans cette zone, il existe 4 espèces de mammifères en danger d'extinction, à savoir le tigre, le léopard, le chat de la jungle, l'ours paresseux et le chien sauvage. Il y a 131 espèces d'avifaune enregistrées dans la zone protégée dont jusqu'à trois espèces d'oiseaux sont en danger. Il existe 2 espèces de reptiles en voie de disparition, à savoir le python indien et le moniteur indien commun. D'autres incluent Black Buck, Wild Boar, Spotted Deer, Sambar, Barking Deer, Blue Bull, Common Langoor, Harep, Jackal, Mungoose, Peacock, Jungle Fowl et Flying Squirrel.

Sanctuaire de faune de Chikhaladara : Région de Vidarbha - Maharashtra

Le sanctuaire de la faune de Chikhaldara est situé dans le district d'Amravati de la région de Vidarbha. La seule station de montagne de la région de Vidarbha offre une faune abondante, des points de vue, des lacs et des cascades. Ce sanctuaire porte le nom de "Keechaka". C'est l'endroit où Bhima a tué Keechaka et l'a jeté dans la vallée. Il est ainsi devenu connu sous le nom de "Keechakadara" et Chikhaldara est sa corruption. C'est la seule zone de culture du café du Maharashtra. Les touristes peuvent trouver des panthères, des ours paresseux, des sambar et des sangliers. On peut même apercevoir des chiens sauvages ici. A proximité se trouve le célèbre Melghat Tiger Project dans le parc national de Dhakana-Kolkaz, un centre d'habitat naturel pour environ 82 tigres.

Sanctuaire des bisons de Dajipur : frontière du district de Kolhapur - Maharashtra

Le sanctuaire de bisons de Dajipur est situé à la frontière des districts de Kolhapur et de Sindhudurg, près des backwaters du barrage de Radhanagari. Des montagnes escarpées et des forêts épaisses riches en faune entourent ce complexe de la jungle. Le sanctuaire est complètement coupé de l'habitat humain. Les touristes peuvent trouver des bisons, des cerfs sauvages, des chitals, des gawas, etc. En dehors de ceux-ci, on peut également apercevoir d'autres animaux sauvages et oiseaux spectaculaires ici.

Réserve de tigres de Melghat : District d'Amaravati - Maharashtra

La réserve de tigres de Melghat est située à Chikhaldara et Dharni tehsils du district d'Amaravati dans la chaîne de collines de Satpura. C'est l'un des derniers habitats restants du tigre indien dans le Maharashtra. La réserve de tigres de Melghat a été constituée en 1974 et la direction du projet Tiger, Melghat a commencé à fonctionner à partir du 22 février 1974. Compte tenu de l'importance écologique, florale et faunique de la région, le 5 septembre 1975, la réserve de tigres de Melghat a été désignée sanctuaire .

Faune: La région est riche en mammifères sauvages dont le tigre, la panthère, l'ours paresseux, le chien sauvage, le chacal, la hyène, le chausinga, le sambar (le plus grand cerf du monde), le gaur, le cerf aboyeur, le ratel, l'écureuil volant, le cheetal (type de cerf), nilgai , le sanglier, le langur, le singe rhésus et le macaque.

Sanctuaire d'oiseaux de Jayakwadi : district d'Aurangabad - Maharashtra

Le sanctuaire d'oiseaux de Jayakwadi est situé dans le district d'Aurngabad et d'Ahamadnagar dans la région de Marathawara. La présence du lac Nathsagar dans le sanctuaire rend les environs riches en faune et flore aquatique.

Faune: Il a attiré de nombreuses espèces d'oiseaux résidents et migrateurs. Près de 200 espèces d'oiseaux se trouvent dans cette zone, qui comprend plus de 70 espèces d'oiseaux migrateurs dont 45 espèces principales sont de migration internationale. Parmi les oiseaux migrateurs, notons les grues, les flamants roses, le canard brahmane, les sarcelles rousses, les canards pilets, les canards siffleurs, les pelles, le dieu de l'esprit, les shauces, les ibis brillants, etc. C'est un habitat pour le repos des oiseaux résidents locaux.

Zoo de Jijamata Udyan : District de Byculla - Maharashtra

Les jardins Rani Jijamata Udyan Victoria, aménagés en 1861, abritent le zoo de Mumbai. Il abrite de nombreuses espèces d'animaux et d'oiseaux rares et menacées. Les jardins s'étendent sur 48 acres à Byculla, dans la partie centrale de Mumbai, entourés de colonies de logements sociaux ou « Chawls ». À l'entrée principale des jardins se trouve une tour de l'horloge, qui rappelle la Renaissance italienne, mais l'horloge a cessé de tourner depuis longtemps. Les jardins regorgent d'arbres, dont certains sont très anciens. Dans les jardins se trouve le musée Albert qui abrite une multitude de découvertes archéologiques locales, parmi lesquelles un énorme éléphant en pierre à l'entrée, qui a été trouvé en 1864 sur l'île de Gharapuri.

Sanctuaire de faune de Kalasubai Harischandragad : district d'Ahmednagar - Maharashtra

La zone du sanctuaire s'étend de Kalasubai à Harischandragad à Akole Tehsil du district d'Ahmadnagar. La région fait partie des chaînes de collines de Sahyadri. Le sanctuaire de Kalsubai est un défi pour les randonneurs car il s'agit de la région la plus accidentée et vallonnée et difficile d'accès. Kalasubai est le plus haut sommet (1646 m) des Ghâts occidentaux dans l'État du Maharashtra.

Faune: Les touristes peuvent trouver une grande variété de mammifères, de reptiles et d'oiseaux. Les mammifères trouvés ici sont le léopard, le chat de la jungle, la civette palmiste, la mangouste, l'hyène, le loup, le chacal, le renard, le sanglier, le cerf qui aboie, le sambar, le lièvre et les chauves-souris, etc. Les animaux les plus attrayants sont l'écureuil géant indien et le porc-épic. Les reptiles trouvés dans ce sanctuaire sont le varan, le lézard à gorge éventail, les tortues et de nombreuses espèces de serpents. Parmi les oiseaux se trouvent les oiseaux communs des collines et des prairies. On peut également repérer des oiseaux aquatiques tels que des cigognes à cou blanc, des ibis noirs, des hérons, des aigrettes, des cormorans, des poules d'eau, etc.

Sanctuaire d'oiseaux de Karnala : Panvel Taluka du district de Raigad - Maharashtra

Le sanctuaire d'oiseaux de Karnala est situé à Panvel Taluka dans le district de Raigad de la région de Konkan. Ce sanctuaire est situé au pied du fort de Karnala, qui se situe entre Pen et Panvel. Le sanctuaire est à environ 25 m de haut du niveau de la mer, tandis que le fort lui-même est à 370 m du niveau de la mer.

Faune: Riche en habitats naturels, le sanctuaire regorge d'oiseaux avec divers types d'oiseaux résidents et migrateurs. On peut trouver environ 150 espèces d'oiseaux résidents et 37 espèces d'oiseaux migrateurs qui visitent le sanctuaire pendant les hivers. Il a deux saisons distinctes pour l'observation des oiseaux. Pendant la mousson, on peut observer le moucherolle du paradis, le chama ou la pie, le robinier et la grive siffleuse de Malabar, qui comptent parmi les chanteurs aviaires les plus mélodieux. Hibou, Ashy Rain War Blur et deux oiseaux rares Ashy Minimet et Spotted heart Woodpeckers ont été aperçus ici.

Sanctuaire de Katepurna : district d'Akola - Maharashtra

Le sanctuaire est situé dans le district d'Akola dans la région de Vidarbha. Il se trouve à proximité d'Akola et constitue principalement le bassin versant du réservoir de Katepurna. Ce réservoir attire principalement les oiseaux aquatiques. Le sanctuaire est célèbre pour l'antilope à quatre cornes et le cerf qui aboie. Les autres animaux sont le Black Buck, le loup, le léopard, l'hyène, le sanglier, le nilgai, le lièvre, le chat de la jungle, le singe, etc. De nombreuses espèces d'oiseaux communs des prairies et des zones humides sont observées. Le paon est l'oiseau commun repéré par les touristes. Le réservoir d'eau de Katepurna attire les oiseaux migrateurs.

Sanctuaire de faune de Koyna : district de Satara - Maharashtra

Le sanctuaire est situé dans le district de Satara dans l'ouest du Maharashtra. La réserve faunique de Koyana comprend les bassins versants est et ouest du barrage de Koyana. Ce barrage est un important centre de projet hydroélectrique dans le Maharashtra occidental. Le sanctuaire est bien protégé par la grande étendue du réservoir de Shivasagar et les pentes abruptes des Ghâts occidentaux des deux côtés. Un couloir de couverture végétale de Chandoli relie cette zone protégée. Il est délimité par la réserve faunique de Radhanagari au sud.

Faune: Les animaux trouvés dans ce sanctuaire sont les tigres, les panthères, les gaurs, les ours paresseux, les sambars, les cerfs qui aboient, les cerfs souris, les dholes, les écureuils de Gaint, les loutres, les langoors communs, les pythons et les cobras. Parmi les oiseaux figurent les pics tachetés du cœur, roux et à tête brune, l'autour des palombes, l'engoulevent à longue queue et l'oiseau bleu féerique. On les trouve très rarement dans d'autres parties des Ghâts occidentaux.

Sanctuaire marin de Malvan - Maharashtra

Malvan, le seul sanctuaire marin du Maharashtra est situé à Malvan Taluka, dans le district de Sindhudurg, dans la région de Konkan. Le sanctuaire est riche en coraux et en vie marine. Les plantations de sable doré et de filaos de la côte des Malvans forment une vue panoramique et c'est un régal pour les yeux.

Réserve faunique de Nagzira : chaîne de Tirora de la forêt de Bhandara - Maharashtra

Le sanctuaire de la faune de Nagzira se trouve dans la chaîne Tirora de la division forestière de Bhandara, dans le district de Bhandara de la région de Vidarbha. Le sanctuaire est enfermé dans les bras de la nature et orné d'un paysage exquis. Le sanctuaire se compose d'une chaîne de collines avec de petits lacs à l'intérieur de ses limites. Ces lacs garantissent non seulement une source d'eau à la faune tout au long de l'année, mais rehaussent également considérablement la beauté du paysage.

Faune: Les forêts offrent des conditions idéales de refuge à une variété d'oiseaux et d'animaux. Les animaux couramment repérés sont les tigres, les panthères, les léopards, les bisons, les ours paresseux, les sambar, les antilopes à quatre têtes, les taureaux bleus, les chitals, les cerfs qui aboient, les souris, les civettes, les chacals, les chats de la jungle, les hyènes tachetées et les lièvres. Parmi les oiseaux qui sont proéminents et couramment observés, citons le paon, la volaille grise de la jungle et la volaille à éperon rouge. Les habitats du sanctuaire comprennent 34 espèces de mammifères, 166 espèces d'oiseaux, 36 espèces de reptiles, 4 espèces d'amphibiens et un certain nombre de poissons. La faune d'invertébrés comprend, outre un certain nombre d'espèces d'insectes et de fourmis, 49 espèces de papillons.

Sanctuaire d'oiseaux de Nandur Madhmeshwar - Maharashtra

Le sanctuaire d'oiseaux de Nandur Madhmeshwar est situé à Niphad Tehsil, dans le district de Nashik, dans l'ouest du Maharashtra. Un déversoir de collecte de pierres a été construit en 1907-13 sur la rivière Godavari juste en dessous du confluent des rivières Kodwa et Goadavari à Nandur Madhameshwar. Le niveau d'eau fluctue toujours dans le lac Nandur Madhameshwar. L'eau libérée des réservoirs d'eau de Gangapur et de Darana est stockée à Nandur Madhameshwar et ensuite libérée d'ici par des canaux pour l'irrigation. Les limons et la matière organique emportés par l'écoulement de l'eau s'accumulent dans le lac, ce qui a créé des îles et des étangs d'eau peu profonde. Il en est résulté des conditions d'enrichissement biologique grâce auxquelles la végétation aquatique a été stabilisée. Ainsi, le site s'est transformé en un bon habitat de zone humide, à juste titre décrit comme 'Bharatpur of Maharashtra".

Faune: Le sanctuaire d'oiseaux de Nandur Madhmeshwar est un port pour des milliers d'oiseaux magnifiques et migrateurs. Il existe plus de 230 espèces d'oiseaux, dont 80 sont des espèces migratrices. Les oiseaux migrateurs trouvés dans ce sanctuaire sont la cigogne blanche, l'ibis glacé, les spatules, le flamant, le canard brahmane, les canards pilets, le canard colvert, le canard, le canard, les pochards, les jarrets de grue, les courlis, les bergeronnettes, les barges, les tisserands, etc. inclure Black Ibis, Spot Bills, Teals, Little Grabe, Cormorans, Aigrettes, Hérons, Cigognes, Cerfs-volants, Vautours, Buses, Harriers, Balbuzards, Cailles, Patridges, Eagles, Water Hens, Sand Pipe, Swifts, Grey hornbill, Peafowl, etc.

Parc national de Navegaon : Navegoan, Gondia - Maharashtra

Le parc national de Navegaon situé à Navegoan, Gondia est l'une des stations forestières les plus populaires de la région de Vidarbha. Un lac pittoresque aux eaux cristallines, s'étendant sur une superficie de 11 km², est situé au milieu de chaînes de collines et peut être approché par une série de sentiers sinueux. Stratégiquement situées, les tours de guet permettent au visiteur de Navegaon d'avoir un aperçu de la faune variée de la région. Il se compose d'un parc à cerfs, d'une volière et de trois magnifiques jardins paysagers. Bien que Navegaon soit mieux connu comme sanctuaire d'oiseaux, un certain nombre d'animaux sauvages pourraient également être aperçus. Les tigres, les panthères, les bisons, les sambars, les nilgais, les chitals, les sangliers, les ours paresseux et les chiens sauvages sont les principales espèces sauvages de ce parc national.

Parc national de Pench (Projet Tiger Reserve) - Maharashtra

Le parc national de Pench, à la frontière du Madhya Pradesh et du Maharashtra, est connu à travers les âges pour sa flore et sa faune riches. Nommé d'après la rivière qui coule à proximité, Pench a été déclaré sanctuaire de la faune en 1983, bien qu'il ait été déclaré zone notifiée en 1972. Ce parc est la 25e réserve de tigres du pays et est fier de ses tigres et autres animaux sauvages. La superficie totale de la réserve de tigres de Pench s'élève à environ 758 km, dont une zone centrale de 299 km² est le parc national et 464 km la zone tampon. En été, la rivière retient l'eau dans des bassins éparpillés le long de son lit, connus localement sous le nom de 'Doh'. À l'est se trouve Golia Pahar à environ 670 m au-dessus du niveau principal de la mer, qui est la plus haute colline du district de Nagpur.

Faune :Les animaux communs dans ce sanctuaire sont Langur commun, Chacal, Chien sauvage, Ours paresseux, Mangouste grise indienne, Hyène rayée, Tigre, Léopard, Chat de la jungle, Sanglier, Cerf tacheté, Sambar, Cerf qui aboie, Bison indien, Nilgai, Chausinga , Grand écureuil volant brun, porc-épic et pangolin.

Peshwe Udyan : Pune - Maharashtra

Le zoo de Peshwe Udyan est situé à côté de Saras Baug à Pune. Il est entretenu par la Pune Municipal Corporation et abrite une variété d'espèces d'animaux sauvages. Lorsque le temple de Talayatala Ganpati a été établi, le sable, qui est sorti en creusant le lac, a été mis de côté. Les Peshwas ont planté des arbres à cet endroit. Lorsque la société municipale de Pune a vu le jour, elle a construit un jardin et un zoo à cet endroit et lui a donné le nom de Peshwe Udyan. Dans ce zoo, il y a tous les animaux, des oiseaux aux gros animaux comme l'éléphant. Pour les enfants, ce zoo est un autre lieu de divertissement et d'apprentissage. Il a un tour en petit train, une attraction très spéciale pour les enfants, un magnifique lac avec des installations de navigation de plaisance, des promenades avec des animaux et un parc de jeux.

Sanctuaire de faune de Phansad : district de Raigad - Maharashtra

La réserve faunique de Phasand est située à Murud et Roha Talukas du district de Raigad dans la région de Konkan. Le sanctuaire représente un écosystème forestier côtier des Ghâts occidentaux, ce qui rend l'habitat très riche et offre une atmosphère très paisible aux visiteurs. Les animaux sauvages trouvés dans ce sanctuaire sont la panthère, le sambhar, le sanglier, le cerf qui aboie, la hyène, etc.

Sanctuaire de faune de Radhanagri - Dajipur : District de Kolhapur - Maharashtra

La réserve faunique de Radhanagari est située entre les zones des principaux réservoirs, à savoir. "Shahu Sagar"et "Laxmi sagar" dans le district de Kolhapur. Toute la zone protégée est vallonnée avec des escarpements escarpés. Le sol est rougeâtre et latéritique. Un pourcentage élevé de minerai de bauxite se trouve dans les plateaux ou "Sadas".

Faune : Il est bien connu pour le Bison (500), qui est le plus grand et le plus splendide des Bœufs Sauvages vivants. Les touristes peuvent apercevoir des taureaux et des veaux courir avec leur mère ou un grand troupeau paître dans la jungle, ce qui est un régal pour les yeux et dont on peut se souvenir avec plaisir des années plus tard. D'autres animaux, abrités dans le sanctuaire sont le léopard, l'ours paresseux, le sanglier, le cerf qui aboie, le cerf souris, le sambar, l'écureuil géant, les chiens sauvages, comptés parmi certains des principaux animaux trouvés dans la zone protégée.

Sanctuaire de Sagareshwar - Maharashtra

Le sanctuaire de faune de Sagareshwar est à la trifurcation de trois Tehsils, à savoir Khanapur, Walva et Palus Tehsils du district de Sangli. L'importance de ce sanctuaire est qu'il s'agit d'un sanctuaire créé par l'homme. Sagareshwar est une forêt cultivée artificiellement sans apport d'eau pérenne et dans laquelle la plupart des espèces sauvages sont introduites artificiellement. Le statut de la zone s'est progressivement amélioré. Il a d'abord été classé dans la catégorie de parc, puis de réserve de chasse de Sagaroba en 1980 et par la suite, en 1985, il est devenu le sanctuaire de faune de Sagareshwar lorsqu'environ 52 animaux ont été libérés dans la région.

Faune : Les principaux animaux trouvés dans ce sanctuaire sont Sambar, Blackbucks, Sanglier, Cerf qui aboie, Paons, Cheetal, etc. Il n'y a pas d'espèces carnivores majeures comme le tigre et la panthère dans le Sanctuaire. Cependant, de petits carnivores comme la Hyène, le Renard et le Porc-épic se trouvent dans la zone protégée. Un assez grand nombre d'insectes, d'oiseaux et de reptiles se trouvent également dans le sanctuaire.

Parc National de Tadoba : Près de Chandrapur - Maharashtra

Le plus ancien parc national de l'État du Maharashtra, c'est également une réserve du projet Tiger, depuis 1993. La riche forêt de feuillus se compose principalement de tecks. La zone autour de Tadoba était autrefois très peuplée par les tribus Gond. Il tire son nom de leur divinité locale 'Taru', qui, selon une légende, a été tuée dans un combat épique avec un tigre. Il est toujours vénéré par les villageois locaux comme la divinité de 'Tadoba'. Havre de paix pour les passionnés de la faune, Tadoba est également surnommée « le joyau de Vidarbha ».

Faune : Bien que l'attraction principale soit le Tigre, les grands troupeaux de Chital, le majestueux Sambar, l'insaisissable Cerf qui aboie, le Chausinga à pattes flottantes, le majestueux Gaur, le robuste Nilgai, le timide ours paresseux, les chiens sauvages siffleurs, le sanglier omniprésent , et le léopard furtif font des impressions durables sur les visiteurs de cette réserve. A la tombée de la nuit, la petite civette indienne, la civette palmiste, le ratel, l'écureuil volant font sentir leur présence. Le lac attire de nombreux oiseaux aquatiques comme les héron garde-boeufs, les poules d'eau violettes et les jacanas. Il a également des crocodiles des marais à la ferme d'élevage.

Sanctuaire de faune de Tansa - Maharashtra

La réserve faunique de Tansa est située à Wada, Shahapur et Mokhada Talukas dans le district de Thane. La réserve faunique de Tansa comprend le bassin versant du lac Tansa et les forêts environnantes de Shahapur, Khardi, Vaitarna et East Wada Ranges dans le district de Shahapur Tehsil de Thana. Le lac Tansa est une source d'eau pérenne pour la vie sauvage du sanctuaire. Ce sanctuaire de la faune abrite un large éventail d'espèces. Il y a environ 50 espèces d'animaux et environ 200 espèces d'oiseaux dans cette région. Les principaux animaux sauvages sont la panthère, le cerf qui aboie, le cerf souris, l'hyène, le sanglier, le léopard, le chacal, l'antilope à quatre cornes, le chital, le sambar, le lièvre, le langur commun, etc.

Le parc national Sanjay Gandhi : Borivali, Mumbai - Maharashtra

On peut rencontrer plusieurs espèces, notamment le cerf tacheté, le lièvre à nuque noire, le cerf aboyeur, le porc-épic, la civette palmiste, le cerf souris, le macaque rhésus, le macaque Bounet, le langur Hanuman, le renard volant indien et le sambhar. Le monde reptilien compte 38 espèces à montrer. Les touristes peuvent voir des crocodiles dans le lac Tulsi et des pythons, des cobras, des varans, des vipères de Russell, des vipères en bambou et des serpents chat ceylanais.

Sanctuaire de Tipeshwar : Pandarkawada Tehsil du district de Yavatmal Maharashtra

Le sanctuaire de la vie sauvage de Tipeshwar est situé à Pandarkawada Tehsil, dans le district de Yavatmal de la région de Vidarbha, couvrant une superficie de 148,63 km². De nombreux villages entourent le sanctuaire et à cause de cela, il y a une énorme pression sur les ressources du sanctuaire pour le bois, le bois de chauffage et le bambou. Les principaux animaux que l'on trouve ici sont l'hyène, le bouc noir, le taureau bleu, le chital, le sambar, le paon, le lièvre, le serpent, le singe, le sanglier, l'ours, le chat sauvage, le loup, le chacal, etc.

Sanctuaire de Wan : District d'Amaravati - Maharashtra

Le sanctuaire de Wan est situé dans la région de Melghat du district d'Amravati. C'est une extension du sanctuaire de Melghat sur la partie sud-est. Cette zone fait partie intégrante de Melghat et est riche en biodiversité floristique et faunique. Le terrain accidenté et accidenté possède des forêts tropicales sèches à feuilles caduques. Le sanctuaire est riche en tigres, léopards, hyènes, lycaons, bisons, sambar, cerfs aboyeurs, sangliers sont des espèces herbivores majeures.

Sanctuaire de Yawal : district de Jalgaon - Maharashtra

Le sanctuaire de Yawal est situé à Yawal Tehsil du district de Jalgaon le long des rivières Anner et Manjal vers le nord à la frontière du Madhya Pradesh. On peut trouver un excellent habitat pour la vie sauvage dans les chaînes de collines de l'ouest de Satpuda, qui est très similaire à l'habitat trouvé dans la réserve de tigres de Melghat. Les espèces les plus présentes dans la réserve sont le tigre, le léopard, l'hyène, le chacal, le renard, le loup, le sambar, le chinkara, le nilgai, le sanglier, le cerf qui aboie, le chat de la jungle, la civette palmiste, le chien sauvage, l'ours paresseux, l'écureuil volant, etc. , les oiseaux terrestres et les oiseaux des collines dominent l'avifaune. Peu d'espèces d'oiseaux des zones humides sont également couramment observées ici. Il y a aussi un lac appelé "Suki" dans le sanctuaire, qui attire un grand nombre d'oiseaux migrateurs.


Résumé

Les lucioles sont des coléoptères charismatiques avec des parades nuptiales bioluminescentes attrayantes qui ont récemment été balayées sur la scène mondiale du tourisme de nature. Ici, nous fournissons le premier examen complet de la portée géographique, de l'ampleur, des espèces focales et d'autres attributs des principaux sites touristiques de lucioles dans le monde. Grâce à des entretiens et des enquêtes ciblés, nous estimons qu'au cours des dernières années, plus d'un million de touristes se sont rendus chaque année sur des sites situés dans au moins 12 pays pour observer les lucioles. La prolifération rapide du tourisme des lucioles offre une occasion opportune d'examiner comment ces activités peuvent avoir un impact sur les populations locales de lucioles et de mettre en évidence les facteurs biologiques qui rendent certaines espèces particulièrement vulnérables aux menaces associées au tourisme. Nous proposons des pratiques exemplaires fondées sur la science pour l'écotourisme des lucioles qui peuvent être adaptées aux circonstances locales, y compris des recommandations pour : (1) Conserver les habitats nécessaires au développement de toutes les étapes de la vie, (2) impliquer les communautés locales en tant que parties prenantes clés, et (3 ) offrent des programmes de formation pour les guides et du matériel d'interprétation pour les visiteurs. Enfin, nous proposons des suggestions pour transformer le comportement des touristes afin de minimiser l'impact sur les populations de lucioles. En élaborant des plans de gestion qui intègrent ces recommandations, les sites touristiques des lucioles peuvent améliorer l'expérience des visiteurs, protéger les ressources naturelles, profiter aux communautés locales et aider à promouvoir la conservation de la biodiversité des invertébrés.


Meilleur moment pour visiter

Idéalement le les mois de mousson entre juin et août sont idéaux pour les touristes s'aventurer dans les forêts car la température est moyenne et les conditions climatiques sont stables. De fortes averses peuvent être ressenties au cours de ces mois, mais la densité observable de la forêt en vaut la peine. Octobre est la période la plus stable de l'année car le temps est le plus prévisible et le plus agréable pour faire des voyages. Les mois de novembre à mars sont les plus touristiques de l'année et ne sont pas idéaux si l'on préfère découvrir la nature en exclusivité. Le sanctuaire est ouvert de 7h00 à 18h00 pour les visiteurs.


Finaliste, U-18: Compact Complexity par Alannah Harding (Queen Alexandra Sixth Form College, North Shields, Royaume-Uni).

Photographie : Alannah Harding/Photographe de l'année 2017 de la Royal Society of Biology


Les références

Hamilton B (1822) Un compte des poissons trouvés dans le Gange et ses branches. Imprimé pour Archibald Constable and Company, Édimbourg et Hurst, Robinson and Co., Cheapside, Londres (Réimpression 1981, Bishen Singh Mahendra Pal Singh, Dehradun, Inde)

Thomas HS (1897) The rod in India étant des conseils sur la façon d'obtenir du sport avec des remarques sur l'histoire naturelle des poissons et leur culture, 3e éd. W. Thacker and Co., Londres (Première édition indienne 1984, Natraj Publishers, Dehradun)

Dhu S (1923) Le pêcheur en Inde ou le puissant mahseer. Allahabad (Réimpression 1993 Éditeurs Natraj, Dehradun)

Hora SL (1939) Le poisson gibier de l'Inde VIII. Le mahseer ou les barbillons à grande échelle de l'Inde 1. Le putitor mahseer, Barbus (Tor) putitora (Jambon). J Bombay Nat Hist Soc 41:272–285

Jayaram KC (2005) Les poissons mahseer du Deccan : leur écostatus et leurs perceptions de la menace. Rec Zool Surv India, Occ Paper No. 238

Hora SL (1951) Ouvrage sanscrit sur la pêche à la ligne du début du XIIe siècle. Nature 167:778

Hora SL (1953) Connaissance des anciens hindous concernant les poissons et les pêches de l'Inde 4. Poissons dans les Sutras et la littérature Smriti. J Asiat Soc Lett 110:63-77

McClelland J (1839) Cyprinidés indiens. Rés asiatique 19:217-468

Misra KS (1962) Une aide à l'identification des poissons commerciaux de l'Inde et du Pakistan. Rec Mus Indien 57:1–320

Nautiyal P, Lal MS (1981) Enregistrements récents de Garhwal mahseer (Tor putitora) avec une note sur son statut actuel. J Bombay Nat Hist Soc 79:593-595

Nautiyal P, Rizvi AF, Dhasmana P (2008) Traits d'histoire de vie et tendances décennales des paramètres de croissance du mahseer doré Tor putitora du tronçon himalayen du système fluvial du Gange. Turk J Fish Aquat Sci 8:125-131

Anupama GusainOP (2007) Record de capture récent de mahseer doré Tor putitora du Garhwal Himalaya. Poisson Chim 27:1

Raj BS (1945) Le déclin de la pêche au mahseer des lacs Kumaun et remède possible. Proc Nat Inst Sci India II 31:341-345

Pathani SS (1980) Le mahseer géant de Kumaun Himalaya avec un record récent et rare. J Bombay Nat Hist Soc 77:154-155

Khan MA, Sinha M (2000) Statut des pêcheries de mahseer dans le nord et le nord-est de l'Inde avec une note sur leur conservation. J Inland Fish Soc Inde 32:28-36

Sehgal KL (1992) Examen et état de la recherche sur la pêche en eau froide en Inde. Publication spéciale n° 3, Centre national de recherche sur les pêches en eau froide (ICAR), Haldwani

Johnsingh AJT, Ajith VP, Nair MV (2006) En eaux troubles : mahseer à Parambikulam et sa conservation. Wildlife Institute of India, Dehradun, pp 4-6

CAMP (1998) Rapport de l'atelier "Conservation, evaluation and management plan for freshwater fishes of India 1997" organisé par Zoo Outreach Organization (ZOO) et National Bureau of Fish Genetic Resources (ICAR), Lucknow

Jha BR, Rayamajhi A (2010) Tor putitora. Dans : UICN 2011. Liste rouge de l'UICN des espèces menacées. Version 2011.2. http://www.iucnredlist.org/. Consulté le 3 mai 2012

Raghavan R (2011) Tor khudree. Dans : UICN 2011. Liste rouge de l'UICN des espèces menacées. Version 2011.2. http://www.iucnredlist.org/. Consulté le 3 mai 2012

UICN (2012) Liste rouge de l'UICN des espèces menacées. Version 2012.1. www.iucnredlist.org. Consulté le 2 octobre 2012

Nautiyal P, Babu S, Behera S (compilé, eds) (2013) Mahseer conservation in India: status, challenges and the way forward, WWF-Inde, soutenu par Water Program HSBC

Walker W (1888) Pêche à la ligne dans les lacs Kumaun. Thacker, Spink and Co., Calcutta (Réimpression 2010, Pahar Pothi)

MacDonald ASJ (1948) Contourner le mahseer et d'autres poissons de sport en Inde et en Birmanie. J Bombay Nat Hist Soc (Bombay) Publié en 1992, Natraj Publishers, Dehradun

Dhillon M (2004) Le mahseer de l'Himalaya indien. Magazine de pêche à la mouche Rackelhanen

Gray JE (1834) Illustrations de zoologie indienne, principalement sélectionnées dans les collections du major-général Hardwicke. 20 parties 2 tomes

Menon AGK (1992) Taxonomie des poissons mahseer du genre Tor Gris avec description d'une nouvelle espèce du Deccan. J Bombay Nat Hist Soc 89:210-228

Bleeker P (1860) Ichtyologie aearchipelagi. Indici Prodromus, Batavia

Jour F (1878) Les poissons de l'Inde, étant une histoire naturelle des poissons connus pour habiter les mers des eaux douces de l'Inde, du Myanmar et de Ceylan, vol 1.2 (Réimprimé 1958). William Dawson and Sons Ltd., Londres

Jour F (1889) La faune de l'Inde britannique, y compris les poissons de Ceylan et de Birmanie, vol 1.2. Taylor et Francis, Londres

Jour F (1873) Rapport sur les poissons d'eau douce et les pêcheries de l'Inde et de la Birmanie. Surintendant de l'imprimerie gouvernementale, Calcutta

Hora SL (1940a) Le poisson gibier de l'Inde IX. Le mahseer ou les barbillons à grande échelle de l'Inde 2. Le mahseer Tor Barbus (Tor) tor (Jambon). J Bombay Nat Hist Soc 41:518-525

Hora SL (1940b) Le gibier à plumes de l'Inde X. Le mahseer ou les barbillons à grandes écailles de l'Inde. 3. Le mahsir mosal, Barbus (Tor) mosale (Hamilton). J Bombay Nat Hist Soc 41:784-794

Hora SL (1941) Les poissons de jeu de l'Inde XIII. Le mahseer ou les barbillons à grandes écailles de l'Inde 6. Le Jungha ou les Assamais Barbus (Tor) progénius McClelland. J Bombay Nat Hist Soc 42:526-572

Hora SL (1942) Les poissons de jeu de l'Inde XV. Les mahseers ou les barbillons à grande échelle de l'Inde 8. Sur l'identité spécifique des espèces de Sykes Barbus du Deccan. J Bombay Nat Hist Soc 43:163-169

Hora SL (1943) Les poissons de jeu de l'Inde XVI. Le mahseer ou les barbillons à grande échelle de l'Inde 9. Observation supplémentaire sur le mahseer du Deccan. J Bombay Nat Hist Soc 44:1-8

Menon AGK (1974) Une liste de contrôle des poissons des plaines himalayennes et indo-gangétiques. J Inland Fish Soc Inde Publication spéciale 1

Rainboth WJ (1991) Cyprinidés du sud-est. Dans : Winfield J, Nelson JS (eds) Cyprinid fishes: systemic biologie and exploration. Chapman et Hall, Londres

Rainboth WJ (1989) Discherodontus, un nouveau genre de poissons cyprinidés d'Asie du sud-est. Occ Pap Mus Zool Univ Michigan 718:1–31

Günther A (1868) Catalogue de poissons au British Museum (histoire naturelle), Londres

Hora SL, Mukherji DD (1936) Poissons des Doons de l'Est, Province-Unie. Rec Indian Mus Calcutta 38:133-146

Jayaram KC (1997) Statut nomenclatural et systématique des Barbus mussullah (Sykes) 1839. J Bombay Nat Hist Soc 94:48-55

Jayaram KC (1999) Les poissons d'eau douce de la région indienne. Maison d'édition Narendra, Delhi

Gopalakrishnan A, Basheer VS (2000) Ambiguïtés taxonomiques parmi les poissons comestibles péninsulaires. Dans : Ponniah AG, Gopalakrishnan A (eds) Diversité des poissons endémiques des ghats occidentaux. NBFGR-NATP Publication-1, Bureau national des ressources génétiques des poissons, Lucknow, pp 186-187

Sen TK, Jayaram KC (1982) Poissons Mahseer de l'Inde: une revue. Rec Zool Sur Inde. Occ Pap 39

Talwar PK, Jhingran AG (1991) Pêcheries continentales de l'Inde et des pays adjacents, vol I et II. Oxford et IBH Publication Co, Calcutta

Desai VR (2003) Synopsis des données biologiques sur le mahseer Tor Tor tor (Jambon). Synopsis des pêches de la FAO n° 158. FAO des Nations Unies, Rome

Anonyme (2006) Art et science de la conservation et de la gestion du mahseer. Association indienne des pêches, Mumbai et Institut central d'enseignement de la pêche, Mumbai

Kurup BM, Radhakrishnan KV (2007) Tor remadeviae une nouvelle espèce de mahseer du Kerala (Inde du Sud) et la distribution et l'abondance de Tor spp dans les systèmes fluviaux du Kerala. Dans : Mahseer : la biologie, la culture et la conservation. Actes du symposium international sur le mahseer, 29-30 mars 2006, Kuala Lumpur, Malaisie. Société malaisienne des pêches, Publication occasionnelle n° 14

UICN (2011) Liste rouge de l'UICN des espèces menacées. Version 2011.2. www.iucnredlist.org. Consulté le 10 février 2012

Lakra WS (1996) Études cytogénétiques sur les poissons en voie de disparition et menacés 1. Caryotypes de trois espèces de mahseer, Tor khudree, Tor tor et Tor putitora (Cyprinidés, Poissons). Cytobios 85:205-218

Barat A, Ponniah AG (1998) Caryotype et régions organisatrices nucléaires (NOR) du mahseer doré, Tor putitora de différentes populations du nord-ouest de l'Himalaya. Dans : Manna GK, Roy SC (éds) Perspectives en cytologie et génétique, vol 9. Publication AICCG, Université Kalyani, pp 283-286

Anonyme (2001a) Rapport annuel 2000-2001. Bureau national des ressources génétiques halieutiques (Conseil indien de recherche agricole-ICAR), Lucknow

Anonyme (2001b) Rapport annuel 2000-2001. Centre national de recherche sur les pêches en eau froide (ICAR), Bhimtal

Silas EG, Gopalakrishnan A, John L, Shaji CP (2005) Identité génétique de Tor malabaricus (Jerdon) (Teleostei : Cyprinidae) tel que révélé par les marqueurs RAPD. Poisson J indien 52:125-140

Jerdon TC (1848) Sur les poissons d'eau douce du sud de l'Inde. Madras J Lit Sci 15:302-346

Mohindra V, Pravin K, Kuldeep KL, Peyush P, Rajiv KS, Barman AS, Lakra WS (2007) Identification génétique de cinq espèces de mahseer de la péninsule indienne à l'aide de l'analyse RAPD. Acta Zool Sin 5:725-732

Khuda Buksh AR (1980) Un grand nombre de chromosomes chez le cyprinidé Hill stream Tor putitora. Expérience 36 :173-174

Khuda-Buksh AR (1982) Caryomorphologie de deux espèces de Tor (Poissons : Cyprinidae) avec un nombre élevé de Chrom. Expérience 38:82-83

Kushwaha B, Srivastava SK, Nagpure NS, Ogale SN, Ponniah AG (2001) Études cytogénétiques sur deux espèces de mahseer, Tor khudree et Tor mussullah (Cyprinidae : Poissons) d'Inde. Chromosom Sci 5:47-51

Singh M, Kumar R, Nagpure NS, Kushwaha B, Gond I, Lakra WS (2009) Localisation chromosomique de l'ADNr 18S et 5S à l'aide de FISH dans le genre Tor (Poissons, Cyprinidés). Génétique 137:245-252

Singh M, Kumar R, Nagpure NS, Kushwaha B, Mani I, Chauhan UK, Lakra WS (2009) Population distribution of 45S and 5S rDNA in golden mahseer, Tor putitora: marqueur FISH spécifique à la population. J Genet 88:315-320

Shaw GE, Shebbeare EO (1937) Les poissons du nord du Bengale. J R Asiat Soc Bengal Sci 3:1-137

Dwivedi SN (2002) Mahseer le poisson gibier de l'Inde—conservation au Madhya Pradesh. Dans : Vass KK, Raina HS (eds) Highland Fisheries and aquatic resources management. Centre national de recherche sur les pêches en eau froide (ICAR), Bhimtal, pp 30-37

Kiat NC (2004) Mahseer en Malaisie et dans le monde. Poisson Mail Malais Poisson Soc 13:4-6

Nautiyal P (2003) Mahseer—le tigre de l'eau en péril, samedi 26 juillet, Inde du Nord Patrika, Allahabad

Nautiyal P (2011) Le mahseer doré (un poisson menacé de l'Himalaya). Lambert Academic Publishing, Amazon Distribution GmbH, Leipzig

Nautiyal P (ed) (1994) Mahseer—le poisson de jeu. Jagdamba Prakashan, Dehradun

Cordington KDB (1946) Notes sur les mahseers indiens. J Bombay Nat Hist Soc 46:336-344

Nautiyal P (2002) Le modèle de migration du mahseer de l'Himalaya en relation avec les caractéristiques écologiques du système fluvial du Gange dans le Garhwal Himalaya. Dans : Vass KK, Raina HS (eds) Highland Fisheries and aquatic resources management. Centre national de recherche sur les pêches en eau froide (ICAR), Bhimtal, pp 172-195

Nautiyal P, Bahuguna SN, Thapliyal RP (2001) Le rôle des facteurs écologiques dans la gestion de la direction, du temps et du but de la migration dans le mahseer himalayen Tor putitora. Appl Fish Aquac 1:133-138

Nautiyal P, Bhatt JP, Kishor B, Rawat VS, Nautiyal R, Singh HR (1997) Évaluation de la ressource alimentaire en poissons par rapport aux habitudes migratoires des Tor putitora [Ham.] trouvé dans les sections mises en fourrière de la rivière Ganga entre Rishikesh et Hardwar. Proc Natl Acad Sci Inde 67B:203-212

Desai VR (1973) Études sur la pêche et la biologie des Tor tor (Jambon) de la rivière Narmada. II. Maturité, fécondité et développement larvaire. Proc Indien Natl Sci Acad 39B:228-248

Bhatt JP, Nautiyal P, Singh HR (2004) Statut (1993-1994) du poisson en voie de disparition Himalayan mahseer Tor putitora dans les étendues montagneuses du fleuve Ganga. Poisson asiatique Sci 17:341-355

Kulkarni CV, Ogale SN (1979) Le statut actuel du mahseer. J Bombay Nat Hist Soc 75(3):551-560

Pisolkar MD, Karamchandani SJ (1981) Biologie des pêches de Tor tor (Hamilton) du lac Govindsagar (Madhya Pradesh). J Inland Fish Soc Inde 13:15-24

Nautiyal P (1989) Conservation du Mahseer, problèmes et perspectives. J Bombay Nat Hist Soc 86:32–36

Nautiyal P (2006) Évaluation de la santé écologique des populations de poissons du cours supérieur du Gange (Garhwal Himalaya). Dans : Dutta Munshi JS, Singh HR (eds) Advances in fish research, vol 4. Narendra Publishing House, Delhi, pp 211-238

Johal MS, Kingra JS (1989) Taille récoltable de mahseer doré, Tor putitora pour sa conservation. Dans : Khulbe RD (ed) Perspective procédurale en biologie aquatique. Papyrus Publishing House, New Delhi, pp 355-360

Dinesh K, Nandeesha MC, Nautiyal P, Aiyaappa P (2010) Mahseers en Inde : une revue axée sur la conservation. Indien J Anim Sci 80 (supplément 1) : 26-38

Kulkarni CV (1971) Habitudes de frai, œufs et développement précoce du mahseer du Deccan Tor khudree. J Bombay Nat Hist Soc 67:510-521

Kulkarni CV, Ogale SN (1978) L'état actuel du mahseer (poisson) et la propagation artificielle de Tor khudree. J Bombay Nat Hist Soc 75:651-660

Tripathi YR (1977) Élevage artificiel de Tor putitora. J Inland Fish Soc Inde 9:161

Sehgal KL, Kumar K (1977) Rapport final du projet sur la reproduction et l'élevage induits de mahseer (Tor putitora) semence dans les points d'eau courante. Institut central de recherche sur les pêches continentales, Barrackpore

Joshi CB (1982) Elevage artificiel de mahseer doré, à Bhimtal (U.P.). J Inland Fish Soc Inde 13:73-74

Joshi CB (1988) Élevage induit de mahseer Tor putitora (Hamilton). J Inland Fish Soc Inde 2:66-67

Sehgal KL (1991) Propagation artificielle du mahseer doré, Tor putitora (Hamilton) dans l'Himalaya. Centre national de recherche sur les pêches en eau froide (ICAR), Haldwani. Publication spéciale 2

Ogale SN, Kulkarni CV (1987) Élevage d'hybrides de poissons mahseer élevés en étang Tor khudree et Tor tor. J Bombay Nat Hist Soc 84:332–335

Kulkarni CV, Ogale SN (1991) Conservation du puissant mahseer, 3e atelier sur la conservation et la propagation artificielle du mahseer. La Tata Power Company Ltd, Maharashtra

Kulkarni CV, Ogale SN (1995) Conservation du puissant mahseer. La Tata Power Company Ltd, Bombay House, Bombay

Ogale SN (1997) Frai et éclosion induits du mahseer doré Tor putitora à Lonavala, district de Pune, Ghâts occidentaux. Poisson Chim 16:9

Ogale SN (1999) Percée dans l'élevage de mahseer doré élevé en étang Tor putitora (Jambon). Poisson Chim 19:5-7

Ogale SN (2001) Elevage multiple en mahseer doré Tor putitora. Appl Fish Aquac 1:31–33

Ogale SN (2000) Ecloserie Mahseer : planification et gestion. Poisson Chim 19:69-77

Ogale SN (2002) Élevage et conservation de Mahseer et possibilités de culture commerciale. L'expérience indienne, FAO Fish Technical Paper, Rome. www.fao.org/docrep/005/y3994e/y3994e0p.htm

Shrestha TK (1997) Le mahseer. Bimla Shrestha, Katmandou

Khan H (1939) Étude de l'organe sexuel du mahseer Barbus tor. J Bombay Nat Hist Soc 41:107–112

Lal MB (1961) Plaques neuronales dans le poisson mahseer Indian Hill stream Tor putitora (Hamilton). Sci Cult 27 : 548–549

Lal MB (1962) Morphologie de Tor putitora. Agra Univ J Res Sci 11 (1):167-172

Lal MB (1963) Études sur les organes génito-urinaires du mahseer Tor putitora (Jambon). Ichtyologie 11:45-50

Lal MB (1963) Distribution et migration des Tor putitora (Hamilton). Cheetal 1:54-56

Lal MB (1964) La vessie et les osselets wébériens de Tor putitora (Hamilton). Agra Univ J Res Sci 13:107–112

Lal MB, Chaterjee P (1962) Enquête sur les poissons Doon de l'Est avec certaines notes sur leur biologie. J Zool Soc Inde 14(2):230-243

David A (1953) Notes sur la bionomie et certains stades précoces du Mahseer Mahanadi. J Asiat Soc Calcutta 19(2):197-209

Sehgal KL, Shukla JP, Shah KL (1971) Observations sur les pêcheries de la vallée de Kangra et des zones adjacentes avec une référence particulière au mahseer et à d'autres poissons indigènes. J Inland Fish Soc Inde 3:63-71

Sehgal KL (1972) La pêche en eau froide et son développement en Inde pour le sport et le profit. Souvenir du jubilé d'argent, Central Inland Fisheries Research (ICAR), Barrackpore, pp 125-131

Karamchandani SJ (1972) Mahseer—un poisson de sport de l'Inde. Souvenir du jubilé d'argent du Central Inland Fisheries Research Institute (ICAR), Barrackpore, pp 132-137

Chaturvedi SK (1976) Biologie du frai du mahseer Tor tor (Hamilton). J Bombay Nat Hist Soc 73:63–73

Sunder S, Joshi CB (1977) Observations préliminaires sur le frai des Tor putitora dans la province de Jammu du ruisseau Anji. J Inland Fish Soc Inde 24:153-158

Joshi CB, Sehgal KL, Sunder S (1978) Observations sur les ressources halieutiques des ruisseaux des collines de la province de Jammu avec une référence particulière au mahseer et à d'autres espèces commercialement importantes. Poisson J indien 25:197-206

Pathani SS, Das SM (1980) Une note sur la relation longueur-poids et le facteur de condition saisonnier du mahseer Tor tor et Tor putitora (Jambon). J Poissons des eaux intérieures Soc Inde 12:140-143

Johal MS, Tandon KK (1981) Relation entre la croissance selon l'âge et la longueur poids de Tor putitora de Gobindsagar Himachal Pradesh. Pb Fish Bull (Numéro spécial : Actes du séminaire sur la pêche en eau froide), pp 43-48

Dasgupta M (1994) Mahseer du nord-est de l'Inde : une revue sur la biologie. Dans : Nautiyal P (ed) Mahseer—le poisson gibier. Jagdamba Prakashan, Dehradun, pp B54-B66

Nautiyal P (1985) Relation longueur-poids et facteur de condition relatif du mahseer himalayen du Garhwal en référence à sa pêcherie. Indien J Anim Sci 55:65-70

Pathani SS (1981) Âge et croissance du mahseer Tor putitora par l'échelle et l'os operculaire. Matsya 7:41-46

Nautiyal P (1990) Histoire naturelle du mahseer himalayen du Garhwal : taux de croissance et composition par âge en relation avec l'écologie de la pêche, de l'alimentation et de la reproduction. Dans : Hirano R, Hanyu I (eds) Actes du 2e forum des pêches asiatiques, Tokyo, pp 769-772

Nautiyal P, Johal MS (1994) Âge et croissance (le mahseer himalayen ou putitor Tor putitora). Dans : Nautiyal P (ed) Mahseer—le poisson gibier. Jagdamba Prakashan, Dehradun, pp B31-B35

Mahanta PC, Kapoor D, Pandey AK, Srivastava SM, Dayal R, Patiyal RS, Joshi KD, Singh AK, Paul SK (1998) Conservation et réhabilitation du mahseer en Inde. Dans : Ponniah AG, Das P, Verma SR (eds) Génétique des poissons et biodiversité. Publication NATCON, Muzaffarnagar, pp 93-105

Shanmukha SN (1996) Statut de la pêche au mahseer au Karnataka. Poisson Chim 15:26-29

Sinha M (1992) Pêche au Mahseer dans les États du nord-est. Pb Poisson Taureau 16:66-69

Kulkarni CV (1981) Mahseer en danger a besoin de protection. Cheetal 23:24-28

Pathani SS (1994) Tendances de l'abondance du mahseer, de la truite des neiges et du chital à Kumaun Himalaya. Dans : Dehadrai PV, Das P, Verma SR (eds) Threatened fishes of India, vol 4. NATCON Publications, Muzaffarnagar, pp 155-160

Sharma BD (2006) État du développement de la pêche dans l'Himachal Pradesh. Poisson Chim 26:120-122

Nautiyal P, Lal MS (1988) Histoire naturelle du mahseer himalayen du Garhwal Tor putitora: composition raciale. Indien J Anim Sci 58:283-294

Bhatt JP, Nautiyal P, Singh HR (1998) Structure raciale du mahseer himalayen Tor putitora (Hamilton) dans la section des contreforts du fleuve Ganga dans la zone de mise en fourrière entre Rishikesh et Hardwar. Indien J Anim Sci 68:587-590

Mohindra V, Ranjana LavieK, Ponniah AG, Kuldeep KL (2004) Microsatellite loci pour évaluer la variation génétique dans Tor putitora. J Appl Ichthyol 20:466-469

Ranjana (2005) Caractérisation moléculaire du mahseer doré (Tor putitora) pour l'identification des stocks. doctorat thèse, A.P.S. Université, Rewa

Anonyme (2009-10) Rapport annuel. Direction de la recherche sur les pêches en eau froide (ICAR), Bhimtal

Karamchandani SJ, Desai VR, Pisolkar MD, Bhatnagar GK (1967) Enquêtes biologiques sur les poissons et les pêcheries de la rivière Narmada (1958-66). Bull Cent Inland Fish Res Inst Barrackpore 10:1–39

Badola SP, Singh HR (1980) Alimentation et habitudes alimentaires des poissons des genres Tor, Puntius et Barilius. Proc Indien Natl Sci Acad 46B:58-62

Nautiyal P, Lal MS (1984) Alimentation et habitudes alimentaires des alevins et des juvéniles de Tor putitora. J Bombay Nat Hist Soc 81:642-647

Mohan M (2000) Caractéristiques bio-écologiques avant la mise en eau de la rivière Gaula à Kumaon Himalaya. doctorat thèse, ch. Université Charan Singh, Meerut

Das SM, Pathani SS (1978) Etude sur la biologie du mahseer Kumaon Tor putitora (Jambon) : adaptation du tube digestif en fonction des habitudes alimentaires du poids corporel et de la longueur du corps. Indien J Anim Sci 48:461-465

Pathani SS, Joshi ML (1980) Sur l'alimentation et les habitudes alimentaires des alevins des deux poissons mahseer Kumaon Tor tor (Jambon) et Tor putitora (Jambon). Biorecherche 4:43-46

Sharma JP, Gupta VK, Srivastava JB (1992) Études sur l'alimentation et les habitudes alimentaires des juvéniles de Mahseer Tor tor (Ham.) d'un affluent de la rivière Tawi Jammu (J et K). Indien J Anim Res 26:37-40

Kishore B, Bhatt JP, Rawat VS, Nautiyal P (1998) Variations des habitudes alimentaires du mahseer himalayen Tor putitora habitant le système fluvial du Gange dans la région de Garhwal. Poisson J indien 45:113–118

Pathani SS (1978) Une note sur les caractères sexuels secondaires chez les mahseers de Kumaun Tor tor et Tor putitora. Indien J Anim Sci 48:773-775

Pathani SS, Das SM (1979) Sur la ponte induite du mahseer Tor putitora (Hamilton) par injection d'hormones hypophysaires chez les mammifères et les poissons. Sci Cult 45:209-210

Pathani SS (1983) Études sur l'écologie du frai du Kumaun mahseer, Tor tor et Tor putitora. J Bombay Nat Hist Soc 79:525-530

Nautiyal P (1984) Histoire naturelle du mahseer himalayen du Garhwal Tor putitora. II. Biologie de l'élevage. Proc Indian Acad Sci (Anim Sci) 93:97-106

Nautiyal P, Lal MS (1985) Fécondité du mahseer himalayen du Garhwal Tor putitora. J Bombay Nat Hist Soc 82:253-257

Pathani SS (1982) Études sur la fécondité de l'Himalaya Tor mahsir. J Adv Zool 3:122-128

Dunsford HS (1911) Le rapport sur les poissons et les pêcheries du Pendjab. Presse du gouvernement, Lahore

Nevill CA (1915) Les habitats de reproduction du mahseer (Barbus tor). J Bombay Nat Hist Soc 24:838

Beavan R (1877) Manuel des poissons d'eau douce de l'Inde. Publications à bas prix, New Delhi

Qasim SZ, Qayyum A (1961) Fréquences de frai et saisons de reproduction de certains poissons d'eau douce avec une référence particulière à ceux des plaines du nord de l'Inde. Poisson J indien 8:24-43

Bhatnagar GK (1964) Frai et fécondité des poissons du réservoir de Bhakra. Poisson J indien 11:485-502

Shrestha TK (1986) Écologie du frai et comportement du mahseer Tor putitora dans les eaux himalayennes du Népal. Dans : Maclean JL, Dizon LB, Hosillos LV (eds) Actes du premier forum des pêches asiatiques, 26-31 mai, Manille, Philippines, pp 689-692

Johal MS, Tandon KK, Sandhu GS (2000) Maturité, fécondité et sex-ratio d'un poisson d'eau froide en voie de disparition, mahseer doré, Tor putitora de Gobindsagar (HP), Inde. Dans : Singh HR, Lakra WS (éd.) L'aquaculture et la pêche en eau froide. Maison d'édition Narendra, Delhi, pp 265-278

Bhatt JP, Nautiyal P, Singh HR (2000) Structure de la population du mahseer de l'Himalaya, un grand poisson cyprinidé dans la section des contreforts régulée du fleuve Ganga. Poisson Res 44:267-271

Bhatt JP, Nautiyal P (1999) Mortalité et survie du mahseer himalayen Tor putitora dans une section réglementée du fleuve Ganga entre Rishikesh et Hardwar. J Bombay Nat Hist Soc 96:70-73

Nikolskii GV (1980) Théorie de la dynamique des populations de poissons comme base biologique pour l'exploitation et la gestion rationnelles des ressources halieutiques. Bishen Singh Mahendra Pal Singh/Otto Koeltz Éditeurs scientifiques, Dehra Dun/Koenigstein

Raina HS, Sunder S, Joshi CB, Mohan M (1999) Mahseer himalayen. Centre national de recherche Bull sur la pêche en eau froide, Bhimtal

Oliver K, Sangma N, Basavaraja N (2007) Mahseer du Deccan (Tor khudree) du Karnataka sur l'emplacement de ses couveuses et alevins sauvages et percée dans la production en écloserie de ses semences. Poisson Chim 26:32-36

Vinod K, Mahapatra BK, Mandal BK (2007) Stratégies des pêcheries du réservoir Umiam du Meghalaya (Himalaya oriental) pour l'optimisation du rendement. Chim de poisson 26:8-15

Raizada SB (1981) Le puissant mahseer—problèmes et perspectives de culture et de propagation. Cheetal 23:5-12

Nautiyal P (2000) Écologie du frai et menaces pour le mahseer. Dans : Singh HR, Lakra WS (éd.) L'aquaculture et la pêche en eau froide. Maison d'édition Narendra, New Delhi, pp 291-306

Nautiyal P (1996) Conservation du mahseer en Inde : la recherche, une priorité. Poisson Chim 15:27

Nautiyal P (2006) Sensibilisation croissante et efforts pour conserver les mahseers indiens. Cours Sci 91:1604

Mohan M, Sunder S, Raina HS, Joshi CB (1998) Production de matériel de stockage de mahseer doré—une étape vers la réhabilitation du matériel génétique en danger. Dans : Ponniah AG, Das P, Verma SR (eds) Génétique des poissons et conservation de la biodiversité. NATCON Publ 5, pp 195-202

Pandey AK, Patiyal RS, Upadhya JC, Tyagi M, Mahanta PC (1998) Fraie induite de mahseer en voie de disparition (Tor putitora) avec ovaprim à State Fish Farm près de Dehradun. Poisson J indien 45:457-459

Jan NA, Dogra RK (2001) Observations sur la première reproduction induite de mahseer d'élevage Tor putitora (Jambon) à l'écloserie d'Anji Mahaseer, reasi dans l'État de Jammu-et-Cachemire. Appl Fish Aquac 1:45–46

Basavaraja N, Keshavanath P (2000) Conservation et gestion des ressources génétiques halieutiques au Karnataka. Dans : Ponniah AG, Gopalakrishnan A (eds) Diversité des poissons endémiques des ghats occidentaux. NBFGR-NATP Publication-I, Bureau national des ressources génétiques des poissons ICAR, Lucknow, pp 152-154

Menon AGK, Singh HR, Kumar N (2000) Statut écologique actuel des poissons et des pêcheries d'eau froide. Dans : Singh HR, Lakra WS (éd.) Poissons et pêcheries d'eau froide. Maison d'édition Narendra, Delhi, pp 1-36

Das P (2007) Conséquences de l'introduction de poissons exotiques. Poisson Chim 26:98-102

Nandeesha MC, Bhadraswamy G, Patil JG, Varghese TJ, Sarma K, Keshavanath P (1993) Résultats préliminaires sur la ponte induite du mahseer élevé en étang, Tor khudree. J Aquac Trop 8:55-60

Srinivasamurthy V (1985) Effet de niveaux variables de protéines alimentaires sur les performances de croissance des Tor khudree (Sykes). doctorat thèse, Université des sciences agricoles, Bangalore

Kulkarni CV (1984) Transport aérien d'œufs de mahseer (Poissons) dans du coton humide. Aquaculture 16:367-368

Keshavanath P, Gangadhara B, Basavaraja N, Nandeesha MC (2006) Induction artificielle de l'ovulation dans un mahseer élevé en étang, Tor khudree en utilisant l'hypophyse de la carpe et l'ovaprime. Poisson asiatique Sci 19:411-422

Mohan M (2002) Développement de la nutrition et de l'alimentation des poissons d'eau froide. Dans : Vass KK, Raina HS (eds) Highland Fisheries and aquatic resources management. Centre national de recherche pour la pêche en eau froide (ICAR), Bhimtal, pp 284-305

Patil R, Lakra WS (2005) Effet des cryoprotecteurs, des périodes d'équilibration et des taux de congélation sur la cryoconservation des spermatozoïdes de mahseer, Tor khudree et T. putitora. Aquac Res 36 : 1465-1472

Basavaraja NB, Hegde SN (2005) Quelques caractéristiques et conservation à court terme des spermatozoïdes du Deccan mahseer, Tor khudree. Aquac Res 36:422-443

Basavaraja N, Hegde SN, Palaksha KJ (2006) Cryoconservation du mahseer en voie de disparition (Tor khudree) spermatozoïdes : effet de Moi2SO, congélation, activation des milieux et cryoconservation sur la motilité et la fertilité des spermatozoïdes après décongélation. Technologie de préservation des cellules 4:31–45

Jour F (1876) Sur quelques poissons du Deccan. J Linn Soc Zool XII : 565-578

Badapanda HS, Mishra SC (1992) Observations sur l'élevage de Tor khudree à Sonepur, Orissa. Pb Poisson Taureau 16:27-29

Pathak JK (1991) Croissance de Tor putitora spécimen pêché dans la rivière Sarju (Kumaun Himalaya, Inde). J Adv Zool 12:60-62

Bazaz MM, Keshavanath P (1993) Effet de l'alimentation de différents niveaux d'huile de sardine sur la croissance, la composition musculaire et les activités enzymatiques digestives du mahseer, Tor khudree. Aquac Res 115:111-119

Keshavanath P, Gangadhar B, Ramesh TJ, Van Dam AA, Beveridge MCM, Verdegem MCJ (2002) L'effet du périphyton et de l'alimentation supplémentaire sur la production des carpes indigènes, Tor khudree et Labeo fimbriatus. Aquaculture 213:207-218

Islam SM, Tanaka M (2004) Optimisation des besoins en protéines alimentaires du mahseer élevé en étang Tor putitora Hamilton (Cypriniformes : Cyprinidés). Aquac Res 35:1270-1276

Kohli MPS, Ayyappan S, Ogale SN, Langer RK, Chandra P, Dube K, Reddy AK, Patel MB, Saharan N (2002) Observations sur la performance de Tor khudree dans des cages flottantes en eaux libres. Appl Fish Aquac 2:51-57

Jena JK, Gopalakrishnan A (2012) Gestion de la biodiversité aquatique en Inde. Proc Indien Natl Sci Acad 82:363-379


Oiseau d'État du Maharashtra - détail complet - mis à jour

Le pigeon vert à pattes jaunes est un oiseau de l'annexe IV, selon la loi sur la faune (protection) de 1972 et classé comme préoccupation mineure (LC) par l'UICN.

Le pigeon vert à pattes jaunes est un bel oiseau. La taille du pigeon vert à pattes jaunes adulte est comprise entre 29 et 33 cm. La longueur de la queue est comprise entre 8 et 10 cm. Le poids de l'adulte est compris entre 225 et 260 g. Ils ont une envergure de 17 à 19 cm.

Ils ont un corps vert olive jaunâtre, plus terne sur le dessus avec une couronne gris bleu. Le front et les lores étaient souvent vert olive pâle. Ils ont une tache lilas sur les épaules et une barre jaune bien visible sur les ailes noirâtres.

Cou jaune olive doré foncé teinté de verdâtre, patch mauve sur l'épaule, franges jaune vif sur les couvertures alaires.

Manteau et scapulaires vert gris terne, le manteau bordé au-dessus d'une bande gris bleu distincte. Abdomen vert terne avec des flancs plus gris et des plumes du bas du ventre et des pattes jaune soufre vif. Pattes jaune vif toujours diagnostiques pour cette espèce.

Petites couvertures olive avec celles près du pli de l'aile mauve.Couvertures médianes et grandes couvertures teintées de gris olive, avec des franges jaune pâle sur les moitiés apicales des toiles externes. Grandes couvertures externes noirâtres.

Queue gris ardoisé teinté olive basalement, surtout sur les plumes centrales. Le dessus de la queue est verdâtre clair avec une large barre terminale gris foncé. Sous la queue noire à la base, apicale à moitié gris cendré. Sous l'aile gris pâle teinté olive sur le bord d'attaque.

Anneau extérieur de l'iris rose-rouge, intérieur bleu pâle et bec gris argenté avec une couleur vert clair.

Femelle légèrement plus terne que le mâle. Femelle adulte très semblable au mâle mais a tendance à être plus terne et avec une tache mauve plus restreinte sur les épaules.

Juvénile plus pâle et plus terne que la femelle, dépourvu ou presque dépourvu de l'épaule mauve.

Classification

Nom commun - Pigeon vert à pattes jaunes

Nom local – Hariyal ou Harial

Nom zoologique – Phénicoptères Treron

Statut de conservation – Schedule – IV, conformément à la Wildlife (Protection) Act, 1972 et classé comme Préoccupation mineure (LC) par l'UICN.

Distribution

Ils ont trouvé en Inde, au Sri Lanka, en Birmanie, au Pakistan, au Népal, au Bangladesh, en Chine, en Thaïlande, au Cambodge et en Indochine. Trouvé pratiquement dans tout l'arbitre indien, à l'exception du Sind, du Baloutchistan et des régions désertiques du nord-ouest.

Habitudes et habitat

Ils préfèrent les forêts semi-persistantes, les forêts de feuillus, les habitats boisés et les forêts secondaires jusqu'à 800 mètres. On les trouve couramment dans les arbres en bordure de route, en particulier les banians et les Peepal. Visite également des jardins même à l'intérieur des villes.

Ils ont également trouvé dans un large éventail d'habitats boisés, notamment des forêts décidues sèches et humides, des croissances secondaires, des garrigues, des bosquets d'arbres en rase campagne, des terres agricoles, des villages, des jardins envahis par la végétation et des routes bordées d'arbres.

Ce sont des oiseaux sociaux. Ils se sont retrouvés en paires ou en petits groupes (jusqu'à 5 à 10 individus) et parfois en grands groupes. Ils sont grégaires et arboricoles, ne descendant que rarement au sol.

Le vol est bruyant, rapide, fort et direct, et le cri est une série d'une dizaine de jolis sifflements musicaux doux, qui donnent généralement la première indication de leur présence dans une localité.

Les pigeons verts à pattes jaunes sont des herbivores. Ils se nourrissent de divers fruits, baies et cultures. Ils se nourrissent également de bourgeons, de pousses et de diverses céréales.

Ils se nourrissent en troupeaux. Au petit matin, on les voit souvent sur la cime des arbres émergents dans les zones forestières denses. Au moment de se reposer, ils se perchent souvent sur les branches les plus hautes d'un grand arbre en paires ou en petits groupes.

Cliquez ici pour afficher la liste par État des oiseaux d'État indiens (symboles) - mise à jour.

La saison de reproduction se situe entre mars et juin. Pendant la parade nuptiale, le mâle gonfle sa gorge et sa poitrine, abaisse ses ailes, ébouriffe ses plumes, puis caracole solennellement de haut en bas de la branche, inclinant continuellement la tête et sifflant doucement alors qu'il se déplace d'avant en arrière vers et depuis la femelle . Parfois, la femelle répond par une version similaire mais moins intense de cette parade.

Le nid est une plate-forme relativement légère de brindilles dans un arbre ou un arbuste. ufs 1 à 2, blancs, de couleur brillante. La période d'incubation est comprise entre 13 et 15 jours. Les deux sexes partagent les tâches domestiques.


Khawlotsav 15 février 2020

Le pangolin est l'ami des agriculteurs, les habitants jouent un rôle important dans l'écosystème en consommant une quantité énorme de plus de 20 000 insectes par jour. Les espèces de pangolin sont une sorte de lutte antiparasitaire naturelle pour les humains gratuitement. L'espèce est un élément important de la nature et joue aujourd'hui un rôle vital dans l'écosystème qui est menacé. Les espèces de pangolins sont troublées dans le monde ainsi que dans la région de Konkan en raison du braconnage illicite, du trafic pour le commerce international illégal qui implique une énorme somme d'argent. Dans cette circonstance, il y a un village dans la région de Konkan du district de Ratnagiri nommé Dugave depuis les trois dernières années, ils protègent les Pangolin dans le village. Cette année, ils célèbrent le Khawalotsav à l'occasion de la Journée mondiale du pangolin le 15 février 2020. Dans le village de Dugave, les villageois ont déclaré: «Pangolin sert son service à l'homme en consommant des insectes pour nous. La nature et nous nous inclinons devant le pangolin et notre village s'est avancé pour protéger notre Dieu dans notre village ». Selon les villageois, Pangolin est béni et protégé par leur déesse Waghjai. Nous ne protégeons pas seulement les espèces dans notre village, mais nous prions également pour la protection des espèces et une bonne santé dans le monde. Nous allons adorer Pangolin notre dieu et célébrer Shimga (festival comme Holi) pour Bonne chance avec le Pangolin !

C'est le premier village de ce type au monde, où les villageois sont unis pour protéger l'espèce et adorer Pangolin comme Dieu. Sahyadri Nisarga Mitra, au cours des 4 dernières années, a été l'instigateur de la conservation du pangolin indien existant à l'état sauvage dans la région de Konkan au Maharashtra, en Inde, avec le soutien et la participation précieux du Département des forêts et de la police. Un grand nombre d'études communautaires d'éducation, de sensibilisation et de recherche sur le pangolin indien existant à l'état sauvage sont en cours. Aujourd'hui, les pangolins sont trafiqués et braconnés dans le monde pour la viande de brousse et les écailles sont très demandées sur le marché international. Les balances sont censées être utilisées dans la médecine traditionnelle asiatique pour diverses maladies, mais il n'y a aucune preuve scientifique à ce sujet. En conséquence, des gangs internationaux ont participé à cet acte illégal. Konkan ne fait pas exception non plus, à de nombreux endroits, les pangolins et les écailles sont confisqués dans la région de Konkan.

Le pangolin est l'un des animaux les plus importants de l'écosystème et il est essentiel de conserver la population existante à l'état sauvage. À l'occasion de la Journée mondiale du pangolin, les villageois se rassembleront au village de Dugve, temple de la divinité du village (Waghjai), à 8 heures du matin le 15 février 2020. Tous les hommes, femmes, étudiants et enfants seront là pour adorer Diety Waghjai et Pangolin. Là où la réplique du Pangolin sera amenée de la forêt au temple, elle sera vénérée rituellement. Selon la tradition, les villageois prieront pour la protection, la conservation du pangolin. Ensuite, les villageois danseront le palanquin sur le sol, puis le palanquin ira aux maisons des villageois et y sera adoré. Le palanquin retournera au temple, et à la fin de la cérémonie il y aura la distribution de Mahaprasad.

Il existe 8 espèces de pangolin dans le monde. 4 espèces se trouvent en Afrique et 4 en Asie. Il existe deux espèces de pangolin, le pangolin chinois et le pangolin indien trouvés en Inde. À l'exception du nord-est et de l'Himalaya, le pangolin indien se trouve dans tout le sous-continent indien. Pangolin indien trouvé dans toutes sortes d'habitats d'environ cinq pieds de long, l'animal n'a pas de dents, mais avec sa langue collante d'environ un pied de long mange des millions d'insectes chaque année. Les pangolins se mettent en boule chaque fois qu'il y a une menace, les écailles de l'espèce sont très fortes et ont donc très peu d'ennemis naturels dans la nature. L'avidité du Peuple les emmène à la recherche de terriers ou de nids de pangolins, creusent leurs terriers, et pour tuer ils mettent des espèces dans l'eau bouillante. Selon le Livre rouge de l'UICN, le pangolin indien est un animal menacé et, en vertu de la loi indienne sur la protection de la faune sauvage de 1972, le pangolin a été inclus dans l'annexe I. Cela a donné au pangolin indien une protection égale à celle du tigre. Cette célébration unique est la première du genre et les gens doivent la visiter. Le membre du groupe de spécialistes du pangolin de la CSE de l'UICN et le président de Sahyadri Nisarg Mitra, M. Bhau Katdare, appellent la communauté à assister à une célébration unique à l'occasion de la Journée mondiale du pangolin.


Criquets pèlerins

Le criquet pèlerin (Schistocerca gregaria) est une espèce notoire. Présente en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, cette espèce habite une superficie d'environ six millions de miles carrés, soit 30 pays, pendant une période calme. Pendant une épidémie, lorsque de grands essaims descendent sur une région, cependant, ces criquets peuvent se propager dans une soixantaine de pays et couvrir un cinquième de la surface terrestre de la Terre. Les invasions de criquets pèlerins menacent les moyens de subsistance économiques d'un dixième des humains.

Un essaim de criquets pèlerins peut mesurer 460 milles carrés et contenir entre 40 et 80 millions de criquets dans moins d'un demi-mille carré. Chaque criquet peut manger son poids de plantes chaque jour, donc un essaim d'une telle taille mangerait 423 millions de livres de plantes chaque jour. Pour mettre les choses en contexte, un essaim de la taille de Paris peut manger la même quantité de nourriture en une journée que la moitié de la population française.


7. Prinia à poitrine grise ou Wren-Warbler de Franklin : Prinia hodgsonii

Ce petit, très actif Prinia est l'un des plus arboricoles du genre, fréquemment observé dans les zones boisées et les jardins, à la lisière des forêts, dans les forêts de feuillus et dans les broussailles épineuses denses et vallonnées. Il est également présent dans les prairies parsemées de parcelles boisées. Remarquable et facile à identifier pendant la saison de reproduction, son plumage terne non nuptial peut être un défi à moins d'être familiarisé avec ses cris. Son goût pour le pollen et le nectar des fleurs peut lui donner un front brun rougeâtre qui nécessite des précautions lors de l'identification de cette espèce. Je l'ai observé régulièrement chanter en vol. Possédant un répertoire plus complexe que les autres prinias indiens, les troupeaux et les groupes familiaux émettent un fouillis complexe de notes diverses, le mâle reproducteur montant généralement jusqu'à un perchoir bien visible pour émettre le chant de reproduction. Certaines notes de la chanson peuvent rappeler une Prinia à front roux (qui ne se produit généralement pas dans les mêmes habitats), mais la poitrine grise termine toujours ses chansons par un « hochet » (un TAT-TAT-TAT-TATvoir Fig7a, ou plus lent T-CHUCK-T-CHUCK-T-CHUCK voir Fig7b). Le « hochet » est beaucoup plus fort que le reste de la chanson, couvre une plus large gamme de fréquences (3-8,5 kHz) et peut être détecté à une assez grande distance.

Fig7a- Song1 des Prinia à poitrine grise, Maharashtra, Shivam Chitnis et AK

Fig7b- Chanson 2 de Prinia à poitrine grise, Maharashtra, Shivam Chitnis et AK. Notez les différents types de notes, mais la chanson se termine toujours par 4 à 5 répétitions de la même note (le « hochet »).

Tout au long de l'année, une attention CHEE-CHRRT est fréquemment prononcé, tout comme un haut-perché, immédiatement reconnaissable hee-hee-hee-hee (le plus fort entre 6-6,5 kHz, bien qu'il puisse parfois commencer à environ 5 kHz et monter, voir ci-dessous). Dans le plumage non nuptial, ce dernier et la tendance à déplacer des troupeaux discrets et bruyants devraient immédiatement distinguer le Prinia à poitrine grise de toutes les autres espèces. Les cris sont également importants car ces oiseaux ressemblant à des sprites se déplacent extrêmement rapidement, permettant à peine de poser des jumelles dessus avant de disparaître dans le feuillage.

Fig7c- Aigu Hé hé hénotes d'appel d'un Prinia à poitrine grise, Maharashtra, Shivam Chitnis et AK.

Fig7d- Notes d'appel hee-hee-hee aiguës d'un Prinia à poitrine grise, Maharashtra, Shivam Chitnis et AK.

Ainsi, bien qu'à première vue, Prinia peut sembler un genre difficile à identifier pour un débutant, l'utilisation de quelques conseils simples sur les appels peut rendre la vie d'un ornithologue beaucoup plus facile. L'identification vocale peut sembler intimidante au début, mais utiliser cet article comme guide avec une bonne application pour créer des spectrogrammes vous aidera à identifier facilement ces oiseaux. Cinq autres espèces de prinia non couvertes dans cet article, le Rufescent (P. rufescens), le Gris-couronné (P. cinereocapilla), le strié (P. crinigera), la gorge noire (P. atrogularis) et la colline Prinia (P. superciliaris), se trouvent principalement dans le nord-est de l'Inde et l'Himalaya et sont absents des plaines. Cela fait un total de 12 espèces en Inde ! Jusqu'à quatre ou cinq espèces peuvent être trouvées ensemble ou proches les unes des autres dans certaines parties de l'Inde, chaque espèce occupant son propre habitat préféré. Le Prinia cendré, qui est l'une des espèces les plus communes et familières, semble augmenter avec la propagation de l'habitation humaine. L'utilisation de ces espèces pour en savoir plus sur les vocalisations des oiseaux n'est pas seulement une expérience enrichissante, mais nous aide également à mieux comprendre leur biologie, leur répartition et leur population à travers l'Inde.

Mes remerciements à Shivam Chitnis et Sutirtha Lahiri, qui ont aidé à enregistrer ces chansons.

– Anand Krishnan, Département de biologie, Institut indien d'enseignement et de recherche scientifiques (IISER) Pune, Pashan Road, Pune 411008, Maharashtra.


Un aperçu sur la famille- Papilionaceae | Botanique

L'article mentionné ci-dessous donne un aperçu de la famille des Papilionaceae. Après avoir lu cet article, vous découvrirez : 1. Explication sur la famille- Papilionaceae 2. Importance économique de la famille Papilionaceae.

Explication sur la famille- Papilionaceae :

La famille des Papilionaceae est la plus grande des trois familles de l'ordre des Leguminales. Cela comprend environ 375 genres.

Distribution:

Les membres de la famille sont répartis dans les régions tempérées des hémisphères nord et sud. Dans notre pays, les Papilionaceae sont représentées par de nombreux genres importants que l'on trouve couramment dans les collines et les plaines. Habituellement, les herbes appartenant à cette famille apparaissent et fleurissent en hiver dans les plaines indiennes.

Généralement les plantes sont des herbes ou des arbustes (souvent grimpants), très rarement des arbres. Parfois, ce sont des hydrophytes et des xérophytes. La plupart des membres sont cultivés dans les champs qui produisent des légumineuses.

La racine est ramifiée, portant des nodules contenant des bactéries fixatrices d'azote (Rhizobia), et par conséquent, les plantes sont utilisées pour l'engrais vert.

La tige est dressée ou grimpante (elle grimpe au moyen de vrilles), ramifiée, anguleuse ou cylindrique herbacée ou ligneuse.

Les feuilles sont alternes, opposées ou verticillées, généralement composées (digitées ou pennées), rarement même pennées, parfois simples, stipulées, les stipules apparaissent à la base du pétiole (foliacées et grandes), parfois des stipules secondaires apparaissent à la base des folioles individuelles .

Inflorescence :

L'inflorescence est racémeuse, la grappe, l'épi et la grappe ou tête contractée.

Les fleurs sont généralement pédicellées, zygomorphes, irrégulières, hermaphrodites (bisexuées), complètes, périgynes et papilionacées.

Il est constitué de sépales, gamosépales (sépales réunis), égaux ou inégaux, sous le disque réunis en un calice tubulaire, à 5 dents ou à cinq lobes ou bi-labiés (les deux supérieurs et les trois inférieurs peuvent se réunir). Estivation ascendante imbriquée.

La corolle se compose de 5 pétales (inégaux), le pétale le plus haut et le plus grand est appelé standard ou vexillum les deux pétales latéraux libres sont appelés ailes ou ailes la paire antérieure de pétales unis est appelée quille ou carnie, elle renferme les étamines et le pistil . Ils sont de diverses couleurs. La nervation est bien visible. Estivation descendante imbriquée.

Les étamines sont généralement au nombre de 10, insérées sur un disque sous le calice, elles peuvent être en deux faisceaux (diadelphes) de 9 + 1 ou 5 + 5, ou en un seul faisceau (monadelphe), rarement libres. Anthères bi-loculaires, dorsifixées, déhiscence par fentes longitudinales.

Carpelle un, libre, ovaire supère, pétiolé ou sessile, uniloculaire, à placentation marginale, style coudé et court, poilu, stigmate simple.

légumineuse ou gousse, se fendant le long des sutures dorsale et ventrale. Chez certaines espèces, il s'agit d'un lomentum indéhiscent.

Beaucoup, exalbumineux, généralement aplatis.

Pollinisation:

Formule florale :

Certaines plantes importantes ont été décrites ici dans un langage semi-technique.

Tap, ramifié, avec des nodules contenant des bactéries fixatrices d'azote (Rhizobium radicicola).

Herbacée, faible, grimpant à l'aide de vrilles foliaires, cylindrique, ramifiée, lisse, glauque.

Alternes, composées, imparipennées, stipulées (stipules grandes foliacées, ovales, semi-cordées, irrégulièrement dentées à la base), folioles 4 ou 6, le rachis commun se termine par une vrille ramifiée les folioles entières, lisses, nervurées nettes, ovales à oblongues, mucronées pointes, vertes et glauques, la foliole terminale est toujours une vrille.

Inflorescence :

Racèmes, fleurs disposées en grappes axillaires ou solitaires.

Pédicellées, zygomorphes, irrégulières, hermaphrodites, papilionacées, blanches ou roses, complètes, hypogynes à périgynes, bractées ou ébracteées.

5 sépales, gamosépales, tube du calice campanulé, dents longues ou le sépaloïde supérieur court, estivation imbriquée ascendante.

5 pétales, 1 étendard, 2 ailes, 2 carènes réunies, carènes plus courtes que les ailes et enserrent le pistil et les étamines corolle papilionacée, de couleur blanche ou rose imbriquée descendante (vexillaire) estivation inférieure.

10 étamines en deux faisceaux (diadelphes) de 9 + 1, neuf étamines s'unissent à la base et forment un tube autour de l'ovaire. Le dixième est postérieur et les anthères libres sont bilobées, basifixes, introverses, déhiscence par fente longitudinale.

Carpelle un (monocarpellaire) ovaire supère, ovules uniloculaires à placentation marginale de nombreux styles recourbés et longs, stigmate simple terminal et ovaire poilu également poilu.

Caractères génériques :

Les folioles sont en nombre pair. La foliole terminale est représentée par une vrille étamines diadelphes (9 + 1) gousses normales, aplaties, non cloisonnées style dialé de la base vers l'apex, poilues d'un côté lobes du calice feuillus.

Arachis Hypogea Verna-Moongfali :

Herbe annuelle basse généralement cultivée pour ses fruits bénéfiques, utilisée de plusieurs manières.

Les branches latérales ramifiées et ramifiées sont moins nombreuses près de la surface des poils absorbants de la terre, généralement en l'absence de nodules bactériens.

L'axe central de la tige est dressé. Sur la base de la ramification, les plantes peuvent être subdivisées en deux groupes (i) type prostré, (ii) type buisson. Dans le premier cas, les latéraux sont prostrés dès le début, mais dans le second, les latéraux ont au début une tendance à l'érection, mais dans les stades ultérieurs, ils deviennent également prostrés comme le premier.

La tige est cylindrique, velue, avec des entre-nœuds courts, devient quelque peu anguleuse et creuse en vieillissant.

Pennées composées, stipules, généralement les stipules mesurent un pouce de long, linéaires et soudées sur la moitié de leur longueur au pétiole pétiolé pétiole long, mince, avec un renflement distinct (pulvinus.) quatre folioles, disposées en deux paires opposées et égales. 1 à 2 1/2 pouces de long, entier, obovale à obtus, à nervures nettes, pubescent.

Inflorescence :

Fleurs disposées soit solitaires, soit en groupes de trois à l'aisselle des feuilles. La plupart du temps, les fleurs se développent vers la base de la plante et parfois enfouies dans le sol.

Pédicelle (petits pédicelles), pédicelle généralement poilu, zygomorphe, irrégulier, hypogyne, bisexué, complet, papilionacé.

5 pétales, gamosépales, les sépales s'unissent pour former un tube de calice d'environ un pouce de long les lobes libres sont courts et irréguliers.

5 pétales, libres, un étendard, deux ailes et deux carènes unies, les carènes unies forment une structure en forme de bec la corolle est insérée sur le bord du tube du calice, jaune, papilionacée.

10 étamines, monadelphes, filets soudés sur environ les deux tiers de leur longueur. Parfois seulement neuf étamines. Sur dix, deux étamines sont stériles et leurs filets sont fusionnés avec les filets des étamines voisines.Dans les huit autres, quatre étamines fertiles ont des anthères bicellulaires allongées et se déhiscent par des fentes longitudinales, tandis que les quatre autres ont des anthères arrondies et allongées.

Carpelle un (monocarpellaire), ovaire sessile, uniloculaire, à placentation marginale, 1 à 5 ovules, la paroi ovarienne est quelque peu resserrée entre chaque style d'ovule recourbée et poilue, stigmate simple et terminal.

Oblongue, grande, indéhiscente, striée à cause de ces arêtes, la surface de la gousse devient quelque peu réticulée. Il contient 1 à 3 graines, étranglements présents entre les graines.

Cylindrique allongé ou allongé et ovoïde, à bec court, arrondi ou aplati en diagonale. L'embryon est recouvert d'un mince tégument rougeâtre et papyracé.

Développement du fruit :

Après la fécondation, l'ovaire s'allonge et se replie vers la terre. Dès que le gynophore pénètre dans le sol jusqu'à 2 à 5 cm, l'ovaire commence à se développer et à gonfler. La position de l'ovaire devient horizontale dans le sol, et progressivement il se développe en une gousse.

Caractères génériques :

Quatre folioles, étamines, gousses monadelphes courtes, ligneuses, resserrées entre les graines, mûrissant et se développant sous terre.

Formule florale :

Herbe annuelle cultivée pour ses graines et ses gousses comestibles. Il est cultivé en saison des pluies. Principalement cultivé dans les régions tropicales du monde.

Tap et ramifié. Les racines possèdent des tubérosités contenant des bactéries fixatrices d'azote (Rhizobium radicicola) et par conséquent, les plantes sont utilisées pour l'engrais vert.

Érigé, de un à trois pieds de haut, densément pubescent quelque peu anguleux, herbacé, vert ramifié.

Alternes, pétiolées, stipulées, stipules de 1/4 à 1/2 pouce de long attachées près de la base, composées (trifoliées), folioles vert foncé, de deux à quatre pouces de long, entières, acuminées, pubescentes des deux côtés, à nervures nettes.

Inflorescence :

Racémeux, les fleurs sont disposées en grappes axillaires groupées.

Court pédoncule, zygomorphe, irrégulier, hermaphrodite, périgyne, complet, bractéates (les bractées généralement petites et caduques), bractéolées (bractéoles généralement visibles et persistantes) petites et jaunes.

5 sépales, gamosépales, campanulés le lobe inférieur généralement le plus long, les deux lobes supérieurs sont un peu unis.

5 pétales, il est très exercé, la quille est enroulée en spirale avec un appendice terminal en forme de corne descendant l'estivation imbriquée.

9 + 1 étamines, diadelphes, anthères uniformes.

Un carpelle (monocarpellaire), ovaire supère, uniloculaire, sessile à plusieurs ovules, à placentation marginale poilue, filiforme, torse arrondi avec le stigmate de la carène oblique et terminal.

Légumineuse ou gousse linéaire rarement oblongue, verte, très souvent séparée entre les graines, généralement de 1½ à 2 pouces de long.

Exalbumineux, à cotylédons épais, verts (Phaseolus aureus-Moong) ou noirs (P. mwngo-Urd).

Caractères génériques :

Folioles au nombre de trois étamines de style diadelphe inflorescence poilue racémeuse en grappes lobes de l'écalyx égaux à la carène du tube de la corolle enroulée.

Formule florale :

C'est un arbuste ramifié érigé de 4 à 10 pieds de haut cultivé pour ses graines comestibles, dans les régions tropicales et subtropicales.

Robinet, ramifié avec des nodules bactériens.

Érigé, très ramifié, solide, ligneux, vert pubescent.

Alternes, pétiolées, composées, trifoliées (unipennées, unijuguées), glande parsemée sous les folioles sont lancéolées à elliptiques étroites, de deux à quatre pouces de long, acuminées, légèrement pubescentes sur les deux faces, nervurées en filet, stipules, les stipules sont minuscules et caduques.

Inflorescence :

Racème, racème corymbe ou panicule terminale.

Pédicellée, zygomorphe, irrégulière, hermaphrodite, complète, périgyne, de couleur jaune ou orangée mais brunâtre sur le dos.

Deux lobes supérieurs soudés, tube du calice campanulé, denté ou lobé, dents courtes.

5 pétales, polypétales l'étendard est grand et large, auriculaire la carène est obtuse et incurvée descendante imbriquée estivation de couleur jaune ou rose.

Étamines 9 + 1, anthères diadelphes uniformes, bicellées.

Carpelle un (monocarpellaire), ovaire supère, pubescent, uniloculaire, peu ovulé, sessile, style marginal à placentation longuement épaissi, très incurvé, capité imberbe, stigmate terminal.

Gousse ou légumineuse (gousse lomentacée), nombreuse, comprimée, avec des dépressions diagonales, de deux à trois pouces de long sur un demi-pouce de large, pubescente et à bec.

Trois à cinq dans une seule gousse de petite taille, orbiculaire et comprimée à un bord aplati de couleur brune avec un petit hile blanc.

Caractères génériques :

Feuilles glande parsemée dessous, folioles lancéolées oblongues, folioles de deux pouces ou plus gousses avec lignes déprimées entre les graines ovules 3 à 5, graines non strophiolées.

Formule florale :

Les plantes sont soit des herbes soit des arbustes cultivés pour la fibre (Crotalaria juncea-Indian sunn hemp-Verna-San) et les graines sont parfois ornementales.

Tap et ramifiés nodulés, les nodules contiennent des bactéries fixatrices d'azote.

Érigées, ramifiées, cylindriques, pubescentes, vertes, parfois sillonnées.

Alternes, pétiolées, simples ou composées, si composées elles sont trifoliées rarement 5 à 7 foliées digitées (généralement toutes les folioles naissent à l'apex du pétiole) stipulent (minuscules stipules) les folioles sont linéaires ou oblongues, entières, brillantes poils soyeux sur les deux côtés filet veiné.

Inflorescence :

Fleurs disposées en inflorescences solitaires ou en grappes. Les fleurs sont disposées en grappes terminales, latérales ou opposées aux feuilles.

Pédicellé (pédoncule court), zygomorphe, irrégulier, hermaphrodite, complet, périgyne, bractéé, généralement grand et voyant.

5 sépales, gamosépales, sub-bilabiés, la lèvre supérieure bifide, la inférieure cordée trifide les dents étant linéaires ou lancéolées.

5 pétales, étendard polypétale généralement large et à courte griffe les ailes obovales oblongues la quille est large et presque égale à l'aile, les pétales de la quille sont unis, incurvés et à bec papilionacé descendant imbriqué estivation généralement de couleur jaune, parfois rose et violacé grand et voyant .

10 étamines, monadelphes, connées, les anthères sont 2-loculaires, dimorphes, déhiscence par des fentes longitudinales.

Un carpelle (monocarpellaire), ovaire supère, uniloculaire, plusieurs ovules style sessile long, fortement incurvé ou réfléchi, un peu barbu (velu) le stigmate est petit et la placentation oblique marginale.

Légumineuse ou gousse, sessile globuleuse ou oblongue, turgescente ou renflée, avec de nombreuses graines lâches.

Exalbumineux, petit, généralement plat, de couleur différente.

Caractères génériques :

Folioles 3, 5 ou 7 feuilles simples ou digitées (folioles disposées à l'apex du pétiole) inflorescence-étamines solitaires ou racémeuses monadelphe dimorphe gousse renflée ou renflée.

Formule florale :

Cicer Arietinum Verna-Chana :

Herbe annuelle, haute d'un à deux pieds, cultivée pour ses graines qui sont utilisées comme légumineuses et fourragères.

Racine pivotante, assez robuste, pénétrant profondément dans le sol et portant de nombreuses branches latérales sur la partie supérieure. Les racines possèdent des nodules contenant des bactéries fixatrices d'azote (Rhizobium radicicola).

Érigée, très ramifiée à poils visqueux, herbacée cylindrique, verte, solide.

Composé pétiolé, bipenné, stipule (avec de grandes stipules ovales fortement dentelées) rachis de un à deux pouces de long avec de petites folioles dentées fortement nerveuses les folioles sont au nombre de 9 à 16 et chacune d'environ un demi-pouce de long, opposées ou alternées avec une foliole terminale, oblongue ou de forme obovale.

Inflorescence :

Petit pédicellé (longs pédicelles à l'aisselle des feuilles) de couleur blanche ou rosâtre zygomorphe, irrégulier, hermaphrodite, périgyne, complet, papilionacé.

5 sépales, gamosépales, tube du calice oblique, dents subégales lancéolées, sépaloïdes.

5 pétales, polypétales standards larges ailes griffues pétales libres de la quille réunis.

9+1 étamines, anthères diadelphes bi-loculaires éclatant longitudinalement.

Carpelle un (monocarpellaire), ovaire supère, sessile, 2 ou plus ovulés, uniloculaire, placentation marginale, style incurvé ou réfléchi, glabre, stigmate capité.

Gousse, sessile, oblongue, turgescente, velue, pointue, d'environ trois quart de pouce de long, rétrécie en un style persistant.

Un hile obovale ou subglobuleux, brun rougeâtre, à bec est visible.

Caractères génériques :

Herbes, feuille pennée, foliole terminale présente, bords des folioles dentés tout autour étamines diadelphes, style gousse glabre turgescente, conique.

Formule florale :

Tap, ramifié avec des nodules bactériens.

Érigé, herbacé, ramifié, cylindrique, vert solide, glabre.

Composé trifolié, alterne, caulinaire, pétiolé, stipulé (stipules linéaires), obovale, acuminé, bords dentés, apex mucroné, nervation réticulée unicostale.

Inflorescence :

Pédicellé, bractéate, minuscule, hermaphrodite, zygomorphe (irrégulier), complet, jaune, hypo ou périgyne.

Cinq sépales, gamosépales, lobes presque égaux, lancéolés, estivation valvée, sépale postérieur impair.

Cinq pétales, polypétales, jaunes, un étendard, deux ailes, deux plus internes utilisés formant la carène, estivation descendante imbriquée.

Dix étamines, diadelphes, filets de 9 étamines soudées formant un faisceau, dixième étamine libre (9 + 1), anthères dorsifiées.

Un carpelle (monocarpellaire), ovaire supère, uniloculaire, marginal, placentation.

Formule florale :

Sesbania sesban (L) Merr. Verna Jayanti, Jait. Tige herbacée et ligneuse, aérienne, dressée, cylindrique, ramifiée, solide, lisse, verte. Feuille caulinaire, ramale, alterne, stipulée, base de la feuille pulvinus, composée, uniplumée penne oblongue, entière, mucronée, unicostate réticulée. Inflorescence-racème, grappe axillaire.

Fleur-bractéolée, pédicellée, complète, zygomorphe, hermaphrodite, pentamère, périgyne, cyclique, calice-5, gamosépale, persistante, verte, valvée. Corolle-5, polypétale, vexillaire, papilionacée, jaune. Androcée-(9)+1, diadelphe, dithéque, dorsifixé, introrse. Gynécée-monocarpellaire, demi-inférieur, uniloculaire, marginal, style long, stigmate capité. Gousse fruit-légumineuse.

Formule florale :

Crotalaria medicaginea Lamk Verna Gulabi. Tige herbacée, aérienne dressée, ramifiée, cylindrique, solide, pubescente, verte. Feuille caulinaire, ramale, alterne, stipulée, composée palmée trifoliée, pétiolée, base de la feuille pulvinus, foliole obovale, entière, poilue. Inflorescence-racème, grappe.

Fleur pédicellée, complète, zygomorphe, hermaphrodite, pentamère, périgyne, cyclique. CaIyx-5, gamosépale, vert, valvate. Corolle-5, polypétale, vexillaire, papilionacée, jaune.

Androcée-(I0), monadelphe, dithéque, dorsifixé, introrse. Gynécée-1, monocarpellaire, demi-inférieur, uniloculaire, nombreux ovules, marginal, style long, stigmate capité. Fruit-légumineuse, gousse.

Formule florale :

Importance économique de la famille Papilionaceae :

Cette famille a une grande valeur économique. Une liste de quelques plantes très importantes est donnée ci-dessous:

1. Phaseolus mungo Eng.-black gram Verna. Urd est cultivé comme légumineuses dans l'Uttar Pradesh, le Madhya Pradesh, le Pendjab et le Bengale. Les graines sont riches en protéines et utilisées comme ‘dal’.

2. Phaseolus aureus : Syn. P. mungo., P. rayonne Eng.-gram vert Verna.-Mung. Ceci est cultivé comme légumineuses dans l'Uttar Pradesh, le Madhya Pradesh, le Bihar, le Rajasthan et le Bengale. Les graines sont consommées comme légumineuses. Ils sont riches en protéines.

3. Phaseolus vulgaris Eng.-Haricot verna.-Vilayati sem-Ils sont cultivés dans toute l'Inde. Les gousses tendres sont utilisées comme légume.

4. Phaseolus aconitifolius Syn. P. trilobus Dolichos dissectus Eng. Moth bean Verna.- Moth-C'est une herbe. Il est originaire de l'Inde. Il est cultivé comme légumineuse dans l'Andhra Pradesh, l'Uttar Pradesh, le Bihar, le Maharashtra, le Pendjab et le Bengale. Les graines sont riches en protéines et consommées comme dal’.

5. Phaseolus lunatus-, Eng.-Haricot de Lima Verna.-Lobia-Ceci est originaire d'Amérique tropicale mais maintenant cultivé dans le nord de l'Inde. Les jeunes gousses sont utilisées comme légume et les graines sont consommées comme légumineuses.

6. Phaseolus calcaratus Eng.-Fève de riz. Ceci est introduit des Philippines mais maintenant cultivé dans le Tamil Nadu, l'Assam, le Bengale et le Pendjab. Les graines sont utilisées comme légumineuses.

7. Phaseolus trilobus’, Eng.-Wild gram Verna.-Mugani-Il est utilisé comme fourrage.

8. Cajanus cajan Syn. Cajanus indicus Eng.—Pigeon Verna.-Arhar.-C'est un arbuste, cultivé principalement dans l'Uttar Pradesh, le Bihar, le Madhya Pradesh, l'Andhra Pradesh, le Maharashtra et le Karnataka. Les graines immatures et mûres sont utilisées comme nourriture humaine. Les feuilles et les brindilles sont utilisées comme fourrage pour le bétail. L'enzyme uréase est obtenue à partir de celle-ci qui est utilisée pour l'estimation de l'urée dans le sang, l'urine, etc. Les paniers sont fabriqués à partir de fines branches droites. Les plantes servent également d'hôte pour les insectes lacs.

9. Glycine max (Linn.) Merr. Ing. Verna de soja. Bhat, Ramkurthi-Soybean fait une bonne nourriture. La fève a une teneur élevée en huile et le noyau est riche en protéines. L'huile peut être utilisée pour la cuisson. Les tourteaux sont utilisés pour l'alimentation du bétail. La farine de soja ou le haricot cuit est très bon pour les patients diabétiques.

10. Cicer arietinum Eng.-Gram Verna-Chana-C'est une herbe. Il est originaire d'Europe du Sud, mais maintenant couramment cultivé dans l'Uttar Pradesh, le Pendjab, le Rajasthan, le Bihar et le Madhya Pradesh. Les graines sont comestibles. Les graines se consomment aussi bien crues que grillées. Les parties végétatives de la plante sont cuites comme légume et utilisées comme fourrage.

11. Pisum sativum var. arvense Syn. P. arvense Ing. Petit pois Verna-Mattar-Il est originaire d'Europe du Sud mais maintenant cultivé dans notre pays principalement dans le Pendjab, l'Uttar Pradesh, Delhi et l'Himachal Pradesh. Les graines et les bourgeons sont consommés comme légume. Ils sont assez riches en protéines.

12. Lens culinaris Syn. L. esculenta Ervum lentille’. Ing. Lentille Verna-Masur-Ceci est originaire d'Asie du Sud-Ouest mais maintenant cultivé dans notre pays principalement dans l'Andhra Pradesh, l'Uttar Pradesh, le Rajasthan et le Bengale pour ses graines comestibles. Les graines sont consommées sous forme de légumineuses. Les feuilles et les tiges sont utilisées comme fourrage.

13. Dolichos lablab Syn. Lablab niger. Ing. Lablab Verna-Sem-C'est une plante volubile. Il est cultivé dans tout notre pays. Les gousses vertes et les graines sont consommées comme légume.

14. Dolichos biflorus Ing. Cheval gramme Verna-Kulthi-C'est une herbe de fuite. Il est cultivé dans tout notre pays comme plante fourragère.

15. Canavalia gladiata-, Syn. Dolichos gladiatus’, Eng.-Jack Bean Verna-Bara sem-Il est cultivé dans tout notre pays. Les gousses sont utilisées comme légume. La plante est également utilisée comme engrais vert.

16. Lupinus albus Eng-lupin blanc Verna-Turmas-C'est une herbe, cultivée pour le fourrage et l'engrais vert.

17. Cyamopsis tetragonoloba Eng.-Haricot à grappes Verna-Gwar-C'est une herbe ou un petit arbuste. Il est cultivé dans tout notre pays. Les gousses sont consommées comme légume et utilisées comme fourrage. Les graines sont à l'origine d'une gomme qui est utilisée dans les industries alimentaires, papetières et textiles.

18. Melilotus alba’, Eng-Mélilot blanc. Ceci est une herbe. Il est originaire d'Eurasie, mais maintenant cultivé dans le nord de l'Inde. Il est utilisé comme fourrage.

19. Melilotus indica Syn. M. parviflora Eng.-Trèfle doux Verna-Banmethi, Senji-Ceci est originaire d'Europe et d'Asie mais maintenant cultivé dans le Pendjab et l'Uttar Pradesh comme culture fourragère d'hiver.

20. Medicago sativa’, Eng.-Alfalfa Verna-Vilayati Gawuth-Cette plante est utilisée comme fourrage.

21. Medicago denticulé Eng.-Denté, trèfle à gros fruits Verna-Maina-C'est une herbe commune et utilisée comme fourrage.

22. Trifolium alexandrium Eng.-Trèfle égyptien : Verna-Berseem-C'est une plante herbacée cultivée comme engrais vert et culture fourragère.

23. Trifolium resupinatum Eng.-Trèfle persan Verna-Shaftal-Il est utilisé comme fourrage vert.

24. Trifolium pratense Eng-Trèfle rouge Verna-Trepatra. Ceci est utilisé comme fourrage. Un colorant jaune est également extrait des fleurs.

25. Trifolium repens’, Eng.-Trèfle blanc Verna-Shaftal Il est utilisé comme fourrage. Ceci est cultivé dans l'Himalaya tempéré et les Nilgiris.

26. Trigonella foenum-graecum Verna-Methi-C'est une herbe. Il est originaire du sud de l'Europe, mais maintenant cultivé principalement dans le nord de l'Inde. Les feuilles sont utilisées comme légume et fourrage. Les graines sont utilisées comme épice et condiment. Les graines sont également utilisées en médecine comme carminatif et tonique.

27. Vicia faba Faba vulgaris Eng.-Fève, Verna-Bakla-C'est une herbe couramment cultivée dans le nord-ouest de l'Inde. Il est utilisé comme fourrage. Les graines sont consommées comme légume.

28. Vigna sinensis Eng-Nébé. Verna-Lobia, Chowli-Il est cultivé dans tout notre pays. Les jeunes gousses et les graines sont utilisées comme légume et légumineuse.

29. Abrus precatorius Verna-Geumchi, Rati-C'est un arbuste grimpant. Les graines sont utilisées comme poids par les orfèvres. Ils sont également utilisés comme perles pour les colliers.

30. Butea monosperma Syn. B. frondosa Eng.-Flamme de la forêt Verna-Dhak, Palas, Tesu-C'est un petit arbre. Cela sert d'hôte pour l'insecte lac. Les fleurs donnent un colorant jaune. Les feuilles sont utilisées comme substitut des assiettes principalement lors d'occasions festives. Les fruits mûrs sont comestibles.

31. Indigofera tinctoria Eng.-Indigo Verna-Nil-C'est un petit arbuste commun, cultivé comme engrais vert. La plante a une grande valeur médicinale.

32. Arachis hypogeal Eng.-Groundnut Verna-Mungphali. C'est un natif du Brésil mais maintenant largement cultivé dans le sud de l'Inde, le Maharashtra et l'Uttar Pradesh. Les noix (graines) sont utilisées pour la préparation du beurre d'arachide. Ils sont également consommés après la torréfaction. L'huile raffinée filtrée est utilisée pour la cuisson et la fabrication de margarine. Le tourteau est utilisé comme fourrage. La protéine obtenue à partir de l'arachide est utilisée dans la fabrication de l'ardil, une fibre synthétique.

33. Aeschynomene indica Verna-Phulan-Le bois tendre est utilisé pour fabriquer des chapeaux de sola. On le trouve au Cachemire, en Assam, au Bengale et en Inde du Sud.

34. Aeschynomene aspera Eng. La moelle de sola Verna-Sola-C'est une grande herbe que l'on trouve dans les endroits humides du Bengale et de l'Inde du Sud. Le bois tendre est utilisé pour la fabrication de chapeaux de soleil, de jouets, de maquettes, de fleurs artificielles, etc. Il entre dans la fabrication de gilets de natation et de bouées de sauvetage. Les feuilles sont comestibles.

35. Alhagi pseudalhagi Syn. A. maurorum A. camelorum Eng.-Camel’s thorn Verna-Jawasa-C'est un arbuste épineux des déserts. Il est utilisé comme fourrage pour les chameaux. Les brindilles sont utilisées pour fabriquer des paravents.

36. Dalbergia sissoo Verna-Shisham-il se trouve dans le Pendjab, l'Uttar Pradesh, le Bengale et l'Assam. Le bois est utilisé pour la fabrication de meubles et la sculpture. La pâte est utilisée pour fabriquer des papiers d'écriture et d'impression.

37. Dalbergia latifolia Verna-Kala Shisham-C'est un arbre que l'on trouve au Bengale, au Bihar, au Madhya Pradesh et dans la péninsule occidentale. Le bois est utilisé pour l'ébénisterie et l'ameublement.

38. Dalbergia melanoxylon Eng.-Bois noir africain. Il est cultivé dans le Tamil Nadu, le Maharashtra et le Bengale. Le bois est utilisé pour les instruments de musique, les cannes et les articles de fantaisie.

39. Desmodium triflorum’, Verna-Kubaliya-Il est cultivé comme terreau, liant et fourrage.

40. Crotalaria juncea Eng.-Sunn chanvre Verna-San-C'est un grand arbuste, cultivé dans tout notre pays. La fibre de tige est utilisée pour fabriquer des cordes, des cordages, des nattes et du papier. Les fleurs et les fruits sont consommés comme légume. Les tiges et les feuilles vertes font du bon fumier.

41. Crotalaria mucronata Syn. C.striata’, Verna-San-C'est une herbe utilisée comme culture de couverture et engrais vert.

42. Crotalaria retusa’, Verna-Ghungbunian-Ceci est cultivé dans toute l'Inde. Une fibre est obtenue à partir de son écorce de tige, qui est utilisée pour fabriquer des toiles et des cordages.

43. Crotalaria burhia’, Verna-Khip, Sis, Booi-C'est un sous-arbuste xérophyte, trouvé dans le Pendjab, l'Uttar Pradesh, le Rajasthan et le Gujarat. La fibre de tige est utilisée pour fabriquer des cordes et des cordages. Les branches et les feuilles sont utilisées comme fourrage.

44. Lathyrus odoratus Eng.-Pois de senteur Verna-Phul mattar-Il est originaire d'Italie, cultivé comme plante ornementale.

45. Lathyrus aphacaVerna.-Jangli matar-C'est une plante grimpante. Il est cultivé dans le Pendjab, l'Uttar Pradesh, le Bengale et le Madhya Pradesh. Il est utilisé comme fourrage.

46. ​​Lathyrus sativus Verna.-Khesari-Il est cultivé dans le Pendjab, le Bihar, le Baroda, l'Assam et l'Orissa. Il est utilisé comme fourrage. Les graines sont consommées comme légume. Les graines mûres sont source d'adultération dans les légumineuses.

47. Erythrina indica var. parcelii Eng.-arbre de corail indien. C'est un petit arbre, cultivé pour ses belles fleurs.

48. Erythrina blake. C'est un petit arbre, cultivé pour ses belles fleurs écarlates.

49. Erythrina crista-galli Eng.-Cockspur arbre de corail. Il est cultivé comme plante ornementale.

50. Erythrina variegata var. orientalis Eng.-Coralier Verna-Pangra, Nasut-C'est un arbre que l'on trouve dans les Sundarbans, les îles Andaman et Nicobar, l'Assam, le Tamil Nadu et l'Orissa. Les gousses tendres et les graines sont consommées comme légume. La fibre d'écorce est utilisée pour faire des cordages. Les fleurs donnent un colorant rouge. Il est cultivé comme plante de haie et également utilisé pour soutenir la vigne de poivre noir.

51. Erythrina suberosa Verna.-Panga-C'est un petit arbre trouvé au Pendjab et au Rajasthan. Une fibre est obtenue à partir de son écorce qui est utilisée pour le cordage.

52. Clitoria ternatea-, Eng.-Pois papillon. Un twiner avec de belles fleurs bleues cultivées dans les jardins.

53. Sesbania bispinosa’ Syn. 5. Aculeate Eng-Dhencha Verna.-Jayanti-C'est un arbre. Sa fibre de tige est utilisée pour fabriquer des cordes.

54. Sesbania cannabina Syn. 5. aculeata var. cannabina Verna.-Dhaincha-C'est une herbe haute, cultivée pour sa fibre. La fibre est utilisée dans la fabrication de filets de pêche. La plante est également utilisée comme engrais vert.

55. Sesbania grandiflora Syn. Robinia grandiflora Agati grandiflora’, Verna.-Basna-C'est un arbre. Il est originaire d'Asie tropicale mais maintenant cultivé dans l'Assam, le Bengale, l'Andhra Pradesh, le Baroda et le Tamil Nadu. Les fleurs, les fruits et les feuilles sont consommés comme légume. La plante est également utilisée comme support pour la vigne de bétel.

56. Sesbania sesban Syn. S. aegyptiaca Verna-Jayanti-C'est un grand arbuste, cultivé dans tout notre pays. La fibre de tige est utilisée pour fabriquer des cordes et des cordages. Les feuilles sont utilisées comme fourrage.

57. Pongamia pinnata Syn. P. glabra’, Eng.-Pongam Verna.-Karanja-C'est un arbre que l'on trouve couramment près des rives des ruisseaux des péninsules, du Bengale occidental et de Travancore. Une huile est extraite des graines qui est utilisée pour la fabrication du savon et comme illuminant. Il est également utilisé dans le traitement des maladies de la peau et des rhumatismes. Les feuilles sont utilisées comme fumier. Les fruits sont comestibles.

58. Alysicarpus longifolius’, Verna-Jangli gailia-C'est une herbe, utilisée comme fourrage.

59. Astragalus heratensis. C'est un gros arbuste. La tige est la source de gomme Katira gabina, qui est utilisée pour le glaçage.

60. Astragale prolixus. C'est un sous-arbrisseau, trouvé dans le Pendjab. La tige est la source de gomme adragante, qui est utilisée dans les cosmétiques, l'impression calicot et la confiserie.

61. Astragalus strobiliferus Verna.-Garmezu-La gomme obtenue à partir de la tige est utilisée en confiserie. On le trouve au Cachemire.

62. Calopogonium mucunoides. C'est une plante, introduite dans les Ghâts occidentaux. Il est utilisé comme fourrage et empêche également l'érosion des sols.

63. Castanospermum austral Eng.-Châtaigne. C'est un arbre introduit d'Australie, les graines sont comestibles.

Relations systématiques :

Selon Bentham et Hooker et Engler, la famille des Leguminosae se compose de trois sous-familles, à savoir les Mimosoideae, les Caesalpinioideae et les Papilionatae (Lotoideae). De nombreux botanistes ont traité ces sous-familles comme trois familles distinctes, à savoir les Mimosacées, les Caesalpiniacées et les Papilionacées.

Les auteurs qui les acceptent comme des familles séparées traitent le trio comme un seul ordre. Hutchinson a placé ces trois familles dans l'ordre des Leguminales. Les caractères qui distinguent une sous-famille de l'autre sont plus apparents que les caractères qui les unissent.

De nombreux botanistes ne les lient qu'à cause du conservatisme et de la tradition. Sen (1943) a souligné qu'en ce qui concerne l'anatomie de leur bois, il n'y a pas de lignes nettes qui séparent les trois sous-familles. Il a également préconisé qu'il n'y avait pas de données cytologiques dans le soutien ou le refus de l'élévation de chaque sous-famille au rang de famille.

Les Mimosoideae des trois sous-familles sont considérés comme les plus primitifs et les Papilionatae comme les plus évolués.


Voir la vidéo: 1001 coléoptères (Mai 2022).