Informations

Cette plante de plus de 12 pieds est-elle un tournesol ou une berce du Caucase ?

Cette plante de plus de 12 pieds est-elle un tournesol ou une berce du Caucase ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'essaie de déterminer ce que c'est. La plante mesure bien plus de 12 pieds de haut, avait d'énormes feuilles et une tige très épaisse. Les gens près de chez moi disent que c'est une plante de tournesol géante, mais elle n'a pas fleuri ou montré des signes de fleurs. Mes amis savants en matière d'agriculture morale disent que c'est de la berce du Caucase, ce qui est très dangereux. Les pensées?

C'est la plante .

voici une autre photo .


La plante sur ta photo est un tournesol (Helianthus annuus). Les grandes feuilles en forme de cœur et la tige raide et velue sont très caractéristiques du tournesol comme on le voit dans votre plante. Ceux-ci forment une seule tête de fleur sur le dessus à maturité - environ 90 jours après la plantation. Ils atteignent généralement 10 pieds de hauteur, donc 12 pieds ne seraient pas inhabituels. Le plus grand spécimen enregistré mesurait apparemment 30 pieds de hauteur. Veuillez consulter les liens ci-dessous pour plus d'informations.

https://en.wikipedia.org/wiki/Helianthus_annuus#Cultivation_and_uses

https://homeguides.sfgate.com/time-year-sunflowers-bloom-67915.html

http://www.illinoiswildflowers.info/prairie/plantx/an_sunflowerx.htm


C'est certainement un tournesol. La berce du Caucase a de très grandes feuilles lobées et a un aspect plus érable ou chêne. La plupart des tournesols fleurissent à des moments différents. Pour la plupart des tournesols, la période de floraison est d'août à début octobre. Le pic est généralement en septembre. J'espère que cela t'aides.


L'ajout de tournesols à votre jardin est un moyen facile d'ajouter de la hauteur, de la texture et de la couleur à votre aménagement paysager. Ils sont un ajout joyeux qui complète la plupart des conceptions architecturales et paysagères. Ils peuvent embellir un patio terne, cacher une clôture laide ou ajouter de l'intimité à vos espaces de vie extérieurs. Mais saviez-vous qu'ils peuvent également être utilisés pour éliminer les radiations du sol dans les zones contaminées ?

Avant de découvrir comment faire pousser des tournesols, examinons 16 des avantages qu'ils offrent.

1. Vous pouvez planter des tournesols pour protéger votre jardin ou vos cultures en attirant les oiseaux avec leurs couleurs vives et leurs graines savoureuses.

2. Planter des tournesols pour fournir de l'ombre l'après-midi aux plantes alimentaires peut les aider à survivre à la chaleur des étés du sud de la Californie.

3. Les tournesols ajoutent de la hauteur à votre jardin et sont parfaits pour planter dans la rangée arrière des bordures.

4. La hauteur des tournesols peut vous aider à bloquer la vue des climatiseurs, des poubelles ou d'autres objets inesthétiques dans votre jardin.

5. Une rangée de tournesols peut augmenter l'intimité autour de vos espaces de vie extérieurs.

6. Les tournesols sont allélopathiques, ce qui signifie que les autres plantes ne poussent pas bien près d'eux. Cela en fait un bon choix pour limiter la croissance des mauvaises herbes.

7. Si vous aimez regarder les écureuils s'ébattre dans votre jardin, vous pouvez planter des tournesols pour les attirer.

8. Les tournesols attirent les pollinisateurs dans votre jardin, ce qui est bon pour vos autres plantes, en particulier celles qui produisent de la nourriture.

9. Les tournesols attirent les oiseaux dans votre jardin, ce qui est bon pour l'observation des oiseaux et pour la lutte antiparasitaire, car ils mangeront volontiers des insectes pendant leur visite.

10. Les tournesols ne sont pas considérés comme toxiques pour les humains, les chiens, les chats ou les chevaux.

11. Les tournesols fournissent des graines délicieuses et nutritives que vous et votre famille pouvez apprécier.

12. Vous pouvez également utiliser des graines de tournesol pour remplir vos mangeoires à oiseaux ou simplement permettre aux oiseaux de les manger directement sur la fleur.

13. Les tournesols sont utilisés pour la phytoremédiation, qui est un processus dans lequel les plantes sont utilisées pour éliminer les toxines, telles que les métaux lourds et les produits chimiques, des sols contaminés. Les contaminants du sol qui peuvent être éliminés par les tournesols comprennent le plomb, le cadmium, l'arsenic, le chrome et le zinc.

14. Les tournesols font de belles pièces maîtresses et des compositions florales, ils sont donc un ajout solide à un jardin de coupe.

15. Les systèmes racinaires qui aident les tournesols à tenir debout ajoutent de la matière organique au sol à mesure qu'ils meurent et améliorent la structure du sol pour une meilleure rétention d'eau.

16. Les feuilles de tournesol peuvent être utilisées comme aliment pour le bétail.

Remarque : si vous plantez des tournesols pour aider à éliminer les toxines du sol que vous savez contaminé, ne mettez pas les fleurs, les feuilles ou les tiges mortes dans votre bac à compost ou votre poubelle municipale. De plus, ne donnez pas les graines, les feuilles ou toute autre partie de la plante aux oiseaux ou au bétail.


Tournesol

1 Départements d'agronomie et de génétique végétale, d'entomologie et de pathologie végétale, Université du Minnesota, St. Paul, MN 55108.
2 Départements d'agronomie et des sciences du sol, Collège des sciences de l'agriculture et de la vie et Service de vulgarisation coopérative, Université du Wisconsin-Madison, Wl 53706. Novembre 1990.

I. Histoire :

Le tournesol (Helianthus annuus L.) est l'une des rares espèces cultivées originaires d'Amérique du Nord (la plupart sont originaires du croissant fertile, d'Asie ou d'Amérique du Sud ou centrale). C'était probablement un "suiveur de camp" de plusieurs tribus amérindiennes de l'ouest qui ont domestiqué la récolte (peut-être 1000 avant JC) et l'ont ensuite transportée vers l'est et le sud de l'Amérique du Nord. Les premiers Européens ont observé le tournesol cultivé dans de nombreux endroits du sud du Canada au Mexique.

Le tournesol a probablement été introduit pour la première fois en Europe par l'Espagne et s'est répandu à travers l'Europe en tant que curiosité jusqu'à ce qu'il atteigne la Russie où il s'est facilement adapté. La sélection pour une teneur élevée en huile en Russie a commencé en 1860 et était en grande partie responsable de l'augmentation de la teneur en huile de 28 % à près de 50 %. Les lignées riches en huile de Russie ont été réintroduites aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, ce qui a ravivé l'intérêt pour la culture. Cependant, c'est la découverte du système génétique mâle-stérile et restaurateur qui a rendu les hybrides réalisables et accru l'intérêt commercial pour la culture. La production de tournesols a par la suite augmenté de façon spectaculaire dans les États des Grandes Plaines, les commerçants ayant trouvé de nouvelles niches pour les graines en tant que culture oléagineuse, oléagineuse et en tant que collation humaine. La production dans ces régions dans les années 1980 a diminué principalement à cause des prix bas, mais aussi à cause des problèmes de maladies, d'insectes et d'oiseaux. La superficie de tournesol se déplace maintenant vers l'ouest dans des régions plus sèches, cependant, 85 % des graines de tournesol nord-américaines sont toujours produites dans le Dakota du Nord, le Dakota du Sud et le Minnesota.

II. Les usages:

A. Huile comestible :

Les variétés de tournesol disponibles dans le commerce contiennent de 39 à 49% d'huile dans la graine. En 1985-86, les graines de tournesol étaient la troisième source d'huile végétale dans le monde, après le soja et le palmier. La croissance du tournesol en tant que culture oléagineuse a rivalisé avec celle du soja, les deux ayant multiplié par 6 la production depuis les années 1930. Le tournesol représente environ 14 % de la production mondiale d'huiles de graines (6,9 millions de tonnes métriques en 1985-86) et environ 7 % des tourteaux et tourteaux produits à partir d'oléagineux. L'Europe et l'URSS produisent plus de 60 % des tournesols mondiaux.

L'huile représente 80 % de la valeur de la récolte de tournesol, contrairement au soja qui tire l'essentiel de sa valeur de la farine. L'huile de tournesol est généralement considérée comme une huile de qualité supérieure en raison de sa couleur claire, de son niveau élevé d'acides gras insaturés et de son manque d'acide linolénique, de sa saveur fade et de ses points de fumée élevés. Les principaux acides gras de l'huile sont oléiques et linoléiques (généralement 90 % d'acides gras insaturés), le reste étant constitué d'acides gras saturés palmitiques et stéariques. L'utilisation principale est comme salade et huile de cuisson ou dans la margarine. Aux États-Unis, les huiles de tournesol représentent 8 % ou moins de ces marchés, mais dans de nombreux pays producteurs de tournesol, le tournesol est l'huile préférée et la plus couramment utilisée.

L'huile de tournesol à haute teneur en acide oléique (plus de 80% d'acide oléique) a été développée commercialement en 1985 et a une stabilité à l'oxydation plus élevée que l'huile conventionnelle. Il a élargi l'application des huiles de tournesol à des fins de friture, tend à augmenter la durée de conservation des collations et pourrait être utilisé comme ingrédient de préparations pour nourrissons nécessitant une stabilité.

B. Repas :

Le tourteau de tournesol non décortiqué ou partiellement décortiqué a été remplacé avec succès par le tourteau de soja dans les régimes alimentaires iso-azotés (à protéines égales) pour les ruminants, ainsi que pour l'alimentation des porcs et des volailles. La farine de tournesol est plus riche en fibres, a une valeur énergétique plus faible et est plus faible en lysine mais plus élevée en méthionine que la farine de soja. Le pourcentage de protéines du tourteau de tournesol varie de 28 % pour les graines non décortiquées à 42 % pour les graines entièrement décortiquées. La couleur de la farine varie du gris au noir, selon les procédés d'extraction et le degré de décorticage.

C. Applications industrielles :

Le prix de l'huile de tournesol interdit généralement son utilisation généralisée dans l'industrie, mais plusieurs applications ont été explorées. Il a été utilisé dans certaines peintures, vernis et plastiques en raison de ses bonnes propriétés de semi-séchage sans modification de couleur associées aux huiles riches en acide linolénique. En Europe de l'Est et en URSS, où l'huile de tournesol est abondante, l'huile de tournesol est couramment utilisée dans la fabrication de savons et de détergents. L'utilisation de l'huile de tournesol (et d'autres huiles végétales) comme vecteur de pesticides et dans la production de produits agrochimiques, de tensioactifs, d'adhésifs, de plastiques, d'assouplissants textiles, de lubrifiants et de revêtements a été explorée. L'utilité de ces applications dépend généralement des prix des matières premières pétrochimiques.

L'huile de tournesol contient 93 % de l'énergie du carburant diesel américain numéro 2 (indice d'octane de 37), et des travaux considérables ont été réalisés pour explorer le potentiel du tournesol comme source de carburant alternative dans les moteurs diesel. Les mélanges d'huile de tournesol et de carburant diesel devraient avoir un plus grand potentiel que la combustion d'huile végétale pure.

D. Non oléagineux :

L'utilisation de graines de tournesol pour l'alimentation des oiseaux ou dans l'alimentation humaine en tant que collation n'a cessé de croître au cours des 15 dernières années. Les variétés utilisées à des fins non oléagineuses se caractérisent par une plus grande taille de graine et nécessitent des pratiques de gestion légèrement différentes. Pendant le traitement, les graines sont divisées en 1) grosses graines pour la torréfaction en coque, 2) moyennes pour le décorticage et 3) petites pour les graines pour oiseaux. Les normes pour différentes utilisations varient.

E. Fourrage :

Le tournesol peut également être utilisé comme culture d'ensilage. Il peut être utilisé comme double culture après une récolte précoce de petits grains ou de légumes, comme culture d'urgence ou dans des zones où la saison est trop courte pour produire du maïs mûr pour l'ensilage.

Les rendements fourragers du tournesol sont généralement inférieurs à ceux du maïs lorsqu'une saison de croissance complète est disponible. Dans une étude, les rendements en matière sèche du tournesol variaient de 2,0 à 3,0 tonnes/acre contre 3,1 à 3,8 tonnes/acre pour le maïs. Le taux d'humidité du tournesol à maturité est généralement élevé (80 à 90 %) et nécessiterait un flétrissement avant l'ensilage.

La qualité nutritionnelle de l'ensilage de tournesol est souvent supérieure à celle du maïs mais inférieure à celle du foin de luzerne (tableau 1). Le niveau de protéines brutes de l'ensilage de tournesol est similaire à celui du foin d'herbe et supérieur à celui de l'ensilage de maïs. Généralement, la protéine brute du tournesol diminue et le pourcentage de lignine augmente après la floraison. Des populations végétales élevées augmentent le pourcentage de fibres et de lignine. La taille des graines ne semble pas affecter le rendement ou la qualité.

Tableau 1 : Qualité nutritionnelle de l'ensilage de tournesol, de maïs immature et de maïs mûr, du foin de luzerne (récolté au début de la floraison) et de la fléole des prés (récolté à la fin du stade végétatif). 1

Nutriments digestibles totaux

1 Données de Miller, Oplinger et Collins, 1986.
2 Disparition de la matière sèche in vitro.

L'ensilage de tournesol contient considérablement plus de graisse que de nombreux autres fourrages (tableau 1). Certains producteurs et chercheurs de l'Oregon ont expérimenté des cultures intercalaires tournesol/maïs pour augmenter le contenu énergétique d'un ensilage, mais les résultats de ces travaux ne sont pas encore terminés. Dans les essais du Dakota du Sud, les rendements laitiers ont été réduits de 9 % lorsque l'ensilage de tournesol pur était comparé au maïs. La qualité nutritionnelle de l'ensilage de tournesol est généralement reconnue comme adéquate pour les vaches taries, les bouvillons et les faibles producteurs de lait.

III. Habitude de croissance :

Le tournesol est une plante annuelle à feuilles larges dressées avec une forte racine pivotante et une extension latérale prolifique des racines de surface. Les tiges sont généralement rondes au début de la saison, anguleuses et ligneuses plus tard dans la saison et normalement non ramifiées.

Les feuilles de tournesol sont phototropes et suivront les rayons du soleil avec un décalage de 120 derrière l'azimut du soleil. Il a été démontré que cette propriété augmente l'interception de la lumière et peut-être la photosynthèse.

La tête de tournesol n'est pas une seule fleur (comme son nom l'indique) mais est composée de 1 000 à 2 000 fleurs individuelles réunies dans un réceptacle commun. Les fleurs autour de la circonférence sont des fleurs ligulées sans étamines ni pistils les fleurs restantes sont des fleurs parfaites (avec étamines et pistils). L'anthèse (excrétion du pollen) commence à la périphérie et se poursuit vers le centre de la tête. Étant donné que de nombreuses variétés de tournesol ont un certain degré d'auto-incompatibilité, le mouvement du pollen entre les plantes par les insectes est important et les colonies d'abeilles ont généralement augmenté les rendements.

Dans les régions tempérées, le tournesol nécessite environ 11 jours de la plantation à la levée, 33 jours de la levée à la tête visible, 27 jours de la tête visible à la première anthère, 8 jours de la première à la dernière anthère et 30 jours de la dernière anthère à la maturité. Les différences de maturité des cultivars sont généralement associées à des changements dans la période végétative avant que l'épi ne soit visible.

IV. Exigences environnementales :

A. Climat :

Le tournesol est cultivé dans de nombreuses régions semi-arides du monde, de l'Argentine au Canada et de l'Afrique centrale à l'Union soviétique. Il tolère à la fois les basses et les hautes températures, mais plus tolérant aux basses températures. Les graines de tournesol germeront à 39 ° 0176F, mais des températures d'au moins 46 à 50 ° F sont nécessaires pour une germination satisfaisante. Les graines ne sont pas affectées par la vernalisation (froid) dans les premiers stades de germination. Les semis au stade cotylédon ont survécu à des températures allant jusqu'à 23 & 0176F. À des stades ultérieurs, le gel peut endommager la culture. Des températures inférieures à 28 & 0176F sont nécessaires pour tuer les plants de tournesol en pleine maturité.

Les températures optimales pour la croissance sont de 70 à 78 °F, mais une plage de températures plus large (64 à 91 °F) a peu d'effet sur la productivité. Il a été démontré que des températures extrêmement élevées réduisent le pourcentage d'huile, le remplissage des graines et la germination.

Le tournesol est souvent classé comme insensible à la longueur du jour, et la photopériode semble être sans importance dans le choix d'une date de plantation ou d'une zone de production dans les régions tempérées d'Amérique du Nord. Le pétrole des régions nordiques a tendance à être plus riche en acide linoléique et a un rapport plus élevé d'acides gras polyinsaturés et saturés que le pétrole produit dans les latitudes méridionales.

Le tournesol est un utilisateur inefficace de l'eau, tel que mesuré par la quantité d'eau transpirée par gramme de matière sèche aérienne de la plante. Les niveaux étaient de 577 (g H 2 O/g MS) pour le tournesol, 349 pour le maïs et 304 pour le sorgho dans une étude d'Akron, Colorado. Il est similaire au blé, au soja, au féverole, à l'avoine et au colza à cet égard. L'efficacité est mesurée à un niveau d'humidité optimal et n'est pas une mesure de la résistance à la sécheresse.

Le tournesol n'est pas considéré comme très tolérant à la sécheresse, mais produit souvent des résultats satisfaisants lorsque d'autres cultures sont endommagées pendant la sécheresse. Sa racine pivotante largement ramifiée, pénétrant jusqu'à 6,5 pieds, aide la plante pendant le stress hydrique. Un moment critique pour le stress hydrique est la période 20 jours avant et 20 jours après la floraison. Si un stress est probable pendant cette période, l'irrigation augmentera le rendement, le pourcentage d'huile et le poids spécifique, mais diminuera le pourcentage de protéines.

B. Sol :

Le tournesol poussera dans un large éventail de types de sols, des sables aux argiles. Les exigences d'une culture de tournesol en macronutriments du sol ne sont pas aussi importantes que celles du maïs, du blé ou de la pomme de terre. Comme pour les autres cultures céréalières non légumineuses, l'azote est généralement le premier facteur limitant du rendement. Des niveaux moyens à élevés de macronutriments sont généralement nécessaires pour une bonne croissance des plantes. La tige de tournesol contient une grande proportion de ces éléments, ce qui signifie que le tournesol est relativement inefficace dans l'utilisation de ces éléments. Cependant, la plupart de ces nutriments sont retournés au sol avec la tige.

Le tournesol a une faible tolérance au sel, mais est un peu meilleur que le féverole ou le soja à cet égard. Le maïs, le blé, le seigle et le sorgho sont jugés moyens, et la betterave sucrière et l'orge ont une tolérance élevée au sel.

Un bon drainage du sol est nécessaire pour la production de tournesol, mais cette culture ne diffère pas considérablement des autres grandes cultures en termes de tolérance aux inondations.

V. Pratiques culturelles :

A. Préparation du lit de semence :

De nombreux systèmes de travail du sol différents peuvent être utilisés efficacement pour la production de tournesol. Les systèmes conventionnels de préparation du lit de semence consistent en un labour à versoir ou un labour au ciseau pour retourner les résidus et plusieurs opérations secondaires sur le terrain. Il a été démontré que les systèmes conventionnels augmentent la disponibilité et améliorent la distribution du potassium et de l'azote et augmentent les températures de la zone de semence. Cependant, le risque d'érosion et le coût des différentes opérations de labour ont conduit à un plus grand intérêt pour les systèmes de labour minimum ou de crête.

Il a été démontré que le pourcentage de germination et la verse augmentent dans les systèmes de labour sur billons par rapport aux plantations en niveau. Plusieurs systèmes de travail du sol ont été utilisés avec un certain succès dans des environnements spécifiques. Les principales considérations sont : 1) le placement ferme des graines près d'un sol humide, 2) l'absence de végétation verte pendant la levée, 3) le maintien d'une option de culture et 4) la réduction du risque d'érosion du sol.

B. Date de semis :

Le tournesol peut être planté à un large éventail de dates, car la plupart des cultivars ont une maturité plus précoce que la durée de la saison de croissance dans la plupart des régions. Dans les régions du monde sans hiver, le tournesol a été planté à n'importe quel mois de l'année pour obtenir des rendements satisfaisants. Dans les régions du nord, les rendements et les pourcentages d'huile les plus élevés sont obtenus en semant tôt - dès que possible après les petites céréales semées au printemps. Dans le nord du Midwest et au Canada, c'est souvent du 1er au 20 mai et de la mi-mars au début avril dans le sud des États-Unis. La résistance aux dommages causés par le gel diminue à mesure que les plantules atteignent le stade 6 feuilles, donc des semis trop précoces dans le nord des États-Unis ou du Canada peuvent être risqués.

Une date de plantation plus tardive a tendance à augmenter la proportion d'acide linoléique dans le tournesol, en particulier dans les régions méridionales. Les dommages causés aux têtes de tournesol par les larves d'insectes peuvent être accrus par une plantation précoce. Le poids spécifique a tendance à diminuer avec les semis tardifs. Une date de plantation du début à la mi-mai est recommandée dans le Minnesota et le Wisconsin.

C. Méthode et taux de semis :

Une profondeur de plantation de 1 à 3,5 pouces permet aux graines de tournesol d'atteindre l'humidité disponible et donne des peuplements satisfaisants. Des plantations plus profondes ont entraîné une réduction des peuplements et des rendements. Si un encroûtement ou un tassement du sol est prévu, avec des loams limoneux ou des sols argileux, une profondeur de plantation plus faible est recommandée.

L'espacement des rangs des tournesols est le plus souvent déterminé par les machines disponibles, qui peuvent être de 30 ou 36 pouces pour les producteurs de maïs, de soja ou de sorgho, ou des rangs plus étroits pour les producteurs de betteraves sucrières. Dans les essais du Minnesota, le rendement en tournesol, le pourcentage d'huile, le poids des graines, le poids spécifique, la hauteur et la date de floraison ne différaient pas entre les rangs étroits et les rangs larges sur cinq populations de plantes. Par conséquent, les espacements des rangées peuvent être choisis pour s'adapter à l'équipement disponible. Les espacements de rangs de 30 pouces sont les plus courants. Il existe des preuves que les variétés semi-naines précoces peuvent mieux performer dans les rangs plus étroits à des populations élevées.

Les peuplements de tournesol ont la capacité de produire le même rendement sur une large gamme de densités de plantes (tableau 2). Les plantes ajustent le diamètre de la tête, le nombre de graines par plante, la taille des graines, aux populations inférieures ou supérieures, de sorte que le rendement est relativement constant sur une large gamme de populations de plantes. Des essais dans l'est du Dakota du Nord montrent des augmentations de rendement avec des densités allant jusqu'à 29 000 plants/acre, mais la plupart des études ont montré un effet moindre du taux de semis. Des densités plus élevées sont souvent recommandées pour les zones irriguées ou à fortes précipitations.

Tableau 2 : Effet de la population végétale sur le rendement et les composantes du rendement - moyenne de 12 essais au Minnesota

l Cultivars non oléagineux maintenus sur un tamis à trous ronds de 0,8 cm
2 1 = dressé, 9 = prosterné.

La population végétale a un effet important sur la taille des graines, la taille de la tête et le pourcentage d'huile. Une population moyenne à élevée produit un pourcentage d'huile plus élevé que les populations faibles, et les têtes plus petites sèchent plus rapidement lorsque les populations de plantes sont plus élevées.

Une population végétale plus faible est essentielle pour maximiser la taille des graines pour une utilisation sans oléagineux. Les recommandations actuelles au Minnesota et au Wisconsin sont de 17 000 plants/acre (4 lb de graines/acre) pour les graines non oléagineuses et de 23 000 plants/acre (3 lb de graines/acre) pour les graines oléagineuses.

Certains ont suggéré que l'orientation nord-sud des rangs produisait des rendements plus élevés que les rangs est-ouest, mais des études visant à examiner cet effet n'ont trouvé aucune différence de rendement.

D. Fertilité et exigences en chaux :

La recherche a montré que le tournesol réagit à N, P et K. L'azote est généralement le facteur limitant le plus courant pour le rendement. L'engrais azoté a tendance à réduire le pourcentage d'huile de la graine, à modifier l'équilibre des acides aminés et à augmenter la surface foliaire de la plante. Des augmentations de rendement des taux d'engrais N jusqu'à 175 lb/acre ont été observées, mais des taux considérablement inférieurs à ceux-ci sont généralement recommandés. Les recommandations d'azote dans les régions sèches peuvent être faites à partir d'estimations d'azote nitrique dans le sol, mais dans les régions plus humides, cela n'est pas faisable. Dans les régions plus humides de l'est et du sud du Minnesota et du Wisconsin, les recommandations sont basées sur la matière organique du sol et l'historique des cultures précédentes. Des recommandations d'environ 18 lb N/acre après jachère ou gazon de légumineuses, 60 lb N/acre après petit grain ou soja et 80 à 100 lb N/acre après maïs ou betterave à sucre sont courantes. Sur les sols plus riches en matière organique, les quantités doivent être abaissées. L'azote peut être fourni à partir de sources minérales ou non minérales (fumiers, légumineuses, compost). Le placement en rangs de P et K peut être important chez le tournesol pour maximiser l'efficacité de l'utilisation des engrais, comme c'est le cas pour de nombreuses espèces.

Plus d'augmentations de rendement sont signalées à la suite d'applications de P que de K en Europe et en Amérique du Nord. Les recommandations pour les applications de P et K doivent être faites à partir d'analyses de sol et de l'objectif de rendement pour chaque champ. Les recommandations vont de 40 à 70 lb de P 2 O 5 et de -60 à 140 lb de K 2 O /acre pour les sols testés à très faible teneur en P ou K, selon le potentiel de rendement du sol. Ces recommandations diminuent à mesure que P et/ou K des tests de sol augmentent. La réponse au P n'est pas attendue si le P du sol dépasse 30 lb/acre ni au K si le test K est supérieur à 300 lb/acre.

Le tournesol n'est pas très sensible au pH du sol. La culture est cultivée commercialement sur des sols dont le pH est compris entre 5,7 et plus de 8. L'optimum dépend d'autres propriétés du sol, aucun pH n'est considéré comme optimal pour toutes les conditions du sol. La plage de 6,0 à 7,2 peut être optimale pour de nombreux sols.

E. Sélection de la variété :

Le développement d'un système cytoplasmique mâle stérile et restaurateur pour le tournesol a permis aux semenciers de produire des semences hybrides de haute qualité. La plupart de ces variétés à pollinisation libre ont un rendement supérieur et ont un pourcentage d'huile plus élevé. Les performances des variétés testées sur plusieurs environnements constituent la meilleure base de sélection des hybrides de tournesol. Le choix doit tenir compte du rendement, du pourcentage d'huile, de la maturité, de la taille des graines (pour les marchés non oléagineux) et de la résistance à la verse et aux maladies. Les résultats des performances de l'Upper Midwest sont généralement disponibles chaque année auprès de l'Université d'État du Dakota du Nord, de l'Université du Minnesota et de l'Université d'État du Dakota du Sud.

F. Désherbage :

En tant que culture, les rendements du tournesol sont réduits, mais rarement éliminés par les mauvaises herbes qui rivalisent avec le tournesol pour l'humidité et les nutriments et parfois pour la lumière. Le tournesol est un concurrent sérieux des mauvaises herbes, en particulier pour la lumière, mais ne couvre pas le sol assez tôt pour empêcher l'établissement des mauvaises herbes. Par conséquent, le désherbage en début de saison est essentiel pour de bons rendements. Les mauvaises herbes annuelles ont été le principal objectif de la recherche sur le contrôle des mauvaises herbes. Les mauvaises herbes vivaces peuvent également présenter des problèmes mais ne sont généralement pas spécifiques au tournesol.

Un contrôle réussi des mauvaises herbes devrait inclure une combinaison de méthodes culturales et chimiques. Presque toutes les plantations de tournesol nord-américaines sont cultivées et/ou hersées pour lutter contre les mauvaises herbes, et plus des 2/3 sont traitées avec des herbicides. La culture en postlevée avec une herse à ressorts hélicoïdaux, une herse à pointes ou une houe rotative est possible avec aussi peu que 5 à 7 % de perte de peuplement lorsque les tournesols sont au stade de quatre à six feuilles (au-delà du cotylédon), de préférence les après-midi secs lorsque les plantes sont moins turgescentes . Une ou deux cultures entre les rangées sont courantes après que les plantes aient atteint au moins 6 pouces de hauteur.

Plusieurs herbicides sont actuellement approuvés pour le contrôle des mauvaises herbes dans le tournesol. Des informations sur le désherbage chimique du tournesol sont disponibles dans la plupart des bureaux de vulgarisation du comté.

G. Maladies :

Les maladies les plus graves du tournesol sont causées par des champignons. Les principales maladies sont la rouille, le mildiou, la flétrissure verticillienne, la pourriture sclérotique de la tige et de la tête, le phoma noir de la tige et la tache foliaire. Les symptômes de ces maladies sont présentés dans le tableau 3. La gravité de ces effets de la maladie sur le rendement total des cultures peut être classée : 1) sclérotinia, 2) verticillium, 3) rouille (récemment plus grave), 4) phoma et 5) duveteux moisissure. La résistance à la rouille, au mildiou et à la flétrissure verticillienne a été intégrée au germoplasme amélioré du tournesol.

Tableau 3 : Principales maladies et symptômes du tournesol.

Mildiou
Plasmopara halstedi

Champignon cotonneux sous les feuilles. Nain, décoloration contrastée du jaune-vert et du vert. Noircissement et parfois gonflement à la base de la tige. La maladie est plus grave lorsque la pluie tombe avant et après la levée.

Oïdium
Erysiphe cichoracearum

Champignon cotonneux sur les feuilles vertes à la fin de l'été - pas très dommageable.

Tache des feuilles
Septoria helianthi

Taches mortes sur les feuilles des fleurs avant de partir. N'a pas causé de perte appréciable.

La flétrissure verticillienne
Sclerotinia sclerotiorum

Avant épiaison, zones mortes le long des nervures des feuilles, bordées de marges jaune-vert clair. Tissu vasculaire pourri dans la coupe transversale de la tige.

Pustules de couleur rouille sur les feuilles, ces dernières taches noires sur les tiges.

Pourriture sclérotique de la tête et de la tige
Verticillium dahliae

Flétrissement peu après la floraison. Bande beige clair autour de la tige au niveau du sol. Sclérotes gris-noir (taille de la graine) dans les têtes et les tiges pourries. Graines et viandes décolorées.

Tige noire Phoma
Phoma macdonaldii

Grosses taches de couleur chocolat sur les tiges à maturité.

H. Insectes, pollinisateurs et oiseaux :

Les abeilles sont bénéfiques pour le rendement du tournesol car elles transportent le pollen d'une plante à l'autre, ce qui entraîne une pollinisation croisée. Certaines variétés de tournesol ne produiront pas les rendements les plus élevés à moins que des pollinisateurs ne soient présents. Toutes les variétés produiront des graines stériles (sans viande), mais les variétés diffèrent par leur degré de dépendance vis-à-vis des insectes pollinisateurs. Les hybrides de tournesol autogames ne nécessitent pas d'abeilles pour un rendement maximal et donneront le même rendement lorsqu'ils sont recouverts de sacs que non couverts. Chez les variétés de tournesol non autogames, le développement du péricarpe (taureau) est normal mais aucun ovule ou chair ne se développe. Le vent est relativement peu important dans la pollinisation croisée du tournesol. Certaines des variétés plus anciennes à pollinisation libre telles que Peredovick ne produisent que 15 à 20 % de graines sans pollinisateurs, alors que de nombreux hybrides produisent 85 à 100 % de graines sans pollinisateurs.

Les insectes nuisibles sont devenus des facteurs potentiels majeurs de réduction du rendement dans la production de tournesol dans le nord du Midwest (tableau 4). Les insectes spécifiques au tournesol qui se nourrissent des têtes comprennent les larves de la teigne du tournesol à trois papillons, la teigne du tournesol en bandes et la teigne des bourgeons du tournesol. La cécidomyie du tournesol a causé des dégâts considérables certaines années. Le charançon du tournesol, la chrysomèle du tournesol, la mouche du tournesol, le ver fil-de-fer, la sauterelle, le ver-gris, la pyrale de la betterave à sucre, la punaise de l'ambroisie, l'ours laineux et la chenille peinte ont causé des dommages occasionnels au tournesol. Les adultes d'insectes ravageurs d'autres cultures (tels que la chrysomèle des racines du maïs et le chrysomèle du maïs) peuvent se nourrir de pollen sur les têtes de tournesol, mais causent généralement peu de dommages.

Tableau 4 : Insectes communs dans le tournesol

Papillon de tournesol
Homoeosoma electellum

Les œufs sont pondus à la floraison et éclosent en 1 semaine. La larve a des bandes sombres sur toute la longueur du corps. Se nourrit de parties florales, de tunnels dans les graines.

Papillon de tournesol bagué
Cochylis hospes

Le papillon a une zone brune au milieu de l'aile (0,5 po). Les larves ne sont pas rayées de noir, elles sont plus petites que la teigne de la tête. Fait un petit trou au sommet des graines, se nourrit de viande.

La teigne des bourgeons de tournesol
Suleima helianthana

Papillon gris foncé. Larves de 0,5 à 1 po de longueur. Se nourrit de la jeune tige et de la tête. Des têtes sans tête ou endommagées ou un grand trou sur la tige près d'un pétiole de feuille sont des symptômes.

Cécidomyie du tournesol
Contarinia schulzi

Petit moucheron (0,1 po) avec de minuscules larves de couleur crème (0,1 po) pondues lorsque la tête mesure 1" de diamètre. Des taches brunes à la base des fleurons individuels ou l'absence de fleurs en rayons, la tête bombée est un symptôme.

Charançon du tournesol
Haplorynchites aeneus

Le charançon noir, d'environ 0,25 po de long, fait chuter la tête.

Coléoptère du tournesol
Zygogramma exclamationis

L'adulte mesure 0,25 po de long avec des bandes jaunes sur les ailes. Les larves jaunes à bosse causent de vastes zones de défoliation.

Mouche du tournesol
Strauzia longipennis

Adulte une mouche jaune avec des marques sombres sur les ailes, plus petite que la mouche domestique. Les asticots s'enfouissent dans la tige.

Charançon rouge du tournesol
Smicronyx fulvus

Adulte d'environ 1/8 po de long, de couleur rouille et trouvé dans la tête. La femelle adulte perce un trou d'œuf dans la graine en développement et y dépose un œuf. Larves à l'intérieur de la graine blanches sans pattes avec capsule céphalique foncée.

Charançon gris du tournesol
Smicronyx sordidus

L'adulte d'environ 1/8 po de long, de couleur grise, a un comportement similaire au charançon rouge des graines de tournesol.

Charançon de la tige du tournesol
Cylindrocpturus adspersus

Un robuste coléoptère tacheté de brun et de blanc que l'on trouve sur la tige et à l'aisselle des feuilles. Il mesure environ 1/4 po de long. Perce un trou d'œuf dans la tige dans lequel il pond son œuf. La larve, une larve blanche sans pattes, s'enfouit dans la moelle de la tige. Beaucoup plus abondant dans les sites et les années secs.

La résistance aux insectes des graines peut être améliorée par la présence d'une couche "d'armure" de couleur foncée dans le tégument. Une résistance au moucheron a été suggérée mais n'est actuellement pas efficace. Seuls les insecticides actuellement approuvés doivent être utilisés pour lutter contre les insectes.

Les oiseaux peuvent être les principaux ravageurs des tournesols. Les merles, les chardonnerets, les colombes, les gros-becs et les moineaux sont particulièrement importants. De nombreuses approches pour perturber l'alimentation ont été essayées, y compris les épouvantails, les chouettes effrayantes, les bandes d'aluminium qui flottent au vent et les exploseurs au carbure. Aucune technique n'est efficace à 100 %, car les oiseaux s'adapteront à bon nombre de ces techniques. Cependant, dans de nombreux environnements, certaines tentatives sont souhaitées. Actuellement, aucun produit chimique n'est approuvé pour le contrôle des oiseaux dans le tournesol.

I. Récolte :

Les tournesols sont généralement mûrs bien avant d'être suffisamment secs pour être combinés. La maturité des graines se produit lorsque le dos des têtes est jaune, mais la tête charnue du tournesol met beaucoup de temps à sécher. Souvent, il n'y a que quelques bons jours de moissonnage en octobre lorsque la graine est suffisamment sèche pour être stockée. Les graines doivent avoir moins de 12% d'humidité pour un stockage temporaire et moins de 10% pour un stockage à long terme. Les graines jusqu'à 15 % d'humidité sont satisfaisantes pour un stockage temporaire par temps de gel, mais la détérioration est probable après quelques jours de temps chaud.

Les têtes de tournesol disponibles dans le commerce sont utiles pour réduire la perte de graines car la culture est combinée directement. Cet équipement comprend généralement des bacs métalliques de 9 à 36 pouces de largeur pour attraper les graines mûres et un moulinet à trois bras ou similaire. Une largeur de bac plus étroite (9 po) permet de récolter en diagonale par rapport au rang, ce qui produit moins de pertes de récolte dans certaines situations.

L'andainage s'est avéré efficace, mais ne serait probablement pas économique, étant donné le coût supplémentaire des modifications de l'andaineur et du ramassage.

VII. Économie de la production et des marchés :

The cost of production and return over variable costs for sunflower is similar to that for small grains. The culture of sunflower and growing season requirements makes them a good niche in cropping systems where small grains are the predominant crops. Markets are generally available in most areas where sunflower has been traditionally grown. However, if a grower considers sunflower as an alternative crop, marketing opportunities should be pursued prior to making the decision to grow sunflower, particularly for non-oilseed varieties.


Amaranth (Amaranthus spp.)

Several species within the Amaranthus genus are commonly known as amaranth or love lies bleeding. An excellent tall flower species is A. caudatus, which can grow to 3 to 5 feet with long panicles of dangling blooms. Another tall species is A. hypochondriacus, which grows to around 4 feet with flowers held in upright panicles in shades of red, purple, gold, and green. All the amaranths are easy to grow from seed. However, they are susceptible to many common garden pests.

  • USDA Growing Zones: 2 to 11 (annual)
  • Color Variations: Red, pink, purple, yellow, orange, green
  • Exposition au soleil: Full sun to part shade
  • Soil Needs: Average, moist, well-drained

Stage 2. Germination.

2 to 10 days

After the seed has been planted germination starts to happen.

This is the first stage of the seeds awakened life. Underneath the soil, out of sight, the wispy roots reach out and a developing shoot pushes its way to the surface of the soil, looking for sunlight. When this shoot appears we know we’re on our way to growing a sunflower.

happy and healthy seedlings


Growing Sunflowers

With bright blooms that go from mid-summer to early fall, sunflowers say “summer” like no other plant. Plus, 2021 has been designated the “Year of the Sunflower”! What better way to celebrate than growing some yourself? Our Sunflower Growing Guide covers everything from planting to cutting flowers to harvesting seeds.

About Sunflowers

The sunflower (Helianthus annuus) is an annual plant with a large daisy-like flower face. Its scientific name comes from the Greek words helios (“sun”) and anthos (“flower”). The flowers come in many colors (yellow, red, orange, maroon, brown), but they are commonly bright yellow with brown centers that ripen into heavy heads filled with seeds.

Sunflowers are heliotropic, which means that they turn their flowers to follow the movement of the Sun across the sky east to west, and then returns at night to face the east, ready again for the morning sun. Heliotropism happens during the earlier stages before the flower grows heavy with seeds.

There are tons of varieties of sunflowers available today, so there’s bound to be one that fits your garden. Choose between those with branching stems or single stems, those that produce ample pollen for pollinators or are pollen-free (best for bouquets), those that stay small or tower above the rest of the garden, or those that produce edible seeds!

2021: Year of the Sunflower

The National Garden Bureau has designated 2021 the Year of the Sunflower! It’s hard to not love these lovely flowers. Very few plants are as heat-tolerant, resistant to pests, and simply beautiful. Sunflowers make excellent cut flowers and many are attractive to bees and birds, too.

At the end of the season, it’s easy to harvest sunflower seeds for a tasty snack or for replanting (see instructions below). Learn more about why you should start growing these happy flowers in your garden.

Here and yonder, high and low,
Goldenrod and sunflowers glow.

–Robert Kelley Weeks (1840–76)

How Long Do Sunflowers Take to Bloom?

A fairly fast-growing flower for their size, most sunflower varieties mature in only 80 to 95 days. The largest sunflower varieties grow to over 16 feet in height, while smaller varieties have been developed for small spaces and containers and rarely grow larger than a foot tall! The flower heads can reach over 12 inches in diameter within the large seeded varieties.


Problems

None (4) Not as early as ‘ProCut Orange’ Had a few heads that didn’t open evenly, cause unknown Blooms coincided with our annual influx of corn rootworm beetle, even without pollen, the beetles chewed petals if we did not harvest early (just as they opened) and often ‘Sunrich Orange’ is “softer” and better looking Too short too cut, small flowers, did not cut – Our May flood was too much for this new sunflower, planted 8 to 10 varieties (Sun series and Procut series), they grew (same conditions, shorter than usual, but cuttable 24 to 30 inches) Early fungal disease, petals not open always completely Hard to keep up with insects on sunflowers this year, had problems with head cutter weevils Had a lot of leaves on the head, which I didn’t particularly like Seemed to stretch more than ‘Sunbright Supremes’ when growing transplants.


Why Lemon Queen Sunflowers?

Many sunflowers planted in home gardens are hybrid sunflowers that are bred to be pollen-less. They do provide nectar to visiting bees, but the pollen necessary for raising brood is absent. This is appealing for those who plant sunflowers as part of their flower cutting garden. Sunflower pollen is prolific and can make a mess of tablecloths and furniture when brought indoors for flower arrangements.

Bees, on the other hand, need the pollen. It’s like bee-bread. Their young depend on it. A 2018 study in the scientific journal, Nature, showed that sunflower pollen has medicinal properties for both wild bees and honeybees. Bees will self-medicate on sunflower pollen when ill or infected with pathogens. By planting sunflowers that produce pollen — most of the open-pollinated varieties — the needs of the bees are met and more bees come to the flowers to be counted.

  • Lemon Queen Sunflowers are prolific nectar and pollen producers, making them very attractive to wild bees, honey bees, and other pollinators.
  • Lemon Queen is a branching sunflower that will produce many blooms on a single stock.
  • Lemon Queen Sunflower is an open pollinated sunflower that will produce seed that can be planted the following year.

You can count on Lemon Queen sunflowers to bloom about 90 days after planting and then continue to bloom right through a light frost, until you have a killing frost in your area. ( A killing frost or hard frost is −2 °C (28 °F) for an extended period.)

These sunflowers are annual flowers and need to be replanted each spring. However, since Lemon Queen sunflowers are open pollinated you will be able to plant your own seed, if you are only growing one kind of sunflower. If you have both hybrid sunflowers and open pollinated sunflowers growing in your garden, you may want to buy fresh Lemon Queen Sunflower seed each spring, if you plan to make the Great Sunflower Project a regular part of your summer garden fun. Bees will visit all the sunflowers in your yard and the seeds resulting from cross-pollination will be hybrid seed with unknown characteristics.


Introduction

Three primary types of sunflower are grown: (1) oilseed for vegetable oil production, (2) nonoilseed for human food and bird food markets and (3) Conoil, which can be used for the dehull confection, oil or bird food markets. The oilseed hybrids may be of three fatty acid types: linoleic, mid-oleic (NuSun) or high oleic. They are usually black seeded and have a thin hull that adheres to the kernel.

Seed of the oilseed varieties contains from 38% to 50% oil and about 20% protein. Some black-seeded oil types go into the hulling market for birdseed. Nonoilseed sunflowers also has been referred to as confectionery sunflower, and seeds usually are white striped and large.

Nonoilseed sunflowers generally have a relatively thick hull that remains loosely attached to the kernel, permitting more complete dehulling. Seed of the nonoilseed hybrids generally is larger than that of the oilseed types and has a lower oil percentage and test weight. Sunflowers are a major source of vegetable oil in the world.

Historical Perspective

Sunflower, native to North America, grows wild in many areas of the U.S. Sunflower has a long and varied history as an economic plant, but the time and place of its first cultivation is uncertain. Sunflower was used by North American inhabitants before colonization of the New World. Spanish explorers collected sunflowers in North America, and by 1580, it was a common garden flower in Spain. Early English and French explorers, finding sunflower in common use by the native Americans, introduced it to their respective lands. It spread along the trade routes to Italy, Egypt, Afghanistan, India, China and Russia.

Sunflower developed as a premier oilseed crop in Russia and has found wide acceptance throughout Europe. Oilseed sunflower has been an economically important crop in the U.S. since 1966. Before 1966, sunflower acreage in the U.S. was devoted primarily to nonoilseed varieties.

The center of sunflowers’ origin has been identified as being limited to the western Plains of North America, but whether the domesticated type originated in the Southwest or in the Mississippi or Missouri River valleys has not been determined. The wild form of the cultivated sunflower is well-known, which is not true with most of our cultivated crop species today.

The Native Americans used sunflower as a food source before the cultivation of corn. Sunflower also was used as a medicinal crop, source of dye, oil for ceremonial body painting and pottery, and as a hunting calendar. When sunflower were tall and in bloom, the bison fed on it, and according to stories told, the fat and the meat were good.

Cultivation of sunflower was undertaken by New World settlers as a supplementary food. Later, sunflowers were grown primarily as a garden ornament. They also were grown as an ensilage crop in the late 1800s and early 1900s.

Expanded world production of sunflower resulted primarily from development of high-oil varieties by plant scientists and the development of hybrids. Sunflower is widely grown in the world where the climates are favorable and a high-quality oil is desired.

Taxonomie

The cultivated sunflower ( Helianthus annuus L.) is one of the 67 species in the genus Helianthus . All are native to the Americas and most are found in the U.S. It is a member of the Asteraceae family and has a typical composite flower (Figure 1).

The basic chromosome number for the Helianthus genus is 17. Diploid, tetraploid and hexaploid species are known.

The majority of the species are perennial, with only about a dozen annual species. Plant breeders have made interspecific crosses within the genus and have transferred such useful characteristics as higher oil percentage, cytoplasmic male sterility for use in production of hybrids, and disease and insect resistance to commercial sunflower.

Figure 1.Detailsof thehead of asunflowerandselectedparts.(J. Miller andC.Y. Oseto)

Growth Stages

The division of growth into vegetative and reproductive stages as developed by Schneiter and Miller is shown in Figure 2. This scheme is important because it gives producers, scientists and the industry a common basis to discuss plant development.

Figure 2. Stages ofsunflower development.(A.A. Schneiter and J.F. Miller)

Description of Sunflower Growth Stages

The total time required for development of a sunflower plant and the time between the various stages of development depends on the genetic background of the plant and growing season environment (Table 1). When determining the growth stage of a sunflower field, the average development of a large number of plants should be considered (Table 2).

This staging method also can be used for individual plants. In stages R7 through R9, use healthy, disease-free heads to determine plant development if possible because some diseases can cause head discoloration. Also, in a number of hybrids, the stay-green characteristic is present, which means the yellowing or browning of the bracts may not be a good indicator of plant maturity.

Table 1. Growing degree days: sunflower growth and development.

Table 2. Description of sunflower growth stages.


Other Members of Asteraceae

Many common plants, both in natural and garden settings, are members of the asteraceae family. As the common name implies, asters (Aster spp.), with species that grow in USDA zones 3 through 9, are in Asteraceae. Other members include blanket flowers (Gaillardia spp.), which grow in zones 3 through 11, depending on species tickseed (Coreopsis spp.), which grows in USDA zones 4 through 9, depending on species and yarrow (Achillea millefolium), which grows in USDA zones 3 through 9.

With a professional background in gardening, landscapes, pests and natural ecosystems, Jasey Kelly has been sharing her knowledge through writing since 2009 and has served as an expert writer in these fields. Kelly's background also includes childcare, and animal rescue and care.



Commentaires:

  1. Arthgallo

    Je confirme. Je rejoins tout ce qui précède. Essayons de discuter de la question.

  2. Aralabar

    Je considère que vous n'avez pas raison. Je suis assuré. Discutons.

  3. Kanelingres

    En effet ?

  4. Lindell

    la phrase utile

  5. Eorland

    Je vous suggère de venir sur un site, avec une information en grande quantité sur un thème intéressant. Pour moi, j'ai trouvé beaucoup d'intéressant.

  6. Sazahn

    Et tout et des variantes?

  7. Sakr

    Je pense que tu as tort. Je suis sûr. Discutons. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.

  8. Glaleanna

    Je pense que tu as tort. Entrez nous discuterons. Écrivez-moi en MP, on en parlera.



Écrire un message