Informations

12.1 : Organiser la vie sur Terre - Biologie

12.1 : Organiser la vie sur Terre - Biologie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Toute vie sur Terre a évolué à partir d'un ancêtre commun. La petite branche que les plantes et les animaux (y compris les humains) occupent dans ce diagramme montre à quel point ces groupes ont eu leur origine récemment par rapport à d'autres groupes.

L'arbre phylogénétique de la figure 12.1.1 illustre le cheminement de l'histoire de l'évolution. Le chemin peut être tracé depuis l'origine de la vie jusqu'à n'importe quelle espèce individuelle en naviguant à travers les branches évolutives entre les deux points. De plus, en partant d'une seule espèce et en remontant jusqu'à n'importe quel point de ramification, les organismes qui lui sont liés par divers degrés de proximité peuvent être identifiés.

Une phylogénie est l'histoire évolutive et les relations entre une espèce ou un groupe d'espèces. L'étude des organismes dans le but d'en déduire leurs relations s'appelle la systématique.

De nombreuses disciplines au sein de l'étude de la biologie contribuent à comprendre comment la vie passée et présente a évolué au fil du temps, et ensemble, elles contribuent à la construction, à la mise à jour et au maintien de «l'arbre de la vie». Les informations recueillies peuvent inclure des données recueillies à partir de fossiles, d'études morphologiques, de la structure des parties du corps ou de la structure moléculaire, telle que la séquence d'acides aminés dans les protéines ou les nucléotides de l'ADN. En considérant les arbres générés par différents ensembles de données, les scientifiques peuvent établir la phylogénie d'une espèce.

Les scientifiques continuent de découvrir de nouvelles espèces de vie sur Terre ainsi que de nouvelles informations sur les caractères, ainsi les arbres changent à mesure que de nouvelles données arrivent.

Les niveaux de classification

La taxonomie (qui signifie littéralement « loi d'arrangement ») est la science de nommer et de regrouper les espèces pour construire un système de classification partagé au niveau international. Le système de classification taxonomique (également appelé système linnéen du nom de son inventeur, Carl Linnaeus, un naturaliste suédois) utilise un modèle hiérarchique. Un système hiérarchique a des niveaux et chaque groupe à l'un des niveaux comprend des groupes au niveau le plus bas suivant, de sorte qu'au niveau le plus bas, chaque membre appartient à une série de groupes imbriqués. Une analogie est la série imbriquée de répertoires sur le lecteur de disque principal d'un ordinateur. Par exemple, dans le groupe le plus inclusif, les scientifiques divisent les organismes en trois domaines : les bactéries, les archées et les eukaryas. Au sein de chaque domaine se trouve un deuxième niveau appelé royaume. Chaque domaine contient plusieurs royaumes. Au sein des royaumes, les catégories suivantes de spécificité croissante sont : phylum, classe, ordre, famille, genre et espèce.

À titre d'exemple, les niveaux de classification pour le chien domestique sont illustrés à la figure 12.2.2. Le groupe à chaque niveau est appelé un taxon (pluriel : taxons). Autrement dit, pour le chien, Carnivora est le taxon au niveau de l'ordre, Canidae est le taxon au niveau de la famille, et ainsi de suite. Les organismes ont également un nom commun que les gens utilisent généralement, comme chien domestique ou loup. Chaque nom de taxon est en majuscule, sauf pour les espèces, et les noms de genre et d'espèce sont en italique. Les scientifiques désignent un organisme par ses noms de genre et d'espèce ensemble, communément appelés nom scientifique ou nom latin. Ce système à deux noms est appelé nomenclature binomiale. Le nom scientifique du loup est donc Canis lupus. Une étude récente de l'ADN des chiens domestiques et des loups suggère que le chien domestique est une sous-espèce du loup, pas sa propre espèce, donc on lui donne un nom supplémentaire pour indiquer son statut de sous-espèce, Canis lupus familiaris.

La figure 12.1.2 montre également comment les niveaux taxonomiques évoluent vers la spécificité. Remarquez comment au sein du domaine, nous trouvons le chien regroupé avec la plus grande diversité d'organismes. Il s'agit notamment de plantes et d'autres organismes non représentés, tels que les champignons et les protistes. À chaque sous-niveau, les organismes deviennent plus similaires parce qu'ils sont plus étroitement liés. Avant que la théorie de l'évolution de Darwin ne soit développée, les naturalistes classaient parfois les organismes en utilisant des similitudes arbitraires, mais depuis que la théorie de l'évolution a été proposée au 19e siècle, les biologistes travaillent pour que le système de classification reflète les relations évolutives. Cela signifie que tous les membres d'un taxon devraient avoir un ancêtre commun et être plus étroitement liés les uns aux autres qu'aux membres d'autres taxons.

Des analyses génétiques récentes et d'autres progrès ont montré que certaines classifications taxonomiques antérieures ne reflètent pas les relations évolutives réelles et, par conséquent, des modifications et des mises à jour doivent être apportées au fur et à mesure que de nouvelles découvertes ont lieu. Un exemple dramatique et récent a été la séparation d'espèces procaryotes, qui jusqu'aux années 1970 étaient toutes classées comme des bactéries. Leur division en archées et bactéries est survenue après la reconnaissance que leurs grandes différences génétiques justifiaient leur séparation en deux des trois branches fondamentales de la vie.

CONNEXION ARTISTIQUE

A quels niveaux les chats et les chiens sont-ils considérés comme faisant partie du même groupe ?

CONCEPT EN ACTION

Visitez ce site PBS pour en savoir plus sur la taxonomie. Sous Classification de la vie, cliquez sur Lancer l'interactivité.

Classification et phylogénie

Les scientifiques utilisent un outil appelé arbre phylogénétique pour montrer les voies évolutives et les relations entre les organismes. Un arbre phylogénétique est un diagramme utilisé pour refléter les relations évolutives entre les organismes ou les groupes d'organismes. La classification hiérarchique des groupes imbriqués dans des groupes plus inclusifs est reflétée dans des diagrammes. Les scientifiques considèrent les arbres phylogénétiques comme une hypothèse du passé évolutif car on ne peut pas remonter le temps pour confirmer les relations proposées.

Contrairement à une classification taxonomique, un arbre phylogénétique peut être lu comme une carte de l'histoire de l'évolution, comme le montre la figure 12.1.3. Des caractéristiques partagées sont utilisées pour construire des arbres phylogénétiques. Le point où une scission se produit dans un arbre, appelé point de branche, représente l'endroit où une seule lignée a évolué en de nouvelles distinctes. De nombreux arbres phylogénétiques ont un seul point de branche à la base représentant un ancêtre commun à toutes les branches de l'arbre. Les scientifiques appellent ces arbres enracinés, ce qui signifie qu'il existe un seul taxon ancestral à la base d'un arbre phylogénétique duquel descendent tous les organismes représentés dans le diagramme. Lorsque deux lignées proviennent du même point de ramification, elles sont appelées taxons frères, par exemple les deux espèces d'orangs-outans. Un point de branchement avec plus de deux groupes illustre une situation pour laquelle les scientifiques n'ont pas définitivement déterminé les relations. Un exemple est illustré par les trois branches menant à la sous-espèce de gorille ; leurs relations exactes ne sont pas encore comprises. Il est important de noter que les taxons frères partagent un ancêtre, ce qui ne signifie pas qu'un taxon a évolué à partir de l'autre. Le point de branchement, ou division, représente un ancêtre commun qui existait dans le passé, mais qui n'existe plus. Les humains n'ont pas évolué à partir des chimpanzés (et les chimpanzés n'ont pas évolué à partir des humains) bien qu'ils soient nos plus proches parents vivants. Les humains et les chimpanzés ont évolué à partir d'un ancêtre commun qui a vécu, selon les scientifiques, il y a six millions d'années et qui était différent des chimpanzés et des humains modernes.

Les points de branchement et les branches dans la structure arborescente phylogénétique impliquent également un changement évolutif. Parfois, les changements de caractère significatifs sont identifiés sur une branche ou un point de branche. Par exemple, sur la figure 12.1.4, le point de ramification qui donne naissance à la lignée de mammifères et de reptiles de la lignée de grenouilles montre l'origine du caractère d'œuf amniotique. De plus, le point de ramification qui donne naissance aux organismes à pattes est indiqué comme ancêtre commun des mammifères, des reptiles, des amphibiens et des poissons à mâchoires.


Figure 12.1.4 : Cet arbre phylogénétique est enraciné par un organisme dépourvu de colonne vertébrale. A chaque point de ramification, des organismes aux caractères différents sont placés dans des groupes différents.

CONCEPT EN ACTION

Cet exercice interactif vous permet d'explorer les relations évolutives entre les espèces.

Limites des arbres phylogénétiques

Il est facile de supposer que les organismes les plus proches se ressemblent davantage, et bien que ce soit souvent le cas, ce n'est pas toujours vrai. Si deux lignées étroitement liées ont évolué dans des environnements sensiblement différents ou après l'évolution d'une nouvelle adaptation majeure, elles peuvent sembler très différentes l'une de l'autre, encore plus que d'autres groupes qui ne sont pas aussi étroitement liés. Par exemple, l'arbre phylogénétique de la figure 12.4.1 montre que les lézards et les lapins ont tous deux des œufs amniotiques, contrairement aux salamandres (au sein de la lignée des grenouilles) ; pourtant, à la surface, les lézards et les salamandres semblent plus similaires que les lézards et les lapins.

Un autre aspect des arbres phylogénétiques est que, sauf indication contraire, les branches ne montrent pas la durée, elles montrent seulement l'ordre dans le temps des événements évolutifs. En d'autres termes, une branche longue ne signifie pas nécessairement plus de temps passé, pas plus qu'une branche courte signifie moins de temps passé, sauf indication contraire sur le diagramme. Par exemple, sur la figure 12.1.4, l'arbre n'indique pas combien de temps s'est écoulé entre l'évolution des œufs amniotiques et des cheveux. Ce que l'arbre montre, c'est l'ordre dans lequel les choses se sont déroulées. Toujours en utilisant la figure 12.1.4, l'arbre montre que le trait le plus ancien est la colonne vertébrale, suivi des mâchoires articulées, et ainsi de suite. N'oubliez pas que tout arbre phylogénétique fait partie d'un tout plus grand et, comme un arbre réel, il ne pousse pas dans une seule direction après le développement d'une nouvelle branche. Ainsi, pour les organismes de la figure 12.1.4, ce n'est pas parce qu'une colonne vertébrale a évolué que l'évolution des invertébrés a cessé, cela signifie seulement qu'une nouvelle branche s'est formée. De plus, des groupes qui ne sont pas étroitement liés, mais évoluent dans des conditions similaires, peuvent sembler plus similaires les uns aux autres qu'à un parent proche.

Résumé de la section

Les scientifiques obtiennent continuellement de nouvelles informations qui aident à comprendre l'histoire évolutive de la vie sur Terre. Chaque groupe d'organismes a suivi son propre parcours évolutif, appelé sa phylogénie. Chaque organisme partage des relations avec les autres et, sur la base de preuves morphologiques et génétiques, les scientifiques tentent de cartographier les voies évolutives de toute vie sur Terre. Historiquement, les organismes étaient organisés en un système de classification taxonomique. Cependant, aujourd'hui, de nombreux scientifiques construisent des arbres phylogénétiques pour illustrer les relations évolutives et le système de classification taxonomique devrait refléter les relations évolutives.

Connexions artistiques

Figure 12.1.2 A quels niveaux les chats et les chiens sont-ils considérés comme faisant partie du même groupe ?

Les chats et les chiens font partie du même groupe à cinq niveaux : tous deux appartiennent au domaine Eukarya, au royaume Animalia, au phylum Chordata, à la classe Mammalia et à l'ordre Carnivora.

Choix multiple

De quoi une phylogénie est-elle une description ?

A. mutations
B. ADN
C. histoire évolutive
D. organismes sur Terre

C

Qu'accomplissent les scientifiques dans le domaine de la systématique ?

A. découvrir de nouveaux sites fossiles
B. organiser et classer les organismes
C. nommer de nouvelles espèces
D. communiquer entre biologistes de terrain

B

Quelle affirmation sur le système de classification taxonomique est correcte ?

A. Il y a plus de domaines que de royaumes.
B. Les royaumes sont la première catégorie de classification.
C. Un phylum peut être représenté dans plus d'un royaume.
D. Les espèces constituent la catégorie de classification la plus spécifique.

Qu'est-ce qui décrit le mieux la relation entre les chimpanzés et les humains ?

A. les chimpanzés ont évolué à partir des humains
B. les humains ont évolué à partir des chimpanzés
C. les chimpanzés et les humains ont évolué à partir d'un ancêtre commun
D. les chimpanzés et les humains appartiennent à la même espèce

C

Qu'est-ce qui décrit le mieux un point de ramification dans un arbre phylogénétique ?

A. une hypothèse
B. nouvelle lignée
C. hybridation
D. un accouplement

B

Réponse libre

Comment un arbre phylogénétique indique-t-il des événements évolutifs majeurs au sein d'une lignée ?

L'arbre phylogénétique montre l'ordre dans lequel les événements évolutifs ont eu lieu et dans quel ordre certaines caractéristiques et organismes ont évolué par rapport à d'autres. Il n'indique généralement pas les durées.

Énumérez les différents niveaux du système de classification taxonomique.

Domaine, Royaume, Embranchement, Classe, Ordre, Famille, Genre et Espèce.

Glossaire

nomenclature binominale
un système de noms scientifiques en deux parties pour un organisme, qui comprend les noms de genre et d'espèce
point de branchement
un point sur un arbre phylogénétique où une seule lignée se divise en de nouvelles distinctes
classer
la catégorie dans le système de classification taxonomique qui relève du phylum et comprend les ordres
domaine
la catégorie de niveau le plus élevé dans le système de classification et qui comprend toutes les classifications taxonomiques inférieures ; c'est le taxon le plus inclusif
famille
la catégorie dans le système de classification taxonomique qui entre dans l'ordre et comprend les genres
genre
la catégorie dans le système de classification taxonomique qui appartient à la famille et comprend les espèces ; la première partie du nom scientifique
Royaume
la catégorie dans le système de classification taxonomique qui relève du domaine et comprend les embranchements
ordre
la catégorie dans le système de classification taxonomique qui relève de la classe et comprend les familles
arbre phylogénétique
diagramme utilisé pour refléter les relations évolutives entre des organismes ou des groupes d'organismes
phylogénie
histoire évolutive et relation d'un organisme ou d'un groupe d'organismes
phylum
la catégorie dans le système de classification taxonomique qui relève du royaume et comprend des classes
enraciné
décrivant un arbre phylogénétique avec une seule lignée ancestrale à laquelle tous les organismes représentés dans le diagramme se rapportent
taxons soeurs
deux lignées qui ont divergé du même point de ramification
espèce
la catégorie de classification la plus spécifique
systématique
la science de la détermination des relations évolutives des organismes
taxon
un seul niveau dans le système de classification taxonomique
taxonomie
la science de la classification des organismes

Biologie 171


Cette abeille et Échinacée fleur ((Figure)) ne pourrait pas sembler plus différent, mais ils sont liés, comme le sont tous les organismes vivants sur Terre. En suivant des voies de similitudes et de changements, à la fois visibles et génétiques, les scientifiques cherchent à cartographier le passé évolutif de la façon dont la vie s'est développée à partir d'organismes unicellulaires jusqu'à l'énorme collection de créatures qui ont germé, rampé, flotté, nagé, volé et marché dessus. cette planète.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de cette section, vous serez en mesure d'effectuer les opérations suivantes :

  • Discuter de la nécessité d'un système de classification complet
  • Lister les différents niveaux du système de classification taxonomique
  • Décrire comment la systématique et la taxonomie se rapportent à la phylogénie
  • Discuter des composants et du but d'un arbre phylogénétique

En termes scientifiques, la phylogénie est l'histoire évolutive et la relation d'un organisme ou d'un groupe d'organismes. Une phylogénie décrit les relations entre les organismes, par exemple à partir de quels organismes il peut avoir évolué ou à quelles espèces il est le plus étroitement lié. Les relations phylogénétiques fournissent des informations sur l'ascendance partagée, mais pas nécessairement sur la façon dont les organismes sont similaires ou différents.

Arbres phylogénétiques

Les scientifiques utilisent un outil appelé arbre phylogénétique pour montrer les voies évolutives et les connexions entre les organismes. Un arbre phylogénétique est un diagramme utilisé pour refléter les relations évolutives entre les organismes ou les groupes d'organismes. Les scientifiques considèrent les arbres phylogénétiques comme une hypothèse du passé évolutif car on ne peut pas revenir en arrière pour confirmer les relations proposées. En d'autres termes, nous pouvons construire un « arbre de vie » pour illustrer l'évolution de différents organismes et montrer les relations entre les différents organismes ((Figure)).

Contrairement à un diagramme de classification taxonomique, nous pouvons lire un arbre phylogénétique comme une carte de l'histoire de l'évolution. De nombreux arbres phylogénétiques ont une seule lignée à la base représentant un ancêtre commun. Les scientifiques appellent ces arbres enracinés , ce qui signifie qu'il existe une seule lignée ancestrale (généralement tirée du bas ou de la gauche) à laquelle tous les organismes représentés dans le diagramme se rapportent. Remarquez dans l'arbre phylogénétique enraciné que les trois domaines - Bactéries, Archées et Eukarya - divergent à partir d'un seul point et bifurquent. La petite branche que les plantes et les animaux (y compris les humains) occupent dans ce diagramme montre à quel point ces groupes sont récents et minuscules par rapport à d'autres organismes. Les arbres non racinés ne montrent pas d'ancêtre commun mais montrent des relations entre les espèces.


Dans un arbre enraciné, la ramification indique des relations évolutives ((Figure)). Le point où une scission se produit, un point de branchement , représente l'endroit où une seule lignée a évolué en une nouvelle distincte. Nous appelons une lignée qui a évolué tôt à partir de la racine qui reste non ramifiée un taxon basal. Nous appelons deux lignées issues du même point de ramification taxons sœurs . Une branche avec plus de deux lignées est une polytomie et sert à illustrer où les scientifiques n'ont pas définitivement déterminé toutes les relations. Notez que bien que les taxons frères et la polytomie partagent un ancêtre, cela ne signifie pas que les groupes d'organismes se sont séparés ou ont évolué les uns des autres. Les organismes de deux taxons peuvent s'être séparés à un point de ramification spécifique, mais aucun taxon n'a donné naissance à l'autre.


Les diagrammes ci-dessus peuvent servir de voie pour comprendre l'histoire de l'évolution. Nous pouvons tracer le chemin de l'origine de la vie à n'importe quelle espèce individuelle en naviguant à travers les branches évolutives entre les deux points. De plus, en commençant par une seule espèce et en remontant vers le «tronc» de l'arbre, on peut découvrir les ancêtres des espèces, ainsi que les lignées partageant une ascendance commune. De plus, nous pouvons utiliser l'arbre pour étudier des groupes entiers d'organismes.

Un autre point à mentionner sur la structure de l'arbre phylogénétique est que la rotation aux points de ramification ne modifie pas l'information. Par exemple, si un point de ramification tournait et que l'ordre des taxons changeait, cela ne modifierait pas les informations car l'évolution de chaque taxon à partir du point de ramification était indépendante de l'autre.

De nombreuses disciplines au sein de l'étude de la biologie contribuent à comprendre comment la vie passée et présente a évolué au fil du temps, ces disciplines contribuent ensemble à la construction, à la mise à jour et au maintien de «l'arbre de la vie». La systématique est le domaine que les scientifiques utilisent pour organiser et classer les organismes en fonction des relations évolutives. Les chercheurs peuvent utiliser des données provenant de fossiles, d'étudier les structures des parties du corps ou les molécules qu'un organisme utilise, et l'analyse de l'ADN. En combinant des données provenant de nombreuses sources, les scientifiques peuvent construire la phylogénie d'un organisme. Étant donné que les arbres phylogénétiques sont des hypothèses, ils continueront de changer à mesure que les chercheurs découvriront de nouveaux types de vie et apprendront de nouvelles informations.

Limites des arbres phylogénétiques

Il peut être facile de supposer que les organismes les plus proches se ressemblent davantage, et bien que ce soit souvent le cas, ce n'est pas toujours vrai. Si deux lignées étroitement apparentées ont évolué dans des environnements très variés, il est possible que les deux groupes apparaissent plus différents que d'autres groupes qui ne sont pas aussi étroitement apparentés. Par exemple, l'arbre phylogénétique de (Figure) montre que les lézards et les lapins ont tous deux des œufs amniotiques alors que les grenouilles n'en ont pas. Pourtant, les lézards et les grenouilles semblent plus similaires que les lézards et les lapins.


Un autre aspect des arbres phylogénétiques est que, sauf indication contraire, les branches ne rendent pas compte de la durée, seulement de l'ordre évolutif. En d'autres termes, la longueur d'une branche ne signifie généralement pas plus de temps passé, et une branche courte ne signifie pas moins de temps passé, sauf indication contraire sur le diagramme. Par exemple, dans (Figure), l'arbre n'indique pas combien de temps s'est écoulé entre l'évolution des œufs amniotiques et des cheveux. Ce que l'arbre montre, c'est l'ordre dans lequel les choses se sont déroulées. Toujours en utilisant (Figure), l'arbre montre que le trait le plus ancien est la colonne vertébrale, suivie des mâchoires articulées, et ainsi de suite. N'oubliez pas que tout arbre phylogénétique fait partie d'un tout plus grand et, comme un vrai arbre, il ne pousse pas dans une seule direction après le développement d'une nouvelle branche. Ainsi, pour les organismes de (Figure), ce n'est pas parce qu'une colonne vertébrale a évolué que l'évolution des invertébrés a cessé. Cela signifie seulement qu'une nouvelle branche s'est formée. De plus, des groupes qui ne sont pas étroitement liés, mais évoluent dans des conditions similaires, peuvent apparaître plus similaires sur le plan phénotypique les uns aux autres qu'à un parent proche.

Rendez-vous sur ce site Web pour voir des exercices interactifs qui vous permettent d'explorer les relations évolutives entre les espèces.

Niveaux de classification

La taxonomie (qui signifie littéralement « loi de l'arrangement ») est la science de la classification des organismes pour construire des systèmes de classification internationalement partagés, chaque organisme étant placé dans des groupes de plus en plus inclusifs. Pensez à l'organisation d'une épicerie. Un grand espace est divisé en départements, tels que les produits, les produits laitiers et les viandes. Ensuite, chaque département se divise en allées, puis chaque allée en catégories et marques, et enfin un seul produit. Nous appelons cette organisation des catégories les plus grandes aux plus petites, plus spécifiques, un système hiérarchique.

Le système de classification taxonomique (également appelé système linnéen du nom de son inventeur, Carl Linnaeus, botaniste, zoologiste et médecin suédois) utilise un modèle hiérarchique. En partant du point d'origine, les groupes deviennent plus spécifiques, jusqu'à ce qu'une branche se termine en une seule espèce. Par exemple, après le début commun de toute vie, les scientifiques divisent les organismes en trois grandes catégories appelées domaines : les bactéries, les archées et les eukaryas. Au sein de chaque domaine se trouve une deuxième catégorie appelée royaume. Après les royaumes, les catégories suivantes de spécificité croissante sont : phylum , classe , ordre , famille , genre et espèce ((Figure)).


Le royaume Animalia est issu du domaine Eukarya. (Figure) ci-dessus montre la classification pour le chien commun. Par conséquent, le nom complet d'un organisme comporte techniquement huit termes. Pour le chien c'est : Eukarya, Animalia, Chordata, Mammalia, Carnivora, Canidae, Canis, et lupus. Notez que chaque nom est en majuscule, sauf pour les espèces, et que les noms de genre et d'espèce sont en italique. Les scientifiques se réfèrent généralement à un organisme uniquement par son genre et son espèce, qui est son nom scientifique en deux mots, ou nomenclature binomiale. Par conséquent, le nom scientifique du chien est Canis lupus. Le nom à chaque niveau est aussi un taxon. En d'autres termes, les chiens sont dans l'ordre des carnivores. Carnivora est le nom du taxon au niveau de l'ordre Canidae est le taxon au niveau de la famille, et ainsi de suite. Les organismes ont également un nom commun que les gens utilisent généralement, dans ce cas, chien. A noter que le chien est aussi une sous-espèce : le "familiaris" dans Canis lupus familiaris. Les sous-espèces sont des membres de la même espèce qui sont capables de s'accoupler et de reproduire une progéniture viable, mais ce sont des sous-espèces distinctes en raison d'un isolement géographique ou comportemental ou d'autres facteurs.

(Figure) montre comment les niveaux évoluent vers la spécificité avec d'autres organismes. Remarquez comment le chien partage un domaine avec la plus grande diversité d'organismes, y compris les plantes et les papillons. À chaque sous-niveau, les organismes deviennent plus semblables parce qu'ils sont plus étroitement liés. Historiquement, les scientifiques classaient les organismes à l'aide de caractéristiques, mais au fur et à mesure que la technologie de l'ADN se développait, ils ont déterminé des phylogénies plus précises.


A quels niveaux les chats et les chiens font-ils partie du même groupe ?

Visitez ce site Web pour classer trois organismes - l'ours, l'orchidée et le concombre de mer - d'un royaume à l'autre. Pour lancer le jeu, sous Classifying Life, cliquez sur l'image de l'ours ou sur le bouton Launch Interactive.

Des analyses génétiques récentes et d'autres avancées ont montré que certaines classifications phylogénétiques antérieures ne correspondent pas au passé évolutif. Par conséquent, les chercheurs doivent apporter des modifications et des mises à jour à mesure que de nouvelles découvertes se produisent. Rappelons que les arbres phylogénétiques sont des hypothèses et sont modifiés au fur et à mesure que les données deviennent disponibles. De plus, la classification s'est historiquement concentrée sur le regroupement d'organismes principalement en fonction de caractéristiques partagées et n'illustre pas nécessairement la manière dont les différents groupes sont liés les uns aux autres d'un point de vue évolutif. Par exemple, malgré le fait qu'un hippopotame ressemble plus à un cochon qu'à une baleine, l'hippopotame peut être le parent vivant le plus proche de la baleine.

Résumé de la section

Les scientifiques obtiennent continuellement de nouvelles informations qui aident à comprendre l'histoire évolutive de la vie sur Terre. Chaque groupe d'organismes a traversé son propre parcours évolutif, ou sa phylogénie. Chaque organisme partage des liens avec les autres et, sur la base de preuves morphologiques et génétiques, les scientifiques tentent de cartographier les voies évolutives de toute vie sur Terre. Historiquement, les scientifiques ont organisé les organismes dans un système de classification taxonomique. Cependant, aujourd'hui, de nombreux scientifiques construisent des arbres phylogénétiques pour illustrer les relations évolutives.

Connexions artistiques

(Figure) À quels niveaux les chats et les chiens sont-ils considérés comme faisant partie du même groupe ?

(Figure) Les chats et les chiens font partie du même groupe à cinq niveaux : tous deux appartiennent au domaine Eukarya, au royaume Animalia, au phylum Chordata, à la classe Mammalia et à l'ordre Carnivora.

Questions de révision

Qu'est-ce qui est utilisé pour déterminer la phylogénie?

Qu'accomplissent les scientifiques dans le domaine de la systématique ?

  1. découvrir de nouveaux sites fossiles
  2. organiser et classer les organismes
  3. nommer de nouvelles espèces
  4. communiquer entre biologistes de terrain

Quelle affirmation sur le système de classification taxonomique est correcte ?

  1. Il y a plus de domaines que de royaumes.
  2. Les royaumes sont la première catégorie de classification.
  3. Les classes sont des divisions d'ordres.
  4. Les sous-espèces constituent la catégorie de classification la plus spécifique.

Sur un arbre phylogénétique, quel terme désigne des lignées qui ont divergé d'un même endroit ?

Réponse libre

Quel est le rapport entre un arbre phylogénétique et le temps qui passe ?

L'arbre phylogénétique montre l'ordre dans lequel les événements évolutifs ont eu lieu et dans quel ordre certaines caractéristiques et organismes ont évolué par rapport à d'autres. Il n'est pas lié au temps.

Certains organismes qui semblent très étroitement liés sur un arbre phylogénétique peuvent en réalité ne pas être étroitement liés. Pourquoi est-ce?

Dans la plupart des cas, les organismes qui semblent étroitement liés le sont en réalité, cependant, il existe des cas où des organismes ont évolué par convergence et semblent étroitement liés mais ne le sont pas.

Énumérez les différents niveaux du système de classification taxonomique.

domaine, royaume, embranchement, classe, ordre, famille, genre, espèce

Glossaire


Voir la vidéo: Microbiologie Histoire 5 LES PREMIERES CELLULES VIVANTES et CLASSIFICATION DES ETRES VIVANTS (Mai 2022).